• 14 – 18 : « C’est complètement idiot la guerre »

     

    14 – 18 : « C’est complètement idiot

     la guerre »

    14 – 18 : « C’est complètement idiot   la guerre »

     « Quand mettrez vous les sans-papiers hors de chez nous »… dit cet espèce de vétérans qui, si ça se trouve est un faux vétérans ? parce qu'on a appris qu'il y a des vermines qui se déguisaient en faux  vétérans.  Lors d'un déplacement à Verdun, Macron a salué des vétérans. L'un d'eux l’a interpelé en disant ça... La réponse présidentielle fut : « ceux qui n’ont pas de papiers et qui n'ont pas le droit d'asile, croyez-moi on va les... On va continuer le travail  ». Et freluquet 1er de continuer son itinérance mémorielle comme si de rien n’était... Puis en ce 11 novembre Manu va appeler à ne pas tomber dans « la fascination pour le repli, la violence et la domination »... Ce mec c’est thèse et antithèse à chaque instant.

    Quant à toi vieille ganache qui n’aime pas les « étrangers », je vais t’en remémorer un d’étranger sans papier : Lazare Ponticelli ça te dit quelle chose dans ta pauvre tête d’arriéré sous ton béret rouge ? C’était le dernier poilu survivant sur les 8,5 millions qui servirent de pâté à canon entre 1914 et 1918. Cet Italien de naissance, né en 1897, parti tout seul de son village natal du nord de l'Italie, à 9 ans et demi, pour fuir la misère et gagner son « paradis », la France, fit, qu’il fut un « sans papier » et vécut de petits boulots payés au black pendant des années. Arrivé à l‘âge de 17 ans, et en trichant sur son âge, il joignit la légion étrangère pour comme il le confia « « J'ai voulu défendre la France parce qu'elle m'avait donné à manger »... De ce long conflit, dont il sorti indemne, il retint une chose : « vous tirez sur des pères de famille, c'est complètement idiot la guerre ». Il y a donc bien vétérans et vétérans ! Il y a ceux qui furent embarqués dans cette boucherie et n’en tirèrent aucune gloriole, et surent qu’ils avaient bien malgré eux tués pour survivre, dans un conflit dont ils n’eurent aucun des tenants et aboutissants, car, les raisons en étaient autres que la sempiternelle : « défense de la patrie », « la défense de la liberté, de la démocratie » ou bien « faire face à l’envahisseur  » et « contrecarrer la volonté hégémonique du boche »... Ils savaient bien ces survivants de l’enfer sur terre que ces millions de morts et d’estropiés avaient souffert de tout cela pour rien... D’ailleurs la soi-disant « der des der » se répétera avec le nazisme 21 ans après par la seconde guerre mondiale. Et puis il y a eu ce vétéran à Verdun, qui très bien décrit d’ailleurs par une émigrée avec papiers, née au Maroc : Leïla Slimani. Elle dit à propos de ce militaire de carrière à la retraite : «  Ce vétéran, je le connais. Ou plutôt, je le reconnais. Cette voix amère, ce ton aigre, cette façon hautaine de cracher les syllabes lorsqu'il dit « sans-papiers »  »... Ce type de ganache décorée qui aurait pu dire il n’y a pas si longtemps des mots comme : métèques, nègros, sales youpins, bougnoules, Bridés, Viets... Quant à la réaction de Macron, elle est du niveau de ce triste personnage, car, je suis certain qu’un Chirac, un Mitterrand auraient vertement répondu au cacochyme médaillé : « ces sans-papiers » comme vous dites ne sont pas sans visage. Ils ne sont pas des figures abstraites sur qui on peut allègrement se défouler. Ils sont étudiants, nounous, chefs cuisiniers, chercheurs en sciences sociales, écrivains, gardes-malades, parents, enfants, soutiens de famille. Qui prend leur défense face au discours nauséabond ? Qui s’inquiète qu’ils soient poursuivis, méprisés dans un pays où pourtant ils s’intègrent, travaillent, aiment et tentent de survivre ? » Je viens de citer de nouveau Leïla Slimani, marocaine, avec papiers... Il ne faut pas que Benêt/Beret rouge lise, ou il va en avaler son slip kangourou à tous les coups !!!

    Leïla Slimani condamne des propos

     de Macron sur les migrants

    14 – 18 : « C’est complètement idiot   la guerre »

    La romancière franco-marocaine Leïla Slimani quitte l'Élysée après un entretien avec Emmanuel Macron, le 6 novembre 2017 / afp.com/ludovic MARIN

    À Verdun, le chef de l'État a eu un rapide échange

     avec un vétéran souhaitant expulser "les sans-papiers".

    L'échange a fait peu de bruit, hormis une diffusion par l'équipe de Quotidien. Mardi 6 novembre, lors d'un déplacement à Verdun dans le cadre de son "itinérance mémorielle", Emmanuel Macron a salué, comme souvent, plusieurs vétérans. L'un d'entre eux en a profité pour demander au chef de l'État quand il mettra "les sans-papiers hors de chez nous". "Ceux qui n'ont pas de papiers et qui n'ont pas le droit d'asile, croyez-moi on va les... On va continuer le travail", lui a répondu le président.

    Fin de l'histoire ? Visiblement non, puisque ce samedi matin, Le Monde publie une tribune réprobatrice signée par Leïla Slimani, l'auteure auréolée du prix Goncourt pour Chanson douce, nommée ambassadrice de la francophonie par Emmanuel Macron lui-même. "Ce vétéran, je le connais. Ou plutôt, je le reconnais", entame-t-elle. Et de condamner "cette voix amère, ce ton aigre, cette façon hautaine de cracher les syllabes lorsqu'il dit 'sans-papiers'". "Tous les métèques de France vous le diront, tous les Arabes, les Noirs, les sans ou avec papiers vous le confirmeront : ces propos sont de plus en plus courants."  

    "Macron aurait pu les défendre"

    Après avoir énuméré les franges de la population française de plus en plus hostiles d'après elle à l'immigration, Leïla Slimani poursuit en reprochant ce gage donné par le chef de l'État à son interlocuteur: "ceux qui peuvent vivre librement dans leur pays doivent être reconduits."  

    "Il me semble qu'Emmanuel Macron aurait pu défendre avec plus de vigueur et de froideur ceux que cet homme rêve de mettre dehors. Il aurait pu lui répondre sèchement qu'on ne parle pas ainsi des gens en les résumant au vocable 'sans-papiers'", estime la romancière, qui tacle ensuite la "pensée complexe" jadis attribuée au président par ses conseillers. "Il aurait pu lui dire, puisqu'il faut défendre la 'pensée complexe', que l'immigration est une question ô combien complexe parce qu'elle est humaine, douloureuse, existentielle." 

    Réquisitoire

    Et de poser cette question sous forme de réponse à l'engagement d'Emmanuel Macron: "Vit-on librement en Afghanistan, pays vers lequel tant de 'sans-papiers' continuent d'être expulsés, voyant leur destin basculer dans l'horreur? (...) Dans combien de pays d'Afrique vit-on aujourd'hui en homme et en femme libre ?" 

    Présentée par l'Élysée comme le "visage de la francophonie ouverte sur un monde pluriculturel" lors de sa nomination il y a presque un an jour pour jour, Leïla Slimani faisait alors partie "d'une nouvelle génération" que le président de la République voulait "faire émerger". Aujourd'hui, elle conclut sa tribune avec ce réquisitoire : "Personne ne devrait mépriser le droit légitime de chacun à rechercher le bonheur. Personne ne devrait avoir le droit de parler avec légèreté ou condescendance des exilés, des travailleurs de l'ombre, des invisibles qui n'ont peut-être pas de papiers mais qui ont des droits." 

     

    Toutes ces commémorations du centenaire de l’armistice du 11 novembre 1918, ne font que glorifier l’acte de guerre, et ainsi que la guerre est une option lorsque les nations s’opposent ; entamons des Marseillaises, et que la garde républicaine joue Sambre et Meuse. Chacun y va de son : « morts au champ d’honneur », dans chaque village des monuments « morts pour la patrie »... Pour les plus « grands » c’est étape éternité au Panthéon. Toutes ces pitreries, d’un Emmanuel Macron qui enjoint les dirigeants internationaux à « faire le serment de placer la paix plus haut que tout  »...  Alors que y’a pas plus va-t-en guerre que la mafia de l’OTAN... Et dire que presque tous gobent de telles salades... Me laisse Pontoise à pantois.

    En fait cette boucherie inutile prit sa source entre des nations aux intérêts divergents : l’Allemagne voulait une plus grosse part du gâteau colonial (1 million de km2) comparé à l’Angleterre (5 millions de km2) et la France (3,5 millions de km2). De plus, le jeu des alliances joua à plein pot : la Serbie attaquée par l’empire austro/hongrois, fit que la Russie dut venir en aide aux serbes ce qui fit que l’Allemagne alliée de l’empire centrale déclara aussi la guerre et comme la France et l’Angleterre étaient alliés aux russes... Pour faire bonne mesure l’empire ottoman se joignit à l’Allemagne et l’Italie aux français, et baboum ! c’était parti pour l’hécatombe ! En rétrécissant le tableau, il y avait de la part de la noblesse et de la grande bourgeoise industrielle une peur des « masses laborieuses », avec la montée du syndicalisme, des mouvements socialistes, anarchistes, et la révélation du marxisme/communisme. Ne pas oublier aussi, que depuis 1870 et la défaite de napoléon III contre Bismarck, et comme conséquence la perte de l’Alsace-Lorraine, ces jeunes générations avaient été élevées au biberon de l’esprit de revanche, et la reprise de ces deux provinces à l’empire allemand, surnommé l’ennemi héréditaire des français... Comme on peut le voir, la population générale n’avait absolument rien à voir dans tous ces micmacs, pourtant ce fut elle qui trinqua. « les grands se chamaillent, les petits se tabassent ». Un vétéran anglais dans un émission nous dit « pourquoi deux pays doivent ils se faire la guerre, c’est comme un meurtre ».

    Qu’aujourd’hui que nous pleurions tous ces morts, ces estropiés inutiles d’accord, mais que tout ça soit célébré par des défilés, des musiques militaires, des parades guerrières, que des vétérans plastronnent avec leurs médailles agrafées au poitrail, ce qui prouve bien que nous n’avons rien appris car, cette affreuse guerre de 14 devait être la dernière et qu’aujourd’hui, tous disparus les poilus, il y a ceux de la seconde guerre mondiale, de Corée, d’Indochine, d’Algérie, du Tchad, des Balkans, d’Irak, d’Afghanistan, du Mali, et...D’autres encore...Et d’autres à venir. Nous n’avons rien appris disais-je !!! L’histoire bégaie.

    Tout ce déballement commémoratif me donne la gerbe, surtout un Macron jouant « le président de tous les français et de toutes les époques morts au champ d’honneur pour défendre la patrie en danger », c’est se foutre de nos gueules de voir cette demie portion se prosterner devant les mausolées à la mémoire de ceux disparus bien trop tôt... Et que fait-on des pleurs de ces femmes, sans mari, sans frère, sans père ? Qu’en fait-on ? Et du 1,2 million d’orphelins de 1918, et toutes ces gueules cassées qui durent souffrir leur existence entière, de ces gazés aveugles, tubards et de tous ces hommes qui une fois revenus du front furent incapable de se réadapter à la vie civile, à la vie de famille... La génération perdue.

    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Le seul, qui au moins assume sa « fuck you attitude », sa « rien à branler attitude » c’est Trump-trompe : comme il pleuvait un peu trop à son goût, il est resté dans son hôtel avec son taupe model d’épouse au lieu d’aller se crotter les godasses dans un cimetière américain à Bois-Belleau dans l'Aisne... Les 7800 tombes pourront bien attendre le deuxième centenaire en 2118... Chez les morts, même ceux du champs d’honneur, y’a pas l’feu, on peut attendre !

    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    On croit mourir pour la patrie ; on meurt pour des industriels (Michel Collon), et j’ajouterai ma touche personnelle ; on croit commémorer la paix en fait, on célèbre les guerres... Et donc, les industriels ; et Vive la consommation mémorielle ! Vive la vente d'armes même à des dictateurs et criminels de guerre... Notre  beau pays la France est devenu le 3e exportateur d'armement derrière les Etats-Unis et la Russie. Elle n'est pas belle la vie !!! De quoi vous plaignez-vous ? Allez viens faire un tour dans les Rafales vétéRance véreux... tu oublieras les sans-papiers... pour quelques temps... puis tu iras rejoindre ta fachosphère... puis un jour tu retrouveras, peut-être le "grand vétéran" Pétain...

    14 – 18 : « C’est complètement idiot   la guerre »

    « Armistice 1918 : l'ambassade de France célèbre "les morts algériens pour la France " L'armistice vu par un indigène *** Et, aujourd'hui, ils osent se demander sur qui a introduit l'islam sous leur ciel bleu, blanc, rouge. »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Mardi 13 Novembre 2018 à 08:11

    Il est bien intégré le vétéran ! Intégré à l'idéologie dominante qui fait de la question de l'immigration la cause de tous nos maux. La logique de domination économique et militaire du capitalisme sur le monde ? Non, il n'a pas fait le lien avec la crise que nous subissons le décoré ! Aussi Macron exploite la situation et utilise l'ancien combattant coiffé de son béret rouge, bardé de ses médailles et équipé du matériel nécessaire à sa fonction présente de porte-drapeau pour permettre que soit retardée la prise de conscience de qui est responsable des atrocités, passées, actuelle ou futures en matière de guerre !

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter