• 14-18 : "On croit mourir pour la Patrie, on meurt pour des industriels"

    14-18 : "On croit mourir pour la Patrie, on meurt pour des industriels"

    100 ans après, le tocsin va de nouveau retentir... cet après-midi 1er août 2014

    C'est un son qui a retenti il y a 100 ans pour appeler à la mobilisation lors du début de la Première guerre Mondiale... On va de nouveau l'entendre ce vendredi après-midi, pour que chacun se souvienne.

    Le tocsin est une sonnerie de cloches publiques qui est utilisée pour alerter la population d’un danger imminent tel qu’un incendie, une invasion, une guerre…

    Toutes les communes de France sont invitées ce vendredi après-midi à le faire sonner, pour commémorer la mobilisation générale. Il y a 100 ans, le 1er août 1914, les cloches retentissaient pour appeler les réservistes à rejoindre les soldats… C’était le début de la première guerre mondiale.

    Les Français découvraient alors sur la porte des mairies les affiches invitant notamment trois millions de réservistes à rejoindre dès le lendemain les 800000 soldats en service actif. Deux jours après, l’Allemagne déclarait la guerre à la France.
    Le gouvernement invite donc toutes les communes à faire retentir ce tocsin, afin de rappeler à tous l'émotion qui a saisi la population française ce 1er août 1914.

     

    14-18 : "On croit mourir pour la Patrie, on meurt pour des industriels"

    Cette année du 100e anniversaire, les médias racontent « comment » a eu lieu la Première Guerre mondiale (dix millions de morts), mais jamais pourquoi. « Morts pour la patrie », proclament tous nos monuments officiels. Mensonge ! 14-18, c’était déjà une guerre du fric. Non seulement chez les « méchants » (Allemagne, Autriche), mais aussi chez les « gentils (France, Angleterre, Belgique…), le véritable enjeu était : quelle puissance dominera le monde et contrôlera ses richesses ?

    C’était aussi une guerre des classes dominantes contre les pauvres, contre leurs propres travailleurs exterminés froidement.

    Michel Collon mène l’enquête avec trois historiens : Jacques Pauwels (« 14-18, une guerre de classe »), Anne Morelli (« Principes de la propagande de guerre ») et Lucas Catherine (« Des tranchées en Afrique »). Vous serez surpris par leurs révélations à contre-courant.

    La question est donc : comment peut-on, aujourd’hui, répéter les média mensonges d’il y a un siècle ? Serait-ce lié aux média mensonges d’aujourd’hui ?

    Un tout grand merci à Denise Vindevogel (montage), Jean-Jacques Mathy (images), Romain Dormal (son), ainsi qu’à Nicolas Castillo et Jean-Pierre Vanparys. Merci à vous de regarder cette vidéo entièrement. Pour comprendre à quel point on nous manipule, aussi sur l’Histoire.

    « Michèle Sibony : « Il est scandaleux qu’on n'arrête pas Israël »La Paix sur Terre avec Nicole et Jean Ferrat »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :