• 14-18 : « On croit mourir pour la Patrie, on meurt pour des industriels » de Michel Collon & Denise Vindevogel

    14-18 : « On croit mourir pour la Patrie, on meurt pour des industriels » de  Michel Collon & Denise Vindevogel

    14-18 : « On croit mourir pour la Patrie, on meurt pour des industriels » de  Michel Collon & Denise Vindevogel   

    |

    26 juin 2014

    En cette année anniversaire, c’était en 2014, les médias racontent «comment» a eu lieu la Première Guerre mondiale (dix millions de morts), mais jamais pourquoi. «Morts pour la patrie», proclament tous nos monuments officiels. Mensonge ! 14-18, c’était déjà une guerre du fric. Non seulement chez les « méchants » (Allemagne, Autriche), mais aussi chez les « gentils (France, Angleterre, Belgique…), le véritable enjeu était : quelle puissance dominera le monde et contrôlera ses richesses ?

    C’était aussi une guerre des classes dominantes contre les pauvres, contre leurs propres travailleurs exterminés froidement.

    Michel Collon mène l’enquête avec trois historiens : Jacques Pauwels (« 14-18, une guerre de classe »), Anne Morelli (« Principes de la propagande de guerre ») et Lucas Catherine (« Des tranchées en Afrique »). Vous serez surpris par leurs révélations à contre-courant.

    La question est donc : comment peut-on, aujourd’hui, répéter les médiamensonges d’il y a un siècle ? Serait-ce lié aux médiamensonges d’aujourd’hui ?

    SOURCE : http://www.michelcollon.info/14-18-On-croit-mourir-pour-la.html 

     

    « En Bourgogne, les anciens migrants de Calais "vivent comme nous, avec nous" C'était en 2014, j'écrivais "Un ami est mort" correspondant du JSL Jean-Jacques Vadot m'a fait parvenir, en exclusivité un nombre considérable de photos »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :