• 7ème ! On lâche rien. La mobilisation s'étend. Le pouvoir réprime *** Mais les syndicats gagnent la bataille de l’opinion

     7ème manif ! On lâche rien. La mobilisation s'étend.

    Le pouvoir réprime  

    7ème ! On lâche rien. La mobilisation s'étend. Le pouvoir réprime *** Mais les syndicats gagnent la bataille de l’opinion

     

    La 7ème manifestation contre la loi retraite a montré un regain de mobilisation et de dynamisme notamment avec de nouveaux venus et «A cause de Macron». La participation remonte au niveau des 5 et 17 décembre. La répression et l'intimidation deviennent courantes par les convocations en audience libre, la garde à vue ou le tribunal. Macron veut se venger de sa frayeur. C'est lui qui radicalise.

    Gauloises, Gaulois !

    Initiée par ATTAC, « A cause de Macron » est propulsé dans cette septième manifestation en tête du hit-parade manifestant. Avec leurs bleus de travail, les gants de ménage jaunes aux mains et un bandana rouge pour tenir la coiffure, elles ont vite appris dans la semaine, la mélodie et la chorégraphie pour dire à leur façon, spectaculaire, le rejet de cette loi sur les retraites.

    Au rassemblement de 10h30, au pied du viaduc Saint-Jacques sur le parvis de la fac de droit, sous l'ombrelle du vautour BlackRock noirs et menaçants, les Rosies de Clermont, - Gilets Jaunes, CGT ou simplement volontaires – pour la première fois, se sont lancées devant la foule rassemblée qui regarde attentive, l'événement qu'elle n'attendait pas.

    Cette manifestation marque l'enracinement de la détermination à poursuivre la lutte jusqu'au retrait.

    Le plein de dynamisme et d'entrain renouvelé pour cette 7ème manifestation est manifeste, la dernière avant la suivante jusqu'au retrait. "A cause de Macron" a fait sensation. Les étudiants bien plus nombreux qu'avant – près d'une centaine – avec plus nombreux que jamais les avocats du barreau de Clermont ont apporté un sang neuf. La participation remonte au niveau des 5 et 17 décembre. 15000 d'après les organisateurs. En regardant la vidéo des photos ci-dessous, vous constaterez la diversité des manifestants, bien souvent leur franche bonne humeur quand ce n'est sourire montrant que la détermination non seulement ne baisse pas mais s'est ancrée dans les esprits. Ne pas lâcher c'est résister à un Pouvoir qui use et abuse.

    Deux ans déjà, Macron promettait l'apaisement comme bien d'autres joyeusetés. Oubliant qu'il a été élu par son maigre score du premier tour quand le vote du second tour n'était qu'un vote anti-MLP, il a semé la discorde et les mensonges (une loi juste et équitable!) et récolte le peuple dans la rue en colère et dans une défiance sans pareille.

    Voilà que le bras armé de la République aux ordres attaque avec sa « nouvelle arme » qui risque de devenir massive : répression et intimidation pour dissuader d'autres actions que ces manifs, deviennent courantes par les convocations en audience libre, la garde à vue ou le tribunal. Le secrétaire départemental de FO en a largement parlé assurant de la solidarité syndicale. Macron veut se venger de sa frayeur et juguler toute envie de mobilisation. C'est lui qui radicalise et prépare des lendemains violents et radicaux, justifiant une répression toujours plus violente. Quelle irresponsabilité ! Ce passage en force, c'est jouer avec le feu. Macron-pyromane.

    Il faut se battre dans la plus totale solidarité avec ce « nouveau » terrain de lutte cosubstantiel à la lutte contre la loi sur les retraites qui ne cesse de se révéler catastrophique au fur et à mesure des révélations et analyses, y compris dans le financement à venir, sa couverture juridique* et un âge-pivot ou "d'équilibre"qui est bien la seule variable d'ajustement avec la valeur des points (à l'achat et service).


    SOURCE : https://blogs.mediapart.fr/georges-clermont/blog/250120/7eme-lache-rien-la-mobilisation-setend-le-pouvoir-reprime

     


    Oui ! On lâche rien !!! On lâche rien !!! d’autant que l’on vient d’apprendre ce bon sondage :

    Retraites : les syndicats gagnent

    la bataille de l’opinion

    Alors que l’exécutif misait sur une guerre d’usure, une majorité de Français (70%) estime que la mobilisation contre la réforme des retraites doit se poursuivre selon un sondage BVA. 

    7ème ! On lâche rien. La mobilisation s'étend. Le pouvoir réprime *** Mais les syndicats gagnent la bataille de l’opinion

    Manif contre la réforme des retraites à Paris (Flickr)

    Il faut bien se rendre à l’évidence. Après six semaines de grèves et de mobilisation et sept journées de manifestations, la réforme du système des retraites ne passe pas.
    Les enquêtes d’opinions publiées ce vendredi 24 janvier 2020 le confirment.
    Selon un sondage BVA pour Orange, RTL et La Tribune, sept Français sur dix (70%) pensent que la mobilisation contre les retraites doit se poursuivre (contre 29%). Le même sondage confirme que 66% des Français ne font pas confiance à Macron. Pire : près d’un Français sur deux (45%) considère que les réformes engagées par le président Macron ont « détérioré la situation de la France ».
    Un autre sondage réalisé par la société Elabe pour BFMTV, 53% des Franciliens, pourtant très impactés par les grèves, soutiennent toujours la mobilisation. Et 43% des sondés estiment que l’exécutif est responsable du conflit. Ils sont aussi 62% à considérer l’action d’Emmanuel Macron « décevante ».

    Texte incomplet

    Au 51ème jour du mouvement engagé contre la réforme, de nombreuses manifestations se sont déroulées à Paris et dans les grandes villes de France au moment où le Conseil des ministres examinait le projet de loi, dernière étape avant son examen au Parlement. En fait il s’agit de deux projets de loi (l’un organique, l’autre ordinaire) qui seront transmis à l’Assemblée nationale le 3 février pour un débat en séance publique à partir du 17 février.
    On comprend mal ce calendrier quand on sait que « la conférence de financement » prévue par le Premier ministre, commencera le 30 janvier pour se terminer fin avril.
    C’est donc un texte mal ficelé et incomplet qui est examiné aujourd’hui par les ministres et qui le sera bientôt par les députés.
    Le vote définitif de la réforme des retraites est prévu pour le début de l’été. Édouard Philippe a d’ores et déjà prévu que, si l’équilibre du système des retraites n’est pas trouvé à l’horizon 2027, l’âge pivot (à 67 ans) sera intégré dans le texte à coups de 49.3. Autrement dit, à l’arme lourde.
    Sauf si, d’ici-là, c’est lui qui a sauté…

    « Macron relance le débat en France sur la Guerre d’Algérie en la comparant à la ShoahMichel Rocard, l’anticolonialiste qui a révélé l’atrocité des camps de regroupement pendant la sale guerre d’Algérie »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :