• 8 mai 1945 : François Hollande interpellé dans un rassemblement à Paris *** MISE A JOUR : 3 VIDEOS

    8 mai 1945 : François Hollande interpellé  dans un rassemblement à Paris

    8 mai 2016 * François Hollande : "Je veux que les Français soient fiers de leur pays, se disent que nous avons une belle et grande histoire, que nous avons fait des efforts pour être encore plus respectés, que nous avons une parole qui porte", a détaillé le président de la République. Cette cérémonie du 8 mai, " ce n'est pas le souvenir, c'est l'avenir que nous avons à faire ensemble", selon lui.

    Non M. le Président de la République, nous n’avons pas une grande et belle histoire, vous qui essayez de faire oublier la France coloniale, vous qui ne parlez jamais de « L’Autre 8 Mai 1945 » vous qui n’avez pas tenu votre promesse de reconnaissance des crimes coloniaux. Bien sûr l'information suivante vous ne la verrez pas dans la Presse française, heureusement que nos amis algériens nous informent : 

     

    8 mai 1945 : François Hollande interpellé

    dans un rassemblement à Paris

    8 mai 1945 : François Hollande interpellé  dans un rassemblement à Paris

    8 mai 1945 : François Hollande interpellé  dans un rassemblement à Paris

    PARIS - Une centaine de personnes ont interpellé, dans un rassemblement dimanche après-midi à Paris, le président français François Hollande afin que la France reconnaisse officiellement les massacres du 8 mai 1945 perpétrés en Algérie.

    Au cours de ce rassemblement à la place Châtelet, organisé par le Collectif unitaire pour la reconnaissance des crimes d’Etat de 1945 en Algérie, fort de plus d'une trentaine d'associations françaises, les intervenants, dont des historiens, ont souligné la promesse non tenue du président français pour la reconnaissance des crimes coloniaux.

    L'historien Olivier le Cour Grandmaison a rappelé que les massacres, perpétrés le 8 mai contre des civils, se sont poursuivis jusqu'au mois de septembre. "Nous continuerons à dénoncer ces massacres, considérés comme un crime d'Etat et crime de la République, jusqu'à ce qu'ils soient reconnus officiellement", a affirmé Le Cour Grandmaison qui était soutenu par un autre historien Gilles Manceron.

    L'association les 4ACG (Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis contre la guerre) a demandé à l'Etat français, outre la reconnaissance officielle des massacres perpétrés à Sétif, Guelma et Kherrata, l'ouverture de "toutes les archives concernant cette période, ainsi que celles de la guerre d'Algérie".

    "Aujourd'hui, il serait inexcusable de se taire, de faire comme si tout cela n'avait pas existé", a affirmé un des représentants de cette association dans une déclaration lue devant l'assistance, soulignant que "le peuple algérien et le peuple français sont faits pour s'entendre et se comprendre".

    La conseillère de Paris, élue du 20e arrondissement du Front gauche (FG), a demandé, au nom du Conseil de Paris, à la maire de Paris, Anne Hidalgo, d'interpeller François Hollande "afin que l'Etat français reconnaisse officiellement les massacres du 8 mai 1945 à Sétif, Guelma et Kherrata, décrète l'ouverture de toutes les archives relatives à ces terribles événements".

    Elle a émis le vœu que la maire de Paris s'engage à l'instauration d'un lieu de souvenir à la mémoire de celles et ceux qui furent assassinés, à définir avec les associations pour la reconnaissance de ces massacres comme ce fut le cas de 2001 pour le lieu de mémoire des victimes du 17 octobre 1961.

    Danielle Simonnet a rappelé, dans sa déclaration, que le 8 mai 1945 "de nombreux Algériens s'étaient tout d'abord rassemblés pacifiquement pour fêter l'armistice, mais aussi exiger la libération du dirigeant nationaliste Messali Hadj et défendre +l'Algérie libre+ pour laquelle ils avaient conçu un nouveau drapeau, symbole pour le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes et pour l'indépendance".

    "Depuis soixante-dix ans, ces crimes de guerre commis par l'Etat et ceux qui le servaient, ne sont toujours pas reconnus officiellement et font partie intégrante de l'histoire de France", a-t-elle ajouté, soulignant que cette situation est, "inacceptable", car "elle ajoute à ces massacres l'outrage aux victimes, à leurs descendants et à leurs proches".

    A la fin du rassemblement, une gerbe de fleurs a été déposée et une minute de silence observée.

    Le Collectif unitaire pour la reconnaissance des crimes d’Etat de 1945 en Algérie avait demandé, rappelle-t-on, au président français d'aller "plus loin en disant la vérité sur les massacres du 8 mai 1945".

    Pour cette ONG, il est "impossible" de célébrer l’anniversaire de la victoire contre le fascisme "sans vouloir arracher à l’oubli ce qui s’est passé en Algérie ce même 8 mai et les jours suivants", rappelant que des manifestations pacifiques à Sétif, Guelma, Kherrata et dans la région ont été "réprimées dans le sang".

    SOURCE : http://www.aps.dz/algerie/41785-8-mai-1945-hollande-interpell%C3%A9-dans-un-rassemblement-%C3%A0-paris

     

    "L'autre 8 mai" : intervention

    de Jacqueline Fraysse, députée à Nanterre

     

     LA VIDEO CI-DESSOUS EST INCOMPLETE... DONC A SUIVRE

    Rassemblement à Paris, commémoration des massacres coloniaux à Sétif, en Algérie. L'universitaire Olivier Lecour Grandmaison propose pour 2017 un appel unitaire pour la reconnaissance par l'Etat français du caractère criminel du colonialisme dans son ensemble.

    « Les mythes de la Seconde guerre mondiale suivi de la France coloniale en AlgériePerpignan : condamnation des nostalgériques pour injure envers Roger Hillel »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter