• A Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) on se croirait presque à Béziers

    A Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) on se croirait presque à Béziers

    Voici deux histoires des revanchards     éternels : Cela ne s’est pas passé dans     le Sud, mais en Bourgogne      à Chalon-sur-Saône…

    Ligue des droits de l’homme “Dérives inquiétantes

    à Chalon-sur-Saône”

    Dérives inquiétantes à Chalon-sur-Saône . Tel est le titre du livret “pamphlet” réalisé par la section chalonnaise de la Ligue des Droits de l’Homme. « C’est le fruit du groupe de travail Liberté, justice et citoyenneté créé en février pour une vigilance citoyenne par rapport aux libertés publiques », a précisé mercredi soir, Nicolas Besseyre, le président à l’occasion d’une conférence de presse. « Nous avons des inquiétudes quant à la politique du maire, Gilles Platret, concernant la liberté et le bien-vivre ensemble. » La ligue locale déplore « l’armement de la police municipale, le flou autour de la future vidéo-surveillance, les arrêtés anti-mendicité, la suppression des menus de substitution au porc ».

    « Politiquement, je ne dirai pas qu’il est facho, mais… », a enchaîné Samuel Bon, le trésorier, en voulant pour preuve de sa politique de droite, très à droite, « l’emploi de l’expression d’agités du bocal en parlant des intermittents, son choix pour son chef de cabinet et sa présence à la commémoration du 26 mars pour les rapatriés d’Algérie ». La communauté des pieds-noirs et les Harkis apprécieront.

    Quoi qu’il en soit, la Ligue regrette « la politique du maire », qu’elle estime «répressive au lieu d’être préventive ». Francine Chopard, également élue au conseil municipal de Chalon, souhaiterait que l’argent employé à la répression soit « distribué aux associations et aux structures qui œuvrent pour le bien vivre ensemble et la prévention, comme l’Écluse, le Planning familial… qui manquent de moyens ». Et d’insister, « sur les violences faites aux femmes ».

    La présidente nationale à Chalon en septembre 2015

    Ces inquiétudes sont remontées au plus haut de la hiérarchie de la ligue des Droits de l’Homme, comme l’a annoncé le président. « La nouvelle présidente nationale de la Ligue sera à Chalon le 22 septembre 2015 pour une grande soirée autour de la liberté. Elle veut lancer un signal fort, notamment à Chalon après la suppression des menus de substitution ». Le livret devrait être distribué physiquement à cette occasion.

    Attaqué par la section, le maire de Chalon, Gilles Platret, n’a pas souhaité faire de déclaration.

    SOURCE : http://www.lejsl.com/edition-de-chalon/2015/06/26/derives-inquietantes-a-chalon-sur-saone

     

     

    Voici deux histoires des revanchards     éternels : Cela ne s’est pas passé dans     le Sud, mais en Bourgogne      à Chalon-sur-Saône…

     

    Voici deux histoires des revanchards

     

    éternels : Cela ne s’est pas passé dans

     

    le Sud, mais en Bourgogne

     

     à Chalon-sur-Saône…

    Les victimes de la fusillade de la rue d’Isly le 26 mars 1962 à Alger ne sont pas "mortes pour la France" mais tombées pour soutenir l’action criminelle de l’OAS, CONTRE la France… Contre la République…

    A Chalon-sur-Saône les nostalgiques de l’Algérie Française se sont donc recueillis devant la stèle en hommage aux victimes du 26 mars 1962… Le maire était présent mais sans son écharpe tricolore… Etonnant, il n’a pas eu le courage des maires du Sud… (tant mieux) car l’écharpe tricolore représente aussi la République… qui est bafouée chaque fois que des commémorations rappellent des actes anti républicains…

    En fait les nostalgiques de l’Algérie française… représentent surtout l’extrême droite française… Ce sont des revanchards éternels avec leurs messages de haine, de racisme… Dans la vidéo, dont le montage a été réalisé par ces gens-là, que vous pourrez visualiser à la fin, il est écrit :

    « Il faudra mille ans pour que ma mémoire éponge ma haine »

    « Il faudra mille ans de plus pour que ma haine se transforme en mépris » 

    De cette France revancharde, raciste, haineuse qui est malheureusement

    à notre porte, nous n’en voulons pas… VIVE LA REPUBLIQUE

    ET VIVE LA FRANCE  

    Voici une histoire des revanchards éternels : Cela ne s’est pas passé dans le Sud, mais en Bourgogne, à Chalon-sur-Saône…

     

    ACFANOMA « Il n’y a que le 5 décembre pour honorer les morts »

      

    Lucien Ziani, André Baroni, Martine Mercie, Claude Péran et Roland Arnaud.  Photo C. P. (CLP) 

    Lucien Ziani, André Baroni, Martine Mercier, Claude Péran et Roland Arnaud. Photo C. P. (CLP)

     

    Les membres de l’Acfanoma dénoncent l’officialisation de la date du 19 mars pour honorer les morts en Afrique du nord.

     

                                                                                  Oubli ?

     

    Au cours des cérémonies du centenaire du début de la Première Guerre mondiale, les associations d’anciens combattants n’ont pas été invitées. L’apport des soldats français d’Afrique, qui ont combattu pour la France, a été oublié.

    Claude Péran a ajouté : « Le gouvernement français précise que la relation franco-algérienne doit reposer sur un socle de vérité. Pourquoi pas, nous sommes preneurs de la vérité, mais de toute la vérité. Nous ne pouvons accepter l’officialisation de la date honteuse du 19 mars. Pour nous, il n’y a qu’une seule date pour honorer les morts civils et militaires en Tunisie, en Algérie et au Maroc, c’est celle du 5 décembre. Notre seul but est de lutter contre le mensonge. »

    Vous lutter contre le mensonge M. Péran, alors arrêtez de mentir. Vous n’acceptez pas le 19 mars comme tous les groupuscules nostalgériques… Comme l’extrême droite de Marine Le Pen qui veut bannir cette date… Arrêtez de mentir en occultant l'OAS cette organisation criminelle responsable de 2700 victimes en Algérie comme en France, y compris des appelés du contingent.

    Commémoration

    Recueillement pour une soixantaine

     de personnes

    Voici une histoire des revanchards éternels : Cela ne s’est pas passé dans le Sud, mais en Bourgogne, à Chalon-sur-Saône…

    Dépôt de gerbes, moment de recueillement, Chant des Africains et Marseillaise ont constitué la cérémonie. Photo Ch. R.

    Une soixantaine de personnes a assisté hier matin, devant la stèle des rapatriés au cimetière ouest de l’avenue Boucicaut, à une cérémonie en souvenir « des victimes de la tuerie du 26 mars 1962, rue d’Isly à Alger, du massacre, des disparitions à Oran le 5 juillet 1962, du massacre des 150 000 Harkis, des exécutions et enlèvements des civils et des militaires ».

    Claude Péran, président d’honneur de l’Association chalonnaise des Français d’Afrique du nord et d’outre-mer (Acfanoma), en a profité pour qualifier « d’inacceptable et honteuse pour la France » la date du cessez-le-feu du 19 mars 1962, au lendemain des accords d’Evian, retenue chaque année comme date officielle pour célébrer la fin de la guerre d’Algérie. «Après ce pseudo cessez-le-feu, il y a eu six fois plus de morts qu’avant», a-t-il ajouté, tout en rappelant les faits entourant la date du 26 mars.

    Perçue par les partisans du 19 mars comme une cérémonie des nostalgiques de l’Algérie française, cette commémoration du 26 mars est pour les anciens combattants un sujet épineux. Mais le conseiller municipal Christian Marmillon, et le maire, Gilles Platret (sans son écharpe officielle), étaient toutefois présents hier. La municipalité a d’ailleurs été remerciée « pour avoir fait pavoiser la stèle aux couleurs de la France ».

    Au-delà de cette date polémique, Claude Péran en a profité pour dédier également la traditionnelle minute de silence « aux victimes des attentats islamistes en France et en dehors de nos frontières », ainsi qu’aux victimes du crash d’avion survenu mardi dans les Alpes.

    SOURCE : http://www.lejsl.com/edition-de-chalon/2015/03/27/recueillement-pour-une-soixantaine-de-personnes

     

    Voici une histoire des revanchards éternels : Cela ne s’est pas passé dans le Sud, mais en Bourgogne, à Chalon-sur-Saône…

    « Il faudra mille ans pour que ma mémoire éponge ma haine »

    « Il faudra mille ans de plus pour que ma haine se transforme en mépris »

     

    Mais au fait c'est pour quand l'inauguration de la

    belle stèle où figure, entre autres, la date du 19

    Mars 1962, annoncée par le président local de la

    FNACA, je n'en entends plus parler ? Le maire est

    toujours d'accord ?

    Voici deux histoires des revanchards     éternels : Cela ne s’est pas passé dans     le Sud, mais en Bourgogne      à Chalon-sur-Saône…

     Le croquis de la (peut-être) future stèle ?

     

    « Commémoration du 8 mai 1945 à Brest *** Comme PARIS la municipalité de BREST demande à l’Etat de reconnaître les massacres du 8 mai 45 en AlgérieDocumentaire: "En finir avec la guerre» d'Algérie" »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :