• A lire - "France-Algérie du côté des deux rives" de Serge Pautot : une volonté farouche de maintenir le dialogue

    A lire - "France-Algérie du côté des deux rives" de Serge Pautot : une volonté farouche de maintenir

    le dialogue

    A lire - "France-Algérie du côté des deux rives" de Serge Pautot : une volonté farouche de maintenir le dialogue

     

    Mardi 1er août 2017

    A vos clics ! pour ce coup de projecteur sur un homme attachant, Serge Pautot, avocat au Barreau de Marseille, diplômé de droit et d’économie des pays d’Afrique (Paris-Panthéon) mais également vice-Président de la fédération française de boxe et Président de la ligue régionale Provence-Alpes-Côte d’Azur, qui est fondateur de surcroît du site référence legisport.

    Depuis toujours, Me Serge Pautot, fait partie de ceux qui participent à la construction de l’Algérie post-indépendance. Il vient de publier un ouvrage « France-Algérie : du côté des deux rives », aux éditions L’Harmattan qui fait échos de l’autre côté de la Méditerranée puisque presque toute la presse algérienne a rendu compte de la conférence qu’il a donnée pour présenter le livre le 12 juillet à Alger à l’initiative de la revue Salama. Dans cet ouvrage, il balaie avec sérieux ce qu’ont été les relations entre une ancienne colonie, fière de son indépendance acquise au prix du sang et le pays colonisateur. La France et l’Algérie sont deux grands pays méditerranéens, condamnés à entretenir des relations constructives. Tout au long de la présentation on découvre un ouvrage qui recense l’état des relations entre les deux rives depuis 1830, c’est dire le vaste panorama qui est décrit et qui donne encore plus envie d’œuvrer à consolider les rapports entre ces deux pays. Ce qu’il faut souligner, c’est que le livre, va bien au-delà d’une simple chronologie de faits qui appartiennent à l’Histoire commune de nos deux peuples, on perçoit dans la démarche, une volonté farouche de maintenir le dialogue car, il y a bien là, un riche travail d’apaisement, une sorte d’exercice de haute couture, un sur mesure qui prend à contre-pied le prêt-à-porter diplomatique. A en croire nos confrères de la presse algérienne, El Watan, Liberté, El Moudjahid, le temps, El-Djazair.com, ils soulignent tous l’importance de « maintenir le contact » à partir de notre Histoire commune tout en faisant cheminer la réflexion sur le présent et bien-sûr, l’avenir, la démarche est quelque peu singulière. Serge Pautot parle aux Algériens avec son cœur, c’est sans doute pour cela, qu’ils accueillent avec autant de hauteur les points de débat qui nous rassemble comme ceux qui semble nous diviser. Au travers des 18 chapitres, l’auteur met en exergue, notamment « la France et le monde arabe », « la conquête de l’Algérie et l’organisation du système colonial », « les accords d’Evian et leur application », « les essais nucléaires au Sahara et les victimes », « la France, l’Islam et la laïcité »... Dans les colonnes de EL Watan, Serge Pautot explique sa démarche : « C’est peut-être en arrivant au crépuscule de ma vie que j’ai voulu laisser une trace et peut-être aussi, apporter un témoignage sur ce que doivent être les rapports entre nos concitoyens français et algériens. » « Le but de ce livre, poursuit-il, est de passer un message de fraternité et d’espoir. C’est pour dire, également, que nos deux communautés ont presque 200 ans d’existence et que cela explique pourquoi nous entretenons des relations « passionnelles. » Et de conclure sa conférence à Alger : « Il va sans dire qu’il est de l’intérêt de nos deux pays de développer des relations humaines, fraternelles, culturelles, politiques, et économiques sur un pied d’égalité, dans l’intérêt mutuel de nos deux peuples. » Un mois plus tôt, le 11 juin, l’Ambassadeur de France en Algérie, Bernard Emié avait adressé un courrier à l’auteur pour lui signifier : « Votre ouvrage sonne comme un heureux bilan de tout ce qui a pu être fait et je vous invite à continuer votre action dans cette région Provence-Alpes-Côte d’Azur et d’abord à Marseille où il y a tant d’acteurs de cette relation stratégique ».

    Jean PRIMAIRE
    "France-Algérie : du côté des deux rives" de Serge Pautot (avril 2017) aux éditions L’Harmattan - 298 pages

    SOURCE : https://destimed.fr/A-lire-France-Algerie-du-cote-des-deux-rives-de-Serge-Pautot-une-volonte

     

     

    A lire - "France-Algérie du côté des deux rives" de Serge Pautot : une volonté farouche de maintenir le dialogue

    France-Algérie. Du côté des deux rives

    de Serge Pautot : Conforter la relation

    L’ouvrage, qui vient tout juste de paraître en France aux éditions l’Harmattan, cumule près de 300 pages qui traitent, par le récit autobiographique truffé d’histoires anecdotiques qu'il restituent.

    L’ouvrage, qui vient tout juste de paraître en France aux éditions l’Harmattan, cumule près de 300 pages qui traitent, par le récit autobiographique truffé d’histoires anecdotiques qui restituent — grâce à un itinéraire exaltant, une profession et des rencontres qu’a faites l’auteur dans sa jeunesse alors qu’il était en poste en Algérie — des vérités souvent tues et méconnues par la population sur l’histoire des premières années de l’Indépendance et des relations algéro-françaises actuelles dans leurs aspects les plus controversés.

    Maître Serge Pautot est un coopérant français qui a bien connu notre pays à l’orée de sa constitution en Etat souverain qui a nécessité des efforts colossaux de la part de tous, ceci sans compter cette précieuse aide pour l’édification de notre jeune nation, apportée par la petite communauté pied-noire et les instances chrétiennes ayant pris fait et cause pour la libération du joug colonial et participé à la révolution algérienne et à la lutte armée dans les rangs de l’ALN et du FLN. Il faut voir en cet écrivain un ami de l’Algérie qui reste soucieux d’établir un pont solide entre les deux pays à l’histoire tragique, qui reste cependant passionné puisqu’il a tenu, mardi dernier, au Sofitel d’El Hamma lors d’une conférence, à présenter son livre en Algérie avant même qu’il ne soit édité par nos maisons d’édition. Cet ancien amoureux d’Afrique noire, devenu instituteur d’abord en Kabylie puis à Bab El Oued, se souvient bien de ses nombreux séjours en Algérie où il a gardé dans sa mémoire des souvenirs indélébiles et attendrissants qui ont fait de lui le témoin de certains événements politiques qui se sont déroulés juste après l’Indépendance. Il aura donc pensé avec la force de la conviction et de l’action, étant sur le terrain proche des uns et des autres, le rapport souvent tabou et houleux entre les deux rives qui entretiennent à travers la mer méditerranée un lien historique qui dure aujourd’hui depuis presque deux siècles. Cet avocat au Barreau de Marseille, Docteur en droit et diplômé de droit et d’économie des pays d’Afrique, garde les yeux rivés sur les hauteurs de la Casbah et semble connaitre notre pays sur le bout des doigts, et a surtout à cœur, à travers ce livre en étudiant l’histoire commune, de recenser l’état des relations tantôt compliquées, tantôt au beau fixe car elles restent prioritairement tributaires de la chronologie historique : « Les relations entre une ancienne colonie, fière de son indépendance acquise au prix du sang, et le pays colonisateur ne sont jamais simples. Depuis les Accords d’Evian du 18 mars 1962, des pas en avant ont été accomplis avec parfois des reculs. La France et l’Algérie sont deux grands pays méditerranéens, ils ont toujours de nombreuses raisons d’entretenir des relations constructives, aussi bien sur le plan politique, économique que culturel. Lorsque celles-ci sont fluctuantes, nous ressentons le besoin de les conforter, car le développement d’un lien solide entre les deux pays est nécessaire», est-il mentionné au verso du livre. Si l’intention reste sincère, il faut, pour notre auteur, accomplir un saut du côté de l’histoire depuis le début de la colonisation pour dévoiler un vaste panorama entre le fait colonial imposé par la force et la différenciation cultuelle qui se lit dans l’histoire des religions musulmanes et catholiques. L’auteur, qui apparait comme un fervent défenseur de l’Union France-Algérie, nous fait rebondir après cette plongée dans le passé qui pourrait être une fenêtre qui éclairerait nos lanternes sur un présent entaché par les injustices commises par la France, comme la conquête de l’Algérie et l’organisation du système colonial, les accords d’Evian et leur application, les essais nucléaires au Sahara et les victimes et enfin, aujourd’hui, les concepts de laïcité et d’Islam qui constituent un sérieux frein à la poursuite d’un bon rapport entre les deux communautés. Mais le collaborateur au magazine promotionnel de l’Algérie El Djazair ne baisse pas les bras et veut adopter une attitude optimiste, lui qui s’investit corps et âme auprès des clubs de la ville de Marseille dans les quartiers nord en direction de la jeunesse issue de l’immigration : «Des jeunes  m’ont souvent dénoncé les pratiques des contrôles d’identité, dans la rue, en dehors d’indice d’infraction, ces fameux ‘’contrôles au faciès’’ (…). Comprenons bien que le problème de l’intégration et de l’assimilation de cette jeunesse est une condition indispensable pour éliminer les trafics de drogues dans les cités, la violence, la délinquance et le spectre du djihad. Nous avons la fierté d’y contribuer», écrit-il à la fin de l’ouvrage en guise de conclusion.
    Lynda Graba

    SOURCE : http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/111282

    « Ces français ayant refusé de faire la guerre en Algérie « Choisir à 20 ans » projeté à Locarno (Suisse)"Un autre monde on n'a pas le choix" Vincent Liechti *** Alger, Paris, Nice, Alep, Munich, Londres, Bruxelles, Saint-Etienne-du-Rouvray souffrent d’un cancer effrayant. Et ça continue... »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Mercredi 2 Août à 10:07

    On peut avoir un jugement critique sur la politique sociale menée présentement pas le gouvernement algérien, cela n'enlève rien à la justesse de l'engagement de son peuple dans la guerre de libération. Quant à la situations sociale en France, notre pays est très mal placé pour donner des leçons à quiconque ! 

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter