• " A propos de la fête nationale " c'est le point de vue de Jacques CROS

     

    A propos de la fête nationale

Je n’ai pas de passion particulière pour les défilés militaires. Je conçois qu’une nation ait besoin d’une armée pour assurer sa défense mais je ne souhaite pas qu’elle ait à l’utiliser à tout propos et hors de propos. Aussi je ne suis pas à l’aise devant le déploiement de tous les moyens dont nous disposons.
C’est que nous sommes tentés de les utiliser loin de nos frontières et que sous couvert de défendre nos intérêts on envoie des troupes en Afghanistan, au Mali, en Centrafrique, en Libye, peut-être demain en Syrie ou en Iran… 
On commémore en 2014 le centenaire de la déclaration de la première guerre mondiale. On devrait réfléchir à ses causes ce serait plus profitable plutôt que de tresser des lauriers au mérite des combattants !
Et de ce point de vue il faudrait aussi dénoncer la duplicité de la puissance coloniale qui avait réussi à enrôler les peuples qu’elle opprimait afin de servir de chair à canon pour ses guerres. Que de tirailleurs, sénégalais, marocains, algériens…  sont tombés sur les champs de bataille l
En ce qui concerne  la guerre de 39 / 45, pour laquelle l’action armée contre les nazis était justifiée, il faut rappeler que les Algériens ont été mal récompensés avec les événements de Sétif et de Guelma.
Quoiqu’il en soit, l’amitié entre les Français et les Algériens me semble devoir emprunter d’autres voies que celle de défilés militaires. Bien sûr je ne partage pas le point de vue d’Elie Aboud, le député – droite populaire – de ma circonscription qui, empreint de haine et de rancœur à propos du colonialisme et de la guerre d’Algérie, refuse la présence de nos amis de l’autre côté de la Méditerranée à notre fête nationale.
Ceci étant, je me passerais volontiers du pas de l’oie, de voir passer nos tanks, nos missiles, nos avions…

    "Je n’ai pas de passion particulière pour les défilés militaires. Je conçois qu’une nation ait besoin d’une armée pour assurer sa défense mais je ne souhaite pas qu’elle ait à l’utiliser à tout propos et hors de propos. Aussi je ne suis pas à l’aise devant le déploiement de tous les moyens dont nous disposons.
    C’est que nous sommes tentés de les utiliser loin de nos frontières et que sous couvert de défendre nos intérêts on envoie des troupes en Afghanistan, au Mali, en Centrafrique, en Libye, peut-être demain en Syrie ou en Iran…
    On commémore en 2014 le centenaire de la déclaration de la première guerre mondiale. On devrait réfléchir à ses causes ce serait plus profitable plutôt que de tresser des lauriers au mérite des combattants !
    Et de ce point de vue il faudrait aussi dénoncer la duplicité de la puissance coloniale qui avait réussi à enrôler les peuples qu’elle opprimait afin de servir de chair à canon pour ses guerres. Que de tirailleurs, sénégalais, marocains, algériens… sont tombés sur les champs de bataille l
    En ce qui concerne la guerre de 39 / 45, pour laquelle l’action armée contre les nazis était justifiée, il faut rappeler que les Algériens ont été mal récompensés avec les événements de Sétif et de Guelma.
    Quoiqu’il en soit, l’amitié entre les Français et les Algériens me semble devoir emprunter d’autres voies que celle de défilés militaires. Bien sûr je ne partage pas le point de vue d’Elie Aboud, le député – droite populaire – de ma circonscription qui, empreint de haine et de rancœur à propos du colonialisme et de la guerre d’Algérie, refuse la présence de nos amis de l’autre côté de la Méditerranée à notre fête nationale.
    Ceci étant, je me passerais volontiers du pas de l’oie, de voir passer nos tanks, nos missiles, nos avions…"

    A propos de la fête nationale

Je n’ai pas de passion particulière pour les défilés militaires. Je conçois qu’une nation ait besoin d’une armée pour assurer sa défense mais je ne souhaite pas qu’elle ait à l’utiliser à tout propos et hors de propos. Aussi je ne suis pas à l’aise devant le déploiement de tous les moyens dont nous disposons.
C’est que nous sommes tentés de les utiliser loin de nos frontières et que sous couvert de défendre nos intérêts on envoie des troupes en Afghanistan, au Mali, en Centrafrique, en Libye, peut-être demain en Syrie ou en Iran… 
On commémore en 2014 le centenaire de la déclaration de la première guerre mondiale. On devrait réfléchir à ses causes ce serait plus profitable plutôt que de tresser des lauriers au mérite des combattants !
Et de ce point de vue il faudrait aussi dénoncer la duplicité de la puissance coloniale qui avait réussi à enrôler les peuples qu’elle opprimait afin de servir de chair à canon pour ses guerres. Que de tirailleurs, sénégalais, marocains, algériens…  sont tombés sur les champs de bataille l
En ce qui concerne  la guerre de 39 / 45, pour laquelle l’action armée contre les nazis était justifiée, il faut rappeler que les Algériens ont été mal récompensés avec les événements de Sétif et de Guelma.
Quoiqu’il en soit, l’amitié entre les Français et les Algériens me semble devoir emprunter d’autres voies que celle de défilés militaires. Bien sûr je ne partage pas le point de vue d’Elie Aboud, le député – droite populaire – de ma circonscription qui, empreint de haine et de rancœur à propos du colonialisme et de la guerre d’Algérie, refuse la présence de nos amis de l’autre côté de la Méditerranée à notre fête nationale.
Ceci étant, je me passerais volontiers du pas de l’oie, de voir passer nos tanks, nos missiles, nos avions…
    « Abandon du Musée de l’Histoire de la France et de l’Algérie à Montpellier : les suites... "En 2014, la nostalgie nauséabonde de l’OAS reste active" Un article d'Henri Pouillot »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :