• Alain Pebrocq-Favier une enfance algérienne

     

    Alain Pebrocq-Favier une enfance algérienne

    "J'ai poussé tout doucement la porte de ma mémoire. J'y ai retrouvé mes souvenirs avec leurs moments de joie, leurs moments de bleus au cœur et de vague à l'âme...
    Ce sont des périodes lointaines de mon enfance. Elles font partie de ma vie."

    "Dans ce récit, j’envoie un message d’apaisement et de fraternité à tous les algériens, à tous les français « pieds noirs » par le témoignage d’une grande amitié entre deux enfants, Mecheri et moi-même. Cette amitié restée toujours présente malgré l’éloignement, continue à exister aujourd’hui au sein d’une relation épistolaire".

    Alain Pebrocq-Favier

     

    Alain Pebrocq-Favier une enfance algérienne

    « J’aime ces pieds-noirs, non extrémistes, non revanchards qui recherchent, au contraire l’amitié, la fraternité avec les Algériens et surtout, en ce qui concerne Alain Pebrocq-Favier avec le jeune Mecheri ».

     Michel Dandelot 

     

    Alain Pebrocq-Favier une enfance algérienne

    Alain Pebrocq-Favier une enfance algérienne

     

    Alain Pebrocq-Favier une enfance algérienne

    Alain Pébrocq-Favier, auteur de « à la recherche de l'enfance »

     

    «À la recherche de l'enfance, joie et blessure, l'Algérie» : tel est le titre du premier ouvrage qu'Alain Pebrocq-Favier, flourensois depuis de nombreuses années, vient d'écrire et de publier.

    Un récent voyage en juin 2015 dans son pays natal déclenche chez l'auteur d'incroyables souvenirs. Ceux-ci évoquent uniquement les derniers mois de la guerre d'Algérie (1961-1962), trace d'une période de sa vie lorsqu'il était enfant. Ils sont emplis de joie mais aussi de tristesse : les nombreux attentats de cette période restent ancrés dans la vie de l'auteur. Ils sont aussi marqués au fil de l'ouvrage par une belle amitié entre l'auteur et un jeune Algérien Mecheri. Il y a eu alors la séparation avec le départ pour la France.

    Ces moments difficiles, Alain Pébrocq-Favier n'a pas pu les exprimer depuis plus de 50 ans. Ce n'est que par l'écriture de ce récit qu'il évoque alors les souvenirs de ces deux années. Cette amitié est aussi un message d'apaisement et de fraternité à tous les Algériens, à tous les Français pieds-noirs. À la fin de l'ouvrage sont publiés des extraits de textes d'auteurs connus comme Guy de Maupassant, Albert Camus, et de son grand-père Georges Favier, journaliste à «L'Echo de Saïda» car ce sont des personnages qui ont marqué son histoire et qui ont écrit de belles choses sur l'Algérie.

    Né en 1954 à Saïda (Algérie), Alain Pébrocq-Favier a été enseignant et a terminé sa carrière comme chargé de mission pour la formation professionnelle et l'apprentissage auprès de l'Académie de Toulouse. Il a eu en charge la lutte contre le décrochage scolaire. Toujours engagé dans cette lutte, il continue d'apporter bénévolement au sein d'une association son concours aux jeunes en difficulté.

    Ce récit est édité aux éditions Edilivre. Il est possible de se le procurer sur les sites en ligne au prix de 10€.

    La Dépêche du Midi

    SOURCE : http://www.ladepeche.fr/article/2016/06/21/2369353-alain-pebrocq-favier-une-enfance-algerienne.html 

    Alain Pebrocq-Favier une enfance algérienne

    Lettre aux fous,
    Après tous ces massacres d'innocents, je ne ressens ni haine ni colère seulement du dégoût pour ces djihadistes emplis de bêtise et de vacuité.
    Je suis de confession chrétienne mais avant tout je suis laïc, j'ai des amis musulmans, juifs, athées et chrétiens.
    En leur nom je vous dis à vous djihadistes "demeurez dans votre nuit, dans votre noirceur et allez au diable !"
    Mes amis et moi, restons dans la lumière de la France.
    La France, c'est mon pays, c'est ma famille, c'est ma religion...
    APF

     

    « "Ce que le jour doit à la nuit" L'analyse de Jacques CROSFinalement la manifestation est autorisée, c'est une victoire de la démocratie !!! »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter