• Alençon. 61 ans après son assassinat : un hommage à Alfred Locussol sur fond de lutte contre le fascisme

     

     

     

     

    Un hommage sera rendu à Jean-François Gavoury ce 6 octobre 2023 à 11h00 devant la stèle érigée à la mémoire des victimes de l’OAS au cimetière du Père-Lachaise, 12 ans jour pour jour après son inauguration par le maire de Paris, M. Bertrand Delanoë. Jean-François Gavoury est décédé le 3 août 2023, à l’âge de 73 ans, des suites d’une longue maladie. 

    Tous les ans, Jean-François Gavoury assistait à un hommage à Alfred Locussol, à Alençon, voici le tout dernier auquel il a assisté le 7 janvier 2023. Avec la présence de son épouse Maryse à qui je souhaite beaucoup de courage en ce jour d'hommage à son mari.

    Michel Dandelot

     

    Alençon. 61 ans après son assassinat :

    un hommage à Alfred Locussol sur fond

    de lutte contre le fascisme 

     

    Alençon. 61 ans après son assassinat : un hommage à Alfred Locussol sur fond  de lutte contre le fascisme

    Environ 35 personnes se sont réunies, samedi 7 janvier, pour rendre hommage à Alfred Locussol, assassiné par l'OAS en 1962. L'occasion de dénoncer la montée de l'extrême droite.

    Engagé auprès du parti communiste Algérien, Alfred Locussol a été assassiné par des militants de l’Organisation de l’Armée Secrète (OAS), le 3 janvier 1962 à Alençon (Orne).

    Le rêve d’une Algérie fraternelle

    Samedi 7 janvier 2023 à 11 h, un hommage lui a été rendu devant la stèle installée à son effigie, place de la Résistance, sur le parvis de la gare d’Alençon (Orne). 

    Né en 1904 en Algérie, Pierre-Alfred Locussol travaillait dans la fonction publique et militait au sein du Parti Communiste Algérien. C’est la première victime de l’OAS en France, un assassinat commandité depuis l’Algérie.

     

    Il faisait partie de ceux qui avaient rêvé

     d’une Algérie fraternelle.

    Pierre Frénée, historien

     

     

    Partisan de l’indépendance de l’Algérie, Alfred Locussol imprimait le journal clandestin Liberté enchaînée, à Alger. Il a été nommé Directeur de l’Enregistrement à Alençon.

    Alençon. 61 ans après son assassinat : un  hommage à Alfred Locussol sur fond de lutte contre le fascisme

    « Une véritable provocation »

    Cette cérémonie a été l’occasion de mettre en garde contre la montée de l’extrême droite en France et « le danger de la montée de l’intolérance », soulève François Tollot, coordinateur de l’événement.

    Cette année, à chaque fois qu’était à peine entrevue « la perspective d’une avancée démocratique », la « violence du parti colonial et de l’extrême droite » est revenue au galop, selon l’historien Pierre Frénée.

     

    On a entendu en juin dernier le député RN José Gonzalès, doyen de l’Assemblée Nationale, profiter de la séance inaugurale pour tenter de réhabiliter la mémoire coloniale. Il vient d’être nommé vice-président du groupe d’amitié France-Algérie de l’Assemblée Nationale le 30 décembre.

    Pierre Frénée

     

     

    « C’est une véritable provocation », insiste l’historien. « Leurs avancées électorales doivent nous alarmer ».

    Des gerbes ont été déposées au pied de la stèle. ©L'Orne hebdo 

     

    Des propos validés et surenchéris par les personnalités présentes lors de la cérémonie, comme Jean-François Gavoury, membre de l’association nationale pour la protection de la mémoire des victimes de l’OAS (Anpromevo). « C’est un nostalgique de l’empire colonial », dénonce-t-il.

    Une situation menaçante

    « Face à la montée de l’extrême droite, on doit être vigilent », souligne Chantal Jourdan, députée de l’Orne. « Il est nécessaire de combattre le fascisme et sa montée en Europe », mais aussi ailleurs dans le monde.

     

     

    Les situations des femmes en Afghanistan et en Iran traduisent cette lutte que l’on doit avoir contre la domination des minorités.

    Chantal Jourdan, députée de l’Orne

     

     

    Pour elle, la seule façon de lutter contre cette « situation menaçante » est de se rapprocher des valeurs de la République : « liberté, égalité, fraternité, laïcité, mémoire et histoire ». 

    Des valeurs qui résonnent chez Jean-Philippe Ould Aoudia, dont le père, Salah Ould Aoudia, fut l’un des six inspecteurs des Centres sociaux éducatifs assassinés par l’OAS le 15 mars 1962. En tant que président de l’association Les Amis de Max Marchand et Mouloud Feraoun, il a tenu à rappeler l’importance de ces valeurs et de la « tolérance réciproque ».

    Liberté de dire

    Des propos sur lesquels Emmanuel Turpin, adjoint au maire d’Alençon a rebondi, évoquant une date anniversaire plus récente encore.

     

     

    Le président,

     

    VŒUX POUR 2023 PRONONCÉS À ALENÇON LE SAMEDI 7 JANVIER 2023 À 11 H 00
    DEVANT LA STÈLE DÉDIÉE À ALFRED LOCUSSOL, VICTIME DE L’OAS.

    Madame la députée de la 1ère circonscription de l'Orne, 

    Monsieur l'Adjoint au Maire d’Alençon, 

    Mesdames et Messieurs les élus,
    Mesdames et Messieurs les présidents, dirigeants, délégués d’associations, comités, collectifs du souvenir de la guerre d’Algérie, des victimes de l’OAS et de la mémoire d’Alfred Locussol,

    Alençon. 61 ans après son assassinat : un  hommage à Alfred Locussol sur fond de lutte contre le fascismePermettez-moi de revenir sur quelques pages et dates de 2022 : une année si particulière en tant qu’elle porta la marque du 60e anniversaire des Accords de cessez-le-feu en Algérie, suivis de la sortie de cette domination coloniale française imposée à ce territoire d’Afrique du Nord inéluctablement voué à l’indépendance. 

    Le samedi 8 janvier, qui nous vit ici rassemblés pour la première fois avec l’historien Alain Ruscio, au lendemain d’une conférence reconnue d’intérêt général. 

    La journée du mardi 8 février, au début de laquelle le préfet de police Didier Lallement témoigna, soixante ans après les faits, d’un geste de considération à l’égard des victimes du Métro Charonne, un geste que Delphine Renard et moi avons tenu à saluer sur place le soir même.

     

    Alençon. 61 ans après son assassinat : un  hommage à Alfred Locussol sur fond de lutte contre le fascisme

    Le samedi 19 mars, avec un rendez-vous élyséen qui n’a pas tenu ses promesses, portant même atteinte à l’unité de la grande famille des victimes de l’OAS jusqu’à provoquer des incompréhensions en son sein. 

    Alençon. 61 ans après son assassinat : un  hommage à Alfred Locussol sur fond de lutte contre le fascisme

    Le jeudi 21 juillet, avec la parution du n° 305 de la Revue Historique des Armées comportant en ses pages 81 à 98 un article signé du chef de bataillon Éva Renucci et du capitaine Aurélien Cubaynes, consacré aux membres des forces de l’ordre tués par l’Organisation armée secrète (OAS) et rendant hommage au travail accompli par l’ANPROMEVO en vue de leur dénombrement et de leur identification. 

    Le mardi 18 octobre, avec quelques mots du chef de l’État prononcés en l’Hôtel national des Invalides dans lesquels lesdites victimes de l’OAS ont cru déceler les premiers signes d’une récognition officielle :
    « Nous reconnaissons avec lucidité que dans cette guerre il en est qui, mandatés par le gouvernement pour la gagner à tout prix, se sont placés hors la République. Cette minorité de combattants a répandu la terreur, perpétré la torture, envers et contre toutes les valeurs d’une République fondée sur la déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen. Une poignée d’entre eux se livra même, dans la clandestinité, au terrorisme.
    « Reconnaître cette vérité ne doit jamais nous faire oublier que l’immense majorité de nos officiers et de nos soldats refusa de violer les principes de la République française. Ces dérives criminelles, ils n’y ont pas souscrit, ne s’y sont pas soumis, et s’y sont même soustraits. En conscience, avec courage, certains prirent la parole ou la plume pour les condamner publiquement. Et en 1961, lors du putsch des généraux d’Alger, la loyauté de la plupart de nos combattants fut cette digue décisive qui fit tenir notre République et notre Nation. »

    Et enfin, le vendredi 30 décembre, qui vit le doyen Rassemblement national des députés, José Gonzalez, inconsolable nostalgique de l’Empire colonial et revanchard impénitent de l’Algérie française, nommé par le bureau de l’Assemblée nationale en tant que co-vice-président du groupe d’amitié "France Algérie" : ce groupe dont l'actuel maire Alençon été le secrétaire du 1er décembre 2017 au 2 août 2020, sous une autre législature. 

    *********** 

    Alençon. 61 ans après son assassinat : un  hommage à Alfred Locussol sur fond de lutte contre le fascismeÀ toutes et tous, bonne année post-soixantenaire de la fin de la guerre d’Algérie. 

    Ayons, toutes et tous, présent à l’esprit :
    - que l’impératif de vérité est un des fondements de la société française ;
    - que le besoin de justice correspond à la nécessité d'un ordre social ;
    - qu’Alfred Locussol était mu par un objectif de paix dans lequel nous devons puiser l’inspiration de nos combats pour la vérité et la justice.
     

    Jean-François Gavoury 

     

    »

     

    « Commémorations de La Ville de Lille Guerre d’Algérie : Jean-Marie Le Pen visage d’une mémoire amnésique sur la torture »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 6 Octobre 2023 à 10:27

    Je m'associe par la pensée à l'hommage qui doit être rendu tout à l'heure à notre ami Jean-François Gavoury et renouvelle pour la circonstance mes condoléances affectueuses à sa famille et en particulier à son épouse Maryse que j'ai eu l'occasion de rencontrer.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :