• Algérie-France : le rapport Stora, rapport des possibles ?

     Algérie-France : le rapport Stora

    rapport des possibles ?

    Algérie-France : le rapport Stora, rapport des possibles ?

    Fondation Jean-Jaurès

     

    Le rapport de l’historien spécialiste de l’Algérie et du Maghreb Benjamin Stora sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie suscite diverses critiques en France et en Algérie, mais est tout autant salué pour ses apports et les « possibles » qu’il propose. Ce travail veut affronter la complexité de cette histoire et de sa mémoire en refusant tout dualisme réducteur, simpliste et source d’immobilisme, et va à l’encontre des postures idéologiques radicales confortables et in fine inefficaces. Les récentes décisions du président Macron de faciliter la déclassification des archives de la guerre d’Algérie et la reconnaissance de la responsabilité de la France dans l’assassinat d’Ali Boumendjel accréditent d’ailleurs la stratégie « des petits pas » prôné par Benjamin Stora. Dans le cadre de son Observatoire de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, la Fondation Jean-Jaurès en débat avec lui et Louis-Simon Boileau, docteur associé au Ceri de Sciences Po, José Garçon, journaliste, et Farid Vahid, directeur de l’Observatoire de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient de la Fondation. 

     

    Commentaire

     

     

    Si vous avez la patience d’écouter Benjamin Stora pendant plus d’1 heure, vous l’entendrez dire ceci :

    « Je ne suis pas étonné des critiques de la droite et de l’extrême droite, vous savez les nostalgiques de l’Algérie Française »

    « En France pour avancer il faut nommer les choses concernant la colonisation et la guerre d’Algérie, je regrette, parce que c’est mon camp, que la gauche ne l'a pas fait, je regrette son silence assourdissant… bien sûr je sais que la gauche est gênée, c’est quand même elle qui a envoyé les appelés et rappelés en Algérie, c’est aussi elle qui a accordé les pouvoirs spéciaux à l’armée »

     

     

     

    « 128e anniversaire de la tour Eiffel "Si la mine algérienne m’était «comptée» !"Fils du peuple en uniforme, les soldats d’Algérie, lassés 
de la guerre, ont défendu leurs familles et la République. »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Lundi 15 Mars à 16:03

    Il y a des gens de gauche, j'en suis, qui ont salué le travail de Benjamin Stora comme positif et permettant d'ouvrir un débat sur tout un pan de notre histoire. Un pan sur lequel une chape de plomb s'était posée.

    Je considère que le "possible" dépend de notre capacité à nous saisir de l'occasion qui s'offre à nous pour faire évoluer les consciences.

    Il sera sans doute nécessaire de combler des lacunes et de corriger des insuffisances mais le rapport remis au chef de l'Etat permet d'engager les échanges entre les différentes parties.

    Je ne considère pas qu'il y a opposition sur le sujet entre Algériens et Français mais que celle-ci se situe entre ceux qui sont pour la paix et l'amitié entre les peuples et les tenants d'un idéologie colonialiste fondée sur le racisme et la xénophobie. Une idéologie qui avait cours au temps de la conquête de l'Algérie, de son occupation et de la guerre menée pour tenter de perpétuer le système colonial. A noter qu'elle connaît un regain de popularité par ces temps de crise socio-économique.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :