• Association des “Anciens appelés en Algérie contre la guerre” Mobilisation pour la conservation de la mémoire

     

    Association des “Anciens appelés en Algérie

    contre la guerre”

    Mobilisation pour la conservation

     de la mémoire

    Association des “Anciens appelés en Algérie contre la guerre”  Mobilisation pour la conservation   de la mémoire

    Les membres de cette association reversent leur pension d’anciens combattants à des “organisations qui œuvrent pour la paix” en Algérie et en Palestine.

    “Nous sommes des anciens appelés en Algérie. À cette époque, nous, les gars du contingent, nous n’avons rien dit. Nous n’avons pas eu le courage de hurler notre désaccord au monde. Aujourd’hui, bien que percevant de modestes retraites, nous avons décidé de refuser pour nous-même la pension liée à la retraite du combattant et de la verser à des populations qui souffrent de la guerre ou à des organisations qui œuvrent pour la paix.”
    Cette déclaration remonte au 3 février 2004, date de la création de l’Association des anciens appelés en Algérie contre la guerre. Michel Delsaux, Rémi Serres, Georges Treilhou, Armand Vernhettes, les signataires, convoquent une histoire brûlante : “Ce que nous avons vu et vécu en Algérie, l’inutilité de ce conflit, la conscience de l’horreur de la guerre, le désir de transmettre cette mémoire aux jeunes générations, nous ont conduit à créer la 4ACG.” Au fil du temps, les membres fondateurs ont été rejoints par des anciens appelés et par des sympathisants appelés “amis” qui sont tous contre les guerres.
    L’association participe à des évènements culturels en France pour faire connaître sa charte des valeurs et ses objectifs. C’est à l’une de ces occasions que nous avons rencontré Stanislas Hutin, appelé de la guerre d’Algérie de novembre 1955 à mars 1956, membre de la 4ACG et auteur de Journal de bord, Algérie novembre 1955 (GRHI Toulouse). “On venait de faire notre service militaire à Madagascar et on a été maintenus et envoyés en Algérie. J’y suis resté suffisamment pour avoir de cette guerre un visage absolument déplorable et des souvenirs très douloureux. J’étais sous les ordres d’une hiérarchie qui venait de perdre la guerre d’Indochine et qui voulait se venger. On a été très vite soumis à des dérives de l’armée, et au titre du renseignement, tout était permis. J’ai vécu cela très péniblement. Aujourd’hui, je continue à militer pour conserver la mémoire. Notre idée est qu’on ne peut pas toucher nos pensions, argent de la guerre et du sang. Mais il vaut mieux la toucher que de la laisser à ceux qui fabriquent des armes de guerre. Nous touchons la retraite mais nous la reversons à un fond commun pour financer en Algérie et en Palestine, des actions de paix.” L’association 4ACG a participé à des actions dans les wilayas de Constantine, Tizi Ouzou, Boumerdès, Alger, ainsi qu’à Hébron et Gaza en Palestine. Ce sont de modestes actions de réhabilitation, d’équipement de structures de jeunesse et de financement de petits projets dans l’artisanat et la culture. Mais le geste reste hautement symbolique de la volonté de construire la paix.
    La 4ACG est membre des collectifs “Sortir du colonialisme”, “17 octobre 1961”, “L’autre 8 Mai 1945” et “Ni guerre ni état de guerre”. Elle a publié en 2012, chez L’Harmattan, un livre de témoignages sur la guerre d’Algérie. Elle a contribué également au film Le goût du large d’Emmanuel Audrain, en coproduction avec France Télévisions. Le réalisateur Medhi Lallaoui a fait éditer un coffret qui comprend cinq DVD, tous en lien avec la guerre d’Algérie. L’un des films, En finir avec la guerre, est spécialement consacré aux témoignages des appelés et à l’association 4ACG. Présidée actuellement par Alain Desjardins, elle “se situe résolument en faveur du respect de la personne, de sa dignité, de son intégrité et de ses droits. Elle veut travailler avec les Algériens et contribuer à promouvoir l’entente entre les deux peuples”.

    SOURCE : https://www.liberte-algerie.com/culture/mobilisation-pour-la-conservation-de-la-memoire-311425 

    GUERRE D'ALGÉRIE, GUERRE

    D'INDÉPENDANCE

      Association des 4 ACG

    GUERRE D'ALGÉRIE, GUERRE D'INDÉPENDANCE *** Paroles d'humanité *** Association des 4 ACG *** Préface de Raphaëlle Branche et d'Ounassa Siari Tengour Histoire de vie et formation BIOGRAPHIE, AUTOBIOGRAPHIE, TÉMOIGNAGE, RÉCIT HISTOIRE MAGHREB, MONDE ARABE, MOYEN ORIENT EUROPE Algérie-France. Cet ouvrage rassemble des récits divers de combattants français et algériens, harkis, pieds-noirs, réfractaires, médecins, infirmières, membres de leur famille, tous mêlés d'une façon ou d'une autre à la guerre. Ce dont ils témoignent, c'est qu'aujourd'hui pour tous ces acteurs, l'heure est venue de parler et d'entendre, de donner et de recevoir, des deux côtés de la Méditerranée. C'est bien le sens de ce livre : faire entendre la multiplicité des voix, contribuer à une mémoire chorale de la guerre. 

     

    « Amis algériens restez vigilants : Abdelaziz Bouteflika "jamais" candidat à un 5e mandat ? Ah bon ?Algérie : le désarroi du pouvoir »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Mercredi 13 Mars à 10:36

    On peut lire sur mon blog la fiche de lecture du livre "Guerre d'Algérie, guerre d'indépendance" que j'avais mise en ligne. Lien http://cessenon.centerblog.net/6570766-guerre-algerie-guerre-independance

    Par ailleurs javais eu un contact avec Stanilas Hutin qui a des attaches à Cessenon, une de ses nièces y habite !

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter