• Au-delà du DEUIL nécessaire, la France n’a rien à faire au MALI !

     

    Au-delà du DEUIL nécessaire, la France n’a rien

    à faire au MALI ! 

    Bien sûr la première pensée qui vient à l’esprit c’est celle de ces familles qui pleurent un proche, arraché jeune à la vie. Le fait que ces hommes soient volontaires n’enlève rien à l’émotion et au sentiment de révolte que l’on peut ressentir face à la barbarie de la guerre. Pour autant peut-on dire que ces hommes sont morts pour la France comme se plaisent à le répéter les politiques qui nous gouvernent rejoints en cela par nombre de membres de l’opposition qui retrouvent en la circonstance des élans d’union sacrée ?

    Non ces hommes ne sont pas morts pour la France ou alors pour celle des riches qui veulent continuer à piller l’Afrique en toute tranquillité. Car la France envoie son armée pour soi-disant combattre le terrorisme au Mali, alors que dans le même temps elle continue de piller les richesses et de contrôler l’économie du Mali grâce au franc CFA, ce qui favorise justement l’émergence de groupes terroristes qu’elle a elle-même contribué à créer. 

    L’argument de la lutte contre le terrorisme ne tient pas pour au moins quatre raisons : 

    ->D’abord une raison de droit international. Le Mali est un pays souverain et en quoi la France serait-elle plus qualifiée que l’ONU pour décider des formes d’intervention qu’il y a lieu d’avoir pour que cet état fasse respecter sa souveraineté ? Si intervention il doit y avoir cela ne peut être que celle d’une force sous commandement de l’ONU et de l’UNION AFRICAINE en accord et à la demande des États de la Région. 

    ->Ensuite il y a une raison de sécurité. S’il y a effectivement danger terroriste le fait que ce soit l’armée française seule qui soit en première ligne de ce combat expose particulièrement la population de notre pays aux attaques de ceux que le gouvernement français combat et à leurs soutiens ailleurs dans le monde. 

    ->Seul le peuple malien est qualifié pour choisir démocratiquement son avenir. Contrairement aux assertions du président français, l’intervention étrangère n’a pas éradiqué le djihadisme, mais a au contraire nourri l’intégrisme, et les trafics d’armes, de drogue et d’hommes, qui alimentent les groupes djihadistes. 

    ->Enfin d’un point de vue militaire même, le fait qu’après des mois de combats, dans un pays que la presse, toujours complaisante, présente comme une zone grande comme l’Europe (sic !) l’armée d’un des pays les plus riches et les mieux armés du monde ne soit pas venue à bout de quelques centaines de combattants montre toute l’inanité de cette guerre qui ne dit pas nom. 

    Le camp progressiste s’honorerait à réclamer fermement et à agir pour le retrait des troupes françaises d’Afrique, l’arrêt du pillage de ses richesses et le recours à l’ONU pour aider à ce qu’enfin revienne la paix sur ce continent qui a besoin de tout, sauf des armes.

    « Une femme Noire recadre une raciste irréfléchie. Elle s'appelle Leonora MianoCe matin je me marre bien avec ces deux infos… »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Dimanche 1er Décembre à 09:45

    Je souscris au jugement selon lequel les treize soldats morts au Mali ont été victimes d'une politique d'envoi d'un corps expéditionnaire au Mali pour des raisons égoïstement économiques. Le fait que ces militaires soient des engagés n'enlève rien au drame. Evidemment c'était un risque lié à leur statut mais ce ne sont pas eux qui ont pris la décision d'aller dans ce pays et on peut imaginer le développement du conflit conduisant à des conséquences encore plus désastreuses.

    Au passage on notera que de telles expéditions n'assurent pas la protection contre les attentats terroristes, bien au contraire. C'est aussi inefficace que la modernisation de notre force de frappe ! C'est sur d'autres bases qu'il faut régler cette question. 

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :