• Audin, Fanon et les autres....

    L'HOMMAGE DU PRÉSIDENT BOUTEFLIKA

     AUX AMIS FRANÇAIS DE LA RÉVOLUTION

    ALGÉRIENNE

    Audin, Fanon et les autres....

    Maurice Audin et Frantz Fanon

    Le ministre des Moudjahidine leur a rendu un vibrant hommage en présence de Pierre, fils de Maurice Audin.

    Le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, a rendu mercredi soir à Paris, au deuxième jour de sa visite de travail en France, un vibrant hommage aux Français amis de la Révolution algérienne.
    Au cours d'une réception organisée au Centre culturel algérien en l'honneur des moudjahidine de France et des Français amis de la Révolution algérienne, le ministre a tenu à rendre un hommage «solennel», «au nom du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, à tous ceux, Algériens et Français, guidés par les valeurs nobles de la liberté et de la justice, qui se sont impliqués et sacrifiés pour l'indépendance de l'Algérie».
    «Amis français, votre présence aujourd'hui, témoigne de votre attachement à l'Algérie et je puis vous assurer de la reconnaissance éternelle des Algériens à votre égard», a affirmé le ministre qui a rappelé que la cause algérienne dépassait largement les frontières géographiques, religieuses et autres.
    Il a relevé devant Pierre, fils de Maurice Audin, qui était présent en compagnie de l'avocat de la famille, Roland Rappaport, que «le combat et le sacrifice de héros tels que Maurice Audin et Frantz Fanon, à jamais inscrits dans notre panthéon, démontrent l'universalité des valeurs du 1er Novembre 1954 qui ont conduit des hommes et des femmes de tous les horizons à rejoindre le combat du peuple algérien». Pour Zitouni, «il est important, pour les jeunes générations algériennes et françaises, de savoir et comprendre cette histoire que nous avons en partage». Dans sa mission de sensibilisation du pouvoir législatif sur le règlement de la question de la mémoire, «sans arrière-pensées, ni tabous, ni complexes», Zitouni s'est entretenu avec le président du Sénat, Gérard Larcher, et avec le président de l'Assemblée française, Claude Bartolone. A chaque occasion, Zitouni n'a cessé de répéter qu'il était porteur d'un message «clair» à la France et aux Français, tout en les assurant de la «volonté de l'Algérie d'établir un climat de confiance pour construire un avenir prometteur pour les relations entre les deux pays».
    Avec le secrétaire d'Etat chargé des Anciens combattants et de la Mémoire, Jean-Marc Todeschini, trois grands dossiers ont été mis sur la table des négociations et des discussions. Il s'agit de ceux relatifs aux archives, aux disparus et aux essais nucléaires dans le Sud algérien durant la colonisation. Avant de regagner Alger, il a eu également des entretiens avec le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.
    Le ministre Zitouni a lancé, par ailleurs, un message fort, disant qu'il n'y avait «aucun différend» entre l'Algérie et la France, se félicitant d'un changement d'attitude et de ton de la France au sujet des questions liées à la mémoire. «Nous n'avons, avec la France, aucun différend. Nous avons seulement, entre nous, des dossiers en suspens qui empoisonnent constamment nos relations», a-t-il précisé devant les moudjahidine de France et les Français amis de la Révolution algérienne, au Centre culturel algérien de Paris.

    Source : http://www.lexpressiondz.com/actualite/234260-audin-fanon-et-les-autres.html 

     

    « Nos amis Les Pieds-Noirs Progressistes nous annoncent le décès de Denise Buonomano le 26 décembre 2015"L'Art français de la guerre", un livre d'utilité publique »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter