• Béziers : l'Etat attaque en justice l'installation de la crèche mobile de Noël. Une fois de plus l'âne Ménard a perdu...

    Béziers : l'Etat attaque en justice l'installation de la crèche mobile de Noël

    Regardez Ménard avec ses oreilles d'âne

     

    [Communiqué de presse]

    Encore des milliers d’euros dilapidés

     pour une attaque contre la laïcité :

     N’y a-t-il pas d’autres priorités

     pour Béziers, ville sinistrée ?

    Béziers le 14 décembre 2018 

    Le tribunal condamne à nouveau Robert Ménard… Encore des milliers d’euros dilapidés pour une attaque contre la laïcité : N’y a-t-il pas d’autres priorités pour Béziers, ville sinistrée ?

    Le groupe de Béziers de la Libre Pensée se félicite de la décision du juge des référés de condamner Robert Ménard maire de Béziers à déplacer sa crèche catholique, dont le caractère illégal était manifeste

    En effet, le juge s’appuie à nouveau sur la jurisprudence Libre Pensée du Conseil d’État (CE, ass., 9/11/2016, Fédération de la libre pensée de Vendée ; CE, ass., 9/11/2016, Fédération départementale des libres penseurs de Seine-et-Marne).

    La commune paiera ainsi 2000 euros d’amende par jour

     de retard et 15000 euros à partir du troisième jour. 

    Mais une question se pose : alors que depuis des semaines, des milliers de Biterrois se mobilisent sous diverses formes pour refuser la misère, comment se fait il que Robert Ménard, tel Louis XIV qui disait « l’État c’est moi », proclame « Béziers, c’est moi », dilapide encore des milliers d’euros pour ses opérations de communication visant à faire de Béziers le laboratoire du communautarisme et de la ségrégation ?

    Combien de temps encore, verra-t-on une ville délabrée dirigé par un maire dépensant des centaines de milliers d’euros de frais de justice, de campagne d’affichage en crèches catholiques et autre panoplie de propagande douteuse ?  Cet argent ne devrait-il pas servir les citoyens ?  La ville de Béziers n’est pas sa propriété personnelle dont il peut disposer comme bon lui semble.  Il y a des lois dans la République, elles doivent être respectées.

    La Libre Pensée de Béziers estime que cette politique de dilapidation des deniers publics doit s’arrêter, que la laïcité doit s’appliquer, et que priorité doit être donnée à la population,  à ses conditions de vie, de logement  et de travail, au développement de notre ville.

    Nous le savons cette nouvelle offensive se fait dans le contexte d’annonce d’un projet gouvernemental de révision de la loi de 1905, dont on comprend quelle est encore l’obstacle majeur pour ceux qui attendent patiemment de prendre la revanche cléricale. C’est pour réaffirmer cela que nous avons été reçus ce lundi en préfecture à Montpellier, pour exiger l’abandon de toute modification de la loi de 1905.

    Groupe Libre Pensée de Béziers et des environs
    Fédération unie de la Libre Pensée de l’Hérault

    SOURCE : https://lemouvement.info/2018/12/15/communique-de-presse-encore-des-milliers-deuros-dilapides-pour-une-attaque-contre-la-laicite-ny-a-t-il-pas-dautres-priorites-pour-beziers-ville-sinistree/ 

     

     

    Béziers : l'Etat attaque en justice l'installation

    de la crèche mobile de Noël

    Béziers : l'Etat attaque en justice l'installation de la crèche mobile de Noël

    Béziers (Hérault) - la crèche mobile de la municipalité - décembre 2018. / © F3 LR S.Bonnet.

     

    A Béziers, la crèche municipale de Noël fait à nouveau polémique. Cette année, c'est l'Etat qui attaque en justice l'installation de ce symbole dans la cour de la mairie. Le sous-préfet estime que cette crèche est contraire à la loi de 1905 sur la séparation des églises et de l'Etat.

    Robert Ménard n'a pas hésité une seconde à réinstaller, cette année, la crèche de Noël dans l'enceinte même de la mairie de Béziers. Elle trône depuis le début de la semaine dans la cour du bâtiment.
    Malgré 3 condamnations par la justice, ces dernières années, en vertu de la loi de 1905 sur la séparation des églises et de l'Etat, le maire de Béziers persiste et signe avec cette année une nouvelle solution de repli.
    Puis-je vous dire un secret ? Il ne vous aura pas échappé que derrière les piliers, la crèche est sur roulettes... Donc, ce sera la première crèche de l'histoire des crèches qui se déplacera, si elle a besoin de se déplacer. Et elle continuera à exister." explique astucieusement et malicieusement Robert Ménard.


    Mais roulettes ou pas roulettes...


    La préfecture de l'Hérault a saisi en référé ce mercredi après-midi, le tribunal administratif de Montpellier. Le sous-préfet dénonce une volonté délibérée du maire de Béziers de ne pas respecter les principes de laïcité de la République.
    Il demande le déménagement immédiat de la crèche dans un autre lieu que la mairie.

    Il y a une volonté de provocation, presque de croisade. Lors de l'inauguration, il a lui même dit qu'il considérait que les condamnations étaient autant de décoration à sa boutonnière" déplore Christian Pouget, le sous-préfet de Béziers.

    A Béziers, la crèche municipale de Noël fait à nouveau polémique. Cette année, c'est l'Etat qui attaque en justice l'installation de ce symbole dans la cour de la mairie. Le sous-préfet estime que cette crèche est contraire à la loi de 1905 sur la séparation des églises et de l'Etat. - F3 LR - Reportage : J.Gaussen et S.Bonnet


    Pour le groupe Libre pensée à la mairie de Béziers qui défend les principes de cette loi, Robert Ménard joue à un jeu dangereux qui mêle politique et religion.

    Je suis scandalisé en tant que Biterrois que des milliers de fonds publics soient utilisés tous les ans à des fins de propagande politique qui vise à dire que finalement le France est catholique et que les autres ne sont pas vraiment chez eux" Christophe Benoit, groupe "Libre pensée" à Béziers.

    La justice devrait rendre sa décision dans les plus brefs délais...

    SOURCE : https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/herault/beziers-etat-attaque-justice-installation-creche-mobile-noel-1587193.html 

     

    « André Gazut, réalisateur de « Pacification en Algérie » : « J’ai réalisé ce film par devoir de mémoire et de vérité »Je vais répondre au pire discours d'un ancien "con battu" que je n'ai jamais lu auparavant... Il s'appelle Chagny je l'appellerai "Charognerie" »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Jeudi 6 Décembre 2018 à 14:19

    Ménard entend dévoyer le mécontentement des Biterrois qui vivent dans la ville la plus pauvre de France en orientation leur conscience vers ce qui n'est pas catholique. Les musulmans par exemple peuvent servir de boucs émissaires.

    La panoplie de la violation de la loi est d'ailleurs complétée par l'utilisation de la stèle en hommage aux assassins de l'OAS condamnés par la justice devant laquelle va se recueillir le maire de la ville en compagnie d'autres élus à l'occasion de diverses cérémonies.

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter