• Béziers, la totale ? Un article de Jacques Cros auquel j'ajouterai un complément

    Béziers, la totale ? Un article de Jacques Cros auquel je rajouterai un complément

    Béziers, la totale ?

     

    Béziers, la totale ? Un article de Jacques Cros auquel je rajouterai un complément

    Une des douze classes des Tamaris après le désastre


    Un article de Jacques Cros habitant de Béziers auquel j'ajouterai un complément pour démontrer l'ambiance déplorable qui règne dans cette ville par la faute de son maire d'extrême droite et islamophobe…  

     

    Béziers est, on le sait, au hit-parade des villes sinistrées par la crise sociale. Le pouvoir d’achat est au plus bas parmi les agglomérations de cette taille et le chômage y culmine dans les hauteurs les plus insupportables qui soient.

     

    Les intempéries récentes ont aggravé la situation de certains quartiers peuplés d’une population défavorisée. La crue de l’Orb a comme à l’accoutumé produit des inondations au Faubourg et endommagé ici et là quelques infrastructures privées ou publiques. 

     

    La ligne de chemin de fer n’est plus praticable au niveau de Villeneuve-les-Béziers et il n’y a plus de train en gare de Béziers. Une carence qui va durer pendant tout le mois de novembre. Les moyens de substitution mis en place par la SNCF sont insuffisants. 

     

    Et pour couronner le tout une violence urbaine qui s’est déclenchée dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre à La Devèze. Une violence inouïe qui a pris naissance avec l’incendie qui a eu lieu dans un immeuble squatté. Les pompiers ont subi des jets de pierres et des tirs de mortier ont été entendus. 

     

    Un scénario banal en pareilles circonstances, voitures incendiées on ne pouvait guère espérer y échapper ! Un blessé parmi les pompiers et destruction d’un groupe scolaire, celui des Tamaris et dommages considérables dans deux classes du collège situé à deux pas. 

     

    Evidemment l’institution scolaire pas plus que les services de lutte contre les sinistres ne sont en rien responsables des difficultés sociales évoquées plus haut. Il n’empêche, ils font les frais de la vindicte de jeunes qui ne situent pas le moins du monde ce qui est en cause dans la situation que nous vivons. 

     

    On sait que de tels actes, parfaitement insensés, ne résoudront pas les problèmes auxquels nous sommes confrontés. Ils vont permettre de renforcer le courant sécuritaire  qui bien sûr ne sécurise rien du tout, la preuve ! Sans doute même va-t-on voir se développer l’islamophobie ambiante. Si ce n’est pas l’objectif ce sera au moins le résultat ! 

     

    Alors la totale à Béziers ? Pas encore peut-être mais nous n’en sommes plus loin sans doute et ce n’est ni une crèche dans le hall de la mairie ni les prestations continuelles de Ménard sur les plateaux de télévision qui vont endiguer quoi que ce soit !

    Jacques CROS

    SOURCE : http://cessenon.centerblog.net/6573436-beziers-la-totale#c25123750 

     

    Béziers, la totale ? Un article de Jacques Cros auquel je rajouterai un complément

    Merci mon cher Jacques Cros de nous avoir commenté

    la situation déplorable de ta bonne ville de Béziers

     

    Robert Ménard, le maire d’extrême droite, avec ses larmes de crocodiles hypocrites dit  : « Je suis abasourdi et en colère, c’est un crime de brûler une école, c’est inacceptable ! »

    Oh, incroyable, car c’est très rare, je suis d’accord avec lui, bien sûr que c’est un crime de brûler une école, c’est inacceptable, c’est même un crime aussi de brûler une bibliothèque, c’est ce qu’ont fait ses ascendants à Alger, rappelons-nous : C'est l'OAS avec sa politique de la terre brûlée qui a incendié la Bibliothèque Universitaire d'Alger il y a 57 ans.  

     

    Incendie de la Bibliothèque Universitaire d’Alger
    le 7 juin 1962 

    Béziers, la totale ? Un article de Jacques Cros auquel j'ajouterai un complément

    « … Ceux qui l’ont brûlée, voulurent fermer l’accès de la culture française aux élites algériennes, par là-même, sans doute, avouaient-ils la considérer à eux seuls réservée … » (Robert Buron) 

    Aucune époque, aucun peuple, n’est à l’abri du désastre moral que constitue la destruction de livres, de bibliothèques, comme de tout ce qui permet à l’homme de réfléchir sur sa condition. 

    Au début de l’année 2013 la destruction d’une des bibliothèques de Tombouctou, comme il y a cinquante-sept ans l’incendie de la bibliothèque universitaire d’Alger relèvent d’une même barbarie. 

    Le soir du 6 juin 1962, les Algérois qui venaient de vivre une sixième journée sans attentat entendirent, au cours d’une émission pirate, l’O.A.S. annoncer la fin de la trêve : « L’O.A.S. reprend sa liberté d’action dès ce soir. Nous demandons à nos commandos de reprendre les opérations en visant surtout les objectifs économiques. » 

    Cette fois les criminels de l'OAS étaient parvenus à leur ultime crime... Ils l’avaient leur terre brûlée ! On cassait, on détruisait. En une seconde des dizaines d’années d’efforts étaient anéanties. "Tout plutôt que de “leur” laisser notre belle ville, nos installations. Puisqu’on ne pouvait pas gagner, puisqu’on avait trop tardé à s’entendre, on partirait".
    « Mais avant...
    « Le 7 juin un panache de fumée couronna Alger. La bibliothèque de l’Université venait de sauter. Six cent mille livres brûlaient. Et l’on criait de joie. Et les laboratoires des Facultés furent plastiqués à leur tour, et deux amphithéâtres. On n’allait quand même pas leur laisser “notre” culture et “notre” science ! » (Yves Courriére)  

    Le sinistre faisait encore rage quatre heures plus tard dans les locaux de l’Université, complètement isolés par les pompiers et par la troupe : la bibliothèque, le laboratoire des Sciences, plusieurs amphithéâtres de Médecine ont subi entre autres, des dégâts considérables. Tout le passé et un avenir de culture sombraient dans la fournaise. Les 500.000 volumes de la bibliothèque ont été détruits par le feu » La chaleur dégagée par le foyer était telle qu’on ne pouvait approcher à moins de cent mètres…(Le Figaro, 8 juin 1962)

    Alors pourquoi j’ai souhaité vous rappeler le crime OAS qui brûlait la bibliothèque d’Alger il a 57 ans et quel rapport avec l'école et le collège brûlés à Béziers ?

    Et bien parce que Ménard est un islamophobe acharné et il le prouve sans arrêt.

    Pour commencer voici déjà cette affaire :

     

     

    Fichage d'élèves musulmans à Béziers :

    Non-lieu pour Robert Ménard. Ok mais alors il aurait dû ne pas mentir dès le début et comme dit Patrick Sébastien dans une chanson « Ah si tu pouvais fermer ta gueule ça ferait du bien à la France »

    Une enquête avait été ouverte suite à une déclaration de Robert Ménard, dans laquelle il affirmait compter les élèves musulmans scolarisés à Béziers. 

    La justice a rendu un non-lieu pour Robert Ménard, dans l'affaire des supposés fichages d'élèves musulmans dans les écoles de Béziers. "Après plus de quatre ans d'une procédure infamante à l'encontre de Robert Ménard [...], la justice a dû se rendre à l'évidence : la ville de Béziers et son maire ne constituent pas et n'ont jamais constitué de fichiers, de quelque nature que ce soit, des enfants scolarisés", a déclaré la ville dans un communiqué. 

    L'affaire a débuté en mai 2015, Robert Ménard avait annoncé sur France 2 qu'il scolarisait 64,6 % d'élèves musulmans dans les écoles de Béziers. Il expliquait avoir fondé ce chiffre sur le fait que "les prénoms disent les confessions". "Pardon de vous dire que le maire, il a, classe par classe, les noms des enfants. Je sais que je n'ai pas le droit de le faire, mais on le fait", avait-il ajouté. 

    Suite à ses déclarations, une enquête préliminaire avait été ouverte pour "tenue illégale de fichiers en raison de l'origine ethnique"Après avoir perquisitionné la mairie, la justice avait auditionné Robert Ménard. Ce dernier avait affirmé procéder à un "comptage manuel" à partir de la consonance des prénoms et qu'il n'avait aucune base de données consacrée à ce sujet.

    La procédure avait alors été classée sans suite, mais SOS Racisme l'avait relancée dans la foulée, en déposant une plainte avec constitution de partie civile. C'est cette action judiciaire qui vient de se solder par un non-lieu.

     

    Ménard déloge aussi des familles de réfugiés 

    Béziers : Trois familles de réfugiés syriens ont quitté la Devèze pour être accueillies au centre de demandeurs d’asile d’Alès (Gard).

    Béziers : Trois familles de réfugiés syriens ont

    quitté la Devèze pour être accueillies au centre

    de demandeurs d’asile d’Alès (Gard).

    Le 11 septembre, le maire de la ville, Robert Ménard avait publié une vidéo sur YouTube qui a été supprimée sans doute sur ordre de ce dernier, dans laquelle il signifiait à ces migrants qu’ils « n’étaient pas les bienvenus ». Une opération de communication pas vraiment du goût des associations. « Pour nous, ce n’est pas le maire de Béziers, mais de ''Buzziers'', note Mehdi, président de l’association Esprit libre, qui accompagne ces familles depuis leur arrivée dans l’Hérault. Il ne vit que par le buzz, et divise la population. Il est là pour allumer le feu. »

    Hélas cette vidéo a été supprimée sur ordre de Ménard... et nous pourrions rajouter une multitude d'actes tous en rapport avec l'islamophobie qui règne dans cette ville...

     

     

    Bien sûr nous ne pouvons que déplorer qu’une école et un collège ont été brûlés à Béziers, nous ne connaissons pas encore les auteurs qui doivent être jugés et condamnés, mais dans le contexte actuel où sur le plan national on préfère stigmatiser les musulmans depuis des semaines plutôt que de s’occuper des autres problèmes graves de notre société, alors qu’à Béziers le maire n’est pas le dernier pour lui aussi stigmatiser nos amis musulmans, Ménard a aussi une responsabilité concernant cette école et ce collège brûlés. 

     

     

     

     

    « La guerre d'Algérie vue par les appelés un documentaire exceptionnel ce dimanche soir sur France 5Le documentaire « Algérie la guerre des appelés » dont Tramor Quemeneur a été le conseiller historique sera diffusé sur France 5 le 3 novembre à 20 h 30 au cours d’une soirée spéciale »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :