• Béziers : Non au changement de nom de la Rue du 19 mars 1962 ! Un compte-rendu de Jacques CROS

    Béziers : Non au changement de nom   de la Rue du 19 mars 1962 ! Un compte-rendu de Jacques CROS

    Non au changement de nom

     de la Rue du 19 mars 1962 !

    Nous étions plusieurs dizaines (80 a écrit Midi Libre) rassemblés ce jeudi 11 décembre devant l’Hôtel de Ville de Béziers pour protester contre deux problèmes qui concernent le conseil municipal. Le premier avait trait à une question d’antennes relais placées dans quatre écoles.

    Le second, que nous allons développer plus longuement, est en rapport avec le projet de débaptiser la rue du 19 mars 1962 pour lui donner le nom d’un officier putschiste. Paul Barbazange a situé la démarche de Ménard dans la continuité de son discours tenu le 5 juillet dernier devant la stèle glorifiant quatre tueurs de l’OAS. Discours repris le 5 décembre devant le Monument aux Morts dont nous avons déjà parlé.

    Après avoir souligné ce qu’a été la « sale guerre d’Algérie » Barbazange a étendu la position de Ménard à la situation de tensions et de risques pour la paix que nous vivons. Il a ensuite donné la parole à Patrice Gril de la FSU qui a mis en exergue ce qu’avait représenté pour la démocratie, et le syndicalisme plus particulièrement, la tentative de coup d’Etat d’avril 1961.

    Un témoignage a été apporté par un ancien d’Algérie (il y en avait quelques-uns même si la FNACA, et on le regrette, n’était pas présente !) sur ce qu’il avait personnellement vécu le jour du cessez-le-feu. Satisfaction chez les appelés du contingent qui en avaient leur saoul de ce qu’ils vivaient et refus de certains, harkis notamment, de la fin de la guerre !

    Lors de la séance du conseil municipal, Aimé Couquet, élu d’opposition, a déposé sur la table du maire une plaque au nom de « Rue du 19 mars 1962, fin de la guerre d’Algérie ».

    Le vote qui est intervenu a permis à Ménard d’obtenir l’approbation de son projet qui refuse de condamner la guerre et son cortège d’horreurs. Elle a vu cependant l’abstention de quelques élus de droite, mais pas d’Aboud qui reste fidèle au colonialisme, à ses injustices et à ses atrocités !

     

    Jacques Cros

    « « La torture, une actualité brûlante » L’Edito d’Henri POUILLOTLe révisionniste Ménard l’a décidé : la rue du 19-Mars-1962 à Béziers sera renommée rue du Commandant-Helie-de-Saint-Marc »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :