• Bréville (Charente) un square pour se souvenir

    Un square pour se souvenir

    Bréville (Charente) un square pour se souvenir

    Les enfants de l’école ont été étroitement associés à la cérémonie d’inauguration. © Photo P. B.

    Bréville (Charente) un square pour se souvenir

    Mehdi Kalaï, le maire de Bréville

    né de l'autre côté de la Méditerranée

    En ce temps singulier où monte l'intolérance, quand des communes de France suppriment la référence au 19 mars 1962 et débaptisent rues et squares avec la bénédiction de personnalités politiques, la commune de Bréville a clairement choisi son camp. Samedi 17 septembre, elle a inauguré un « Square du 19 Mars 1962, Cessez-le-feu en Algérie ».

    Une stèle en pierre de taille a été érigée près de l'olivier planté il y a quelques mois dans l'espace vert entre le nouveau parking et le cimetière : symboles forts d'un idéal de paix et de réconciliation, fortement affirmés par Mehdi Kalaï, maire de Bréville, dont les racines plongent au-delà de la Méditerranée.

    En présence des personnalités officielles, des enfants de l'école, de plus de 40 drapeaux des sections des anciens combattants, la cérémonie a été empreinte de gravité et de recueillement, sous la conduite de Pierre Chassagne, lui-même appelé en Algérie comme trois millions de jeunes Français. Des fortes allocutions des représentants de la fédération nationale des anciens combattants d'Afrique du Nord (Fnaca), il ressort l'absolue nécessité de recueillir la trace de tous ceux qui ont été mobilisés et de développer le devoir de mémoire et d'écriture sur cette guerre qui longtemps n'a pas dit son nom.

    SOURCE :  http://www.sudouest.fr/2016/09/21/un-square-pour-se-souvenir-2507603-849.php

    Bréville (Charente) un square pour se souvenir

    Place centrale de Bréville, Charente, France

    A toi, mon ami, mon camarade

     mort en Algérie, un jour, une année

    entre 1954 et 1962

    Il y a plus de 54 ans, chaque jour  que dura la guerre d’Algérie, 10 jeunes Français donnaient leur vie à leur patrie  (chaque jour pendant 2920 jours).

                Toi, mon ami, mobilisé  pourrait-on dire, tu avais laissé ton métier, ta jeune femme, ton enfant à naître, et tu étais parti loin de chez toi, pour t’a-t-on dit, défendre  les intérêts de ta patrie ? Elle était menacée ta patrie ? Comme ton père en 1914, tu ne t’es pas posé de question : la patrie t’appelait et tu as répondu “présent”. Un jour, lors d’un accrochage comme on disait,  tu fus mortellement blessé.  Tes  copains t’ont rendu hommage  dans le bled, avant que ton corps soit rapatrié en France, aux frais de ta famille. Ta sépulture dans ton petit village a rassemblé des voisins et des amis : pas de militaires pour te rendre  l’honneur dû, pas de discours officiels ; seuls tes parents, ta jeune épouse et ton jeune enfant qui ne comprenait pas qu’il ne connaîtrait jamais son papa.

                Aujourd’hui, un militaire est décédé lui aussi loin de la France, au cours d’une mission  décidée par l’état français. Il n’était pas mobilisé, mais engagé volontaire dans ce noble métier des armes au service de la nation française. A juste titre, en raison de cet engagement, honneur lui a été rendu, en présence de sa famille, par les plus hautes autorités militaires et civiles.

                J’imagine que dans ta tombe tu te remues, et que tu réclames une reconnaissance officielle de ton sacrifice. Non, tu ne réclames pas la légion d’honneur à titre posthume, tu souhaites seulement que  le 19 mars de chaque année, continue à être la journée officielle en hommage aux 30 000 morts civils et militaires entre 1952 et 1962, avec la présence des plus hautes autorités militaires et civiles et d’invités (frères, sœurs et enfants de soldats du contingent morts au cours de la guerre d’Algérie et des combats au Maroc et en Tunisie).

                Puisse ton vœu posthume être exaucé ! 

     

     

     

    « Exprimons notre volonté de vivre en Paix dans un monde de solidarité, de justice et de fraternitéNos ancêtres les rastas »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter