• C’est l’inimaginable et remarquable surprise de dernière minute Guerre d’Algérie : Emmanuel Macron reconnaît une forme de responsabilité de l’Etat dans la mort de Maurice Audin

    C’est l’inimaginable et remarquable surprise de dernière minute

    Guerre d’Algérie : Emmanuel Macron

    reconnaît une forme de responsabilité

    de l’Etat dans la mort de Maurice Audin

    torturé par des militaires français

    Emmanuel Macron va faire un déplacement symbolique chez Josette Audin. Son mari a été torturé et tué pendant la guerre d'Algérie. Le chef de l'État va annoncer sa décision d'ouvrir toutes les archives liées aux disparus de la guerre d'Algérie. 

    Photo non datée de Maurice Audin, disparu en 1957. (AFP)

    Le chef de l'État va se rendre jeudi 13 septembre chez Josette Audin, la veuve de Maurice Audin, disparu en juin 1957 à Alger, après avoir été arrêté et torturé par des parachutistes du général Massu.

    Un "système légalement institué"

    C'est l'occasion pour Emmanuel Macron de reconnaître une forme de responsabilité de l'État dans l'utilisation de la torture pendant la guerre d'Algérie à travers l'existence d'un "système légalement institué",  révèle France Inter, jeudi.

    Le président de la République va annoncer sa décision d'ouvrir toutes les archives nationales pour qu'enfin on sache ce qui est arrivé exactement au mari de Josette Audin, mathématicien, membre du Parti communiste et militant anticolonialiste, dont le corps n'a jamais été retrouvé.  

    Selon l'Elysée, "Emmanuel Macron a décidé qu'il était temps que la Nation accomplisse un travail de vérité" sur la disparition de Maurice Audin. Si sa mort est "en dernier ressort, le fait de quelques-uns", elle a été rendue possible par un "système légalement institué" appelé "arrestation-détention" qui "autorise les forces de l’ordre à arrêter, détenir et interroger tout 'suspect'". Les pouvoirs spéciaux accordés à l'armée ont été "le terreau malheureux d’actes parfois terribles, dont la torture". 

    Les archives sur les disparus rendues publiques

    Emmanuel Macron va également demander que toutes les archives de l'État qui concernent les disparus de la guerre d'Algérie puissent être librement consultées, et pas seulement celles de la défense.  

    Enfin, il appelle toutes les personnes qui ont pu connaître les circonstances de la mort de Maurice Audin à s'exprimer librement au nom du devoir de vérité.

    Certaines associations d'anciens combattants ne vont guère apprécier cette démarche mais "on assume", glisse l'entourage d'Emmanuel Macron. Quant à la date choisie pour cette reconnaissance du crime contre Maurice Audin militant communiste, à la veille de la Fête de l'Humanité, le choix est là aussi très symbolique.

    Emmanuel Macron reconnaît l’assassinat de Maurice Audin comme un crime d’Etat et désigne la torture pendant la guerre d’Algérie non plus comme la dérive individuelle de quelques soldats perdus mais comme un système institutionnalisé. La France regarde enfin lucidement une page sombre de son histoire. Des plaies peuvent maintenant être pansées. Il était temps... C’est historique, l’issue de 61 ans de combat, une grande émotion, un immense soulagement... Ce geste est de la même portée que la reconnaissance par Jacques Chirac, en 1995, du rôle de l’Etat dans la déportation des juifs de France. Pensées affectueuses à Josette Audin, à Michèle et Pierre Audin, aux familles des 3000 disparus de la bataille d’Alger.

    La justice est proche pour le mathématicien Maurice Audin et bien d'autres victimes de la torture pendant la guerre d'Algérie.
    Merci aux universitaires, de Pierre Vidal-Naquet à mon amie Raphaëlle Branche, pour leurs travaux qui ont permis l'établissement de la vérité.
    Bravo à tous ceux qui, de Cédric Villani à l'ami
    Mansat Pierre, se sont battus au nom de leurs idéaux ou des familles des victimes pour parvenir à cette reconnaissance.

     

    Association Maurice Audin Paris

     

    le 13 septembre 2018

     

    Guerre d’Algérie

    Maurice Audin, les disparitions, la torture comme système

    organisé de terreur

    61 ans après les faits, le Président de la République, dans une déclaration qui sera remise aujourd'hui à Josette Audin et à ses enfants Michèle et Pierre, reconnaît la responsabilité de l’État dans l’enlèvement, la torture, l’assassinat de Maurice Audin par des militaires français.

    Il dénonce la responsabilité du système politique qui a institué la torture comme outil de terreur contre les combattants de l’indépendance de l’Algérie.

    Il décide l’ouverture des archives et fait appel aux témoignages pour faire la vérité sur les «disparus», Algériens et Français.

    Cette déclaration a une portée historique considérable.

    Elle permet également de poursuivre la tâche indispensable du rapprochement des peuples algérien et français.

    L’association Maurice Audin, qui s’est donné comme objectif la poursuite du combat mené dès 1957 par le Comité Audin, salue cet acte essentiel.

    Elle adresse ses sentiments les plus affectueux à Josette Audin, Michèle et Pierre.

    Elle associe à ce moment précieux la mémoire de ceux qui ont combattu inlassablement pour la vérité et contre la torture : Henri Alleg, Roland Rappaport ; les membres disparus du Comité Audin, Laurent Schwartz, Pierre Vidal-Naquet, Jean Dresch, Madeleine Rebérioux, Jean Pierre Kahane, Gérard Tronel ; Nicole Dreyfus et tous les signataires disparus de Appel des douze du 31 octobre 2000.

    Elle exprime sa gratitude à celles et ceux qui ont contribué à faire éclater la vérité : les historiennes/historiens, les journalistes et leurs médias, les parlementaires, les militants politiques et élu/es, les membres de l’association Maurice Audin…

    Demain la Fête de l’Humanité sera l’occasion de célébrer ce moment.

    Et après-demain, la réalisation, par la Ville de Paris, d’un cénotaphe Maurice Audin au cimetière du Père Lachaise contribuera à inscrire durablement cette vérité dans la mémoire nationale.

    L’association appelle les collectivités (communes, départements etc…) à attribuer le nom de Maurice Audin aux rues, places, équipements publics afin de contribuer à ce que ce système de terreur ne soit jamais reproduit.

    L’association Maurice Audin poursuivra son combat pour que tous ceux, français et algériens, qui furent comme Maurice Audin, victimes de ce système politique, torturés et assassinés, soient identifiés et reconnus et que leurs corps puissent être retrouvés.

    C’est l’inimaginable et remarquable surprise de dernière minute Guerre d’Algérie : Emmanuel Macron reconnaît une forme de responsabilité de l’Etat dans la mort de Maurice Audin

     

     

    François Hollande n'a pas été jusqu'au bout de la vérité et de la reconnaissance. Qu'en sera-t-il d'Emmanuel Macron ? A suivre.

     

    « Pour la jeunesse d'Algérie et de France il faut des actes concrets de réconciliationCédric Villani est l'invité de Léa Salamé à 7h50 »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    2
    Jeudi 13 Septembre à 22:54

    C'est un petit pas de la part du Président Français. 

    Espérons de tout coeur qu'il y aura  d'autres pas de ce genre pour pouvoir tourner définitivement cette page d'horreur qui colle à l'image de la France connue pour être " Pays des Droits de l'homme".

    La France de Macron reconnaît enfin que la présence de la France en Algérie, n'était pas jonchée de  "bienfaits du colonialisme Français en Algérie" (sic).

    A mon humble avis , cette reconnaissance ne suffit pas.

    Et , du moment que l'on parle , précisément de cet assassinat , pourquoi ne pas interroger celui qui participa à l'enfouissement du corps dans une ferme à Zeralda  ? 

    Pour rappel , la personne dont il est question , et qui réside (rait) en Bretagne, aurait été retrouvée par "certains journalistes-enquêteurs"" .  

    Celui qui eut le sordide rôle,  s'obstine à ne pas divulguer l' endroit où le corps a été enfoui, 

     

    Depuis tout ce temps, aurait-il décidé -enfin- de parler pour permettre  à la famille Audin d''enterrer dignement Maurice...?

    Par ailleurs, je salue la décision de l'association qui demande à ce que des places et boulevards portent le nom de Maurice Audin .

    A Alger , il existe la ""PLACE MAURICE AUDIN "" et elle se trouve - pour ceux qui connaissent la ville- juste à l'entrée du tunnel des Facs.

     

    Le_Canari_de_retour.

    Blida le : 13*09*2019

     

    1
    Jeudi 13 Septembre à 10:17
    Et si on pouvait profiter des circonstances pour jeter enfin un regard lucide sur le vote des pouvoirs spéciaux par les députés communistes le 12 mars 1956 j'en serais satisfait.
    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter