• C’est le point de vue d’un professeur : " Faire face, avec les musulmans "

     

    Samuel Paty

    Mes premières pensées se tournent vers lui, sa famille, ses proches, ses collègues, ses élèves. L’horreur est saisissante : un professeur est mort parce qu’il a fait son métier. Nous faisons un métier magnifique, indispensable, essentiel et nous le faisons avec passion, dévouement. Un métier difficile, exigeant, déconsidéré et qui est exercé de plus en plus souvent dans des conditions épouvantables. 

    C’est le point de vue d’un professeur

     

    Faire face, avec les musulmans

    L’obscurantisme et le fanatisme religieux nous mettent une fois de plus devant l’insupportable. Le soutien aux proches de l’enseignant, à la communauté éducative, à la liberté d’expression et à la laïcité ne doit pas nous conduire à une stigmatisation des musulmans. Projet de lettre à de futurs enseignants.

    Que dirai-je lundi matin, à 8h, quand je retrouverai les étudiantes et les étudiants du master "Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation" (MEEF) qui préparent le Capes de Lettres ?  Que dire face à l’innommable d’un enseignant décapité ? Comment faire face à cela ? Comment porter en soi cette représentation quand on se destine au métier d’enseignant ?

    Je crois que je leur dirai d’abord que je pense à deux personnes. Bien sûr au collègue professeur d’histoire qui a perdu la vie pour avoir enseigné et fait vivre l’une de nos libertés fondamentales. Mais je leur dirai aussi que j’ai une pensée pour Ariane, une jeune étudiante du master Métiers du livre et de l’édition, qui a perdu la vie au Bataclan le 13 novembre 2015. Ne pas oublier Ariane et les 90 du Bataclan. Ne jamais oublier que l’obscurantisme s’en prend d’abord à l’enseignement et à la culture, au livre et au savoir.

    Je crois que je leur dirai ensuite qu’il y a probablement parmi eux des croyants, et peut-être des musulmans. Je rappellerai alors que nous vivons dans une République qui garantit à chacune et chacun la liberté de conscience, la liberté de croire ou de ne pas croire, et que cette liberté implique une égalité entre les religions, et que par conséquent il ne saurait être question que l’une d’elle soit mise au ban de la République parce la folie et la barbarie de quelques sectateurs qui prétendent la défendre seraient représentatives de cette religion. Nous devons faire face avec les musulmans, pas contre les musulmans.

    Je crois que j’ajouterai aussi – usant de « l’entière liberté d’expression » et de « l’indépendance » à valeur constitutionnelle dont jouissent encore pour quelque temps les enseignants du supérieur – que toutes les instrumentalisations - en cours et à venir - de l’acte barbare de ce 16 octobre qui ont pour objet ou pour effet de stigmatiser l’ensemble des musulmans, constituent des actes politiques irresponsables, lesquels doivent être dénoncés avec fermeté. Et que, par là même, celles et ceux qui se réclament de la République et de la Loi de 1905 pour promouvoir le concept de « séparatisme », ne font qu’augmenter le péril qui guette notre société : une guerre des religions, que quelques politiciens, tout aussi fous que les plus fous des fanatiques religieux, font tout pour aviver.

    Je crois que je leur dirai enfin que le métier d’enseignant est le plus beau qui soit, qu’il est certainement plus difficile de l’exercer aujourd’hui qu’hier, mais que c’est aussi pour cela que sa valeur n’en est que plus grande. Que cette valeur est étroitement liée à une liberté pédagogique qu’il faut défendre plus que jamais – y compris contre les limitations que l’État entend lui faire subir -, mais que cette liberté ne dispense pas l’enseignant d’une réflexion individuelle et collective sur les effets de nos discours et de nos pratiques, au sein et en dehors de l’École. Qu'enseigner la liberté d'expression et la laïcité est à l'image du métier d'enseignant lui-même : beau et difficile. Et que toute pédagogie authentique est vivante, qu'elle bouge, qu'elle n'est pas figée, qu'elle doit tenir compte de la diversité des élèves, et de leur culture. Et que tout ceci implique une formation des enseignants qui soit solide, renouvelée, permanente.

    Pascal Maillard

    SOURCE : https://blogs.mediapart.fr/pascal-maillard/blog/171020/faire-face-avec-les-musulmans 

     

    « Les nostalgériques à l’offensive *** Un article de Jacques CROS« Papa, tu te souviens du 17 octobre 1961 ? » »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :