• C'était le 14 mars 2015 : Béziers : une ménarderie !!! En 2017, le 19 mars, Ménard fera à nouveau mettre les drapeaux en berne... il ne sera pas le seul maire à réagir ainsi...

    C'était le 14 mars 2015 à Béziers : une ménarderie. En 2017, le 19 mars, Ménard fera à nouveau mettre les drapeaux en berne... Il ne sera pas le seul maire à réagir ainsi... Et le pire est, peut-être à venir ? « Des manifestations sont attendues » pour la commémoration du 19 mars 1962 qui se tiendra à Paris, a indiqué le secrétaire d'Etat aux anciens combattants M. Todeschini. Si la droite ou l'extrême droite parviennent au Pouvoir après l'élection présidentielle... il faudra peut-être s'attendre au pire quant au maintien de la loi du 6 décembre 2012 ?...  


     Béziers : une ménarderie !!!

    Béziers : une ménarderie !!! Par Henri POUILLOT

      Le 14 mars 2015 restera une triste date à Béziers et pour l’histoire Franco-Algérienne : une ignominie  


    par Henri POUILLOT

    Béziers : une ménarderie !!! Par Henri POUILLOT

    Robert Ménard, Maire de Béziers élu avec le soutien du Front National, au milieu des anciens parachutistes arborant leurs bérets et insignes, commettait, en ce 14 mars 2015, une quadruple infamie :

    Béziers : une ménarderie !!! Par Henri POUILLOT

    Le petit homme à la mèche évocatrice qui prétend nous faire revenir 50 ans en arrière

    *** Le 15 mars 1962, l’OAS (Organisation Armée Secrète) assassinait 6 inspecteurs de l’Éducation Nationale chargés du suivi des centres sociaux en Algérie.

    Béziers : une ménarderie !!! Par Henri POUILLOT

    Béziers : une ménarderie !!! Par Henri POUILLOT


    *** Débaptiser la rue du 19 mars 1962, date de l’application du cessez le feu mettant fin à la Guerre d’Algérie est une provocation inacceptable. Le prétexte ? Après le 19 mars, il y eu encore des combats, des morts. Certes, de nombreux innocents en furent les victimes. Mais l’OAS porte LA terrible responsabilité d’avoir voulu pratiquer la politique de la terre brûlée afin de tenter de remettre en cause ce cessez-le-feu. A Alger lors de la manifestation du 26 mars (une semaine après cette signature) des commandos de cette organisation terroriste, criminelle faisait feu sur les militaires provoquant ainsi une riposte inévitable sur les manifestants. A Oran, pour le 5 juillet l’OAS avait décidé, en multipliant depuis plusieurs jours de tenter d’empêcher que les Algériens puissent fêter leur indépendance, multipliant jusqu’au dernier moment les provocations. Il ne faut pas s’étonner en suite que, lorsque les unités du FLN rentrant dans la ville, ne répondent brutalement aux provocations, faisant ainsi des centaines de victimes.
    ***  Donner à cette rue le nom du "Commandant Hélie Denoix de Saint Marc, Héros national" est une autre infamie. Certes cet officier fut résistant, interné dans un camp nazi pendant la Seconde Guerre Mondiale. Mais pendant la Guerre de Libération de l’Algérie, à la tête du 1er REP (Régiment Étranger de Parachutistes) il s’est distingué en pratiquant massivement la torture, comme l’ont fait les nazis, et ensuite il participa au putsch du 21 avril 1961 pour tenter de renverser la République. Certes il a été réhabilité, amnistié.. Mais le jugement que l’on peut porter sur une personne, c’est bien à partir de son action, en fonction de son évolution, de son comportement, de ses combats. Considérer que ce personnage est un "Héros Français" est donc une imposture notoire.
    ***  Déclarer : "L’Algérie, c’était notre paradis à nous" c’est d’une part faire une apologie indécente du colonialisme, d’autre part une insulte au peuple Algérien. Comment oser tenir de tels propos ?

    Vraiment, une telle démarche

     est une ignominie sans nom

    Heureusement que le Premier ministre, au dernier moment, a quand même contesté cette initiative. Il vaut mieux tard que jamais. Le Préfet de l’Hérault, le ministre des Anciens Combattants avaient été saisi depuis des semaines, le Gouvernement aurait pu agir au lieu de laisser faire.

    Béziers : une ménarderie !!! Par Henri POUILLOT

    Henri POUILLOT

    C'était le 14 mars 2015 : Béziers : une ménarderie !!! En 2016 Ménard fera à nouveau mettre les drapeaux en berne... et à nouveau l'Etat ne sévira pas...

    Face au maire fasciste de Béziers, de l’irresponsabilité au sursaut républicain
    Communiqué de l' ANPROMEVO

     

    Publié le : 12 avril, 2015

    Face au maire fasciste de Béziers, de l’irresponsabilité au sursaut républicain

    La puissance publique se définit comme un ensemble de moyens mis à la disposition de l’État pour assurer la sûreté de son territoire, la sécurité de ses citoyens ainsi que l'application des lois et règlements.

    Le 5 décembre dernier, en ouverture de la cérémonie officielle d’hommage aux Morts pour la France de la guerre d’Algérie, le maire de Béziers, Robert Ménard, avait, dans une allocution dont la violence sembla déconcerter le sous-préfet présent, annoncé qu’il débaptiserait la rue du 19 mars 1962 pour lui donner le nom du commandant Hélie Denoix de Saint Marc. Le 11 décembre, il faisait voter une délibération en ce sens par le conseil municipal. Le 14 mars suivant, hier, il dévoilait, à l’entrée de cette rue, une plaque comportant un libellé différent de celui adopté trois mois plus tôt :

    Le représentant de l’État dans le département a été averti de tous ces éléments : discours révisionniste, délibération légalement contestable, inauguration avec discours potentiellement attentatoire aux principes et valeurs de la République. Il l’a été en temps utile : utile à la protection de la puissance publique face à une menace autrement plus sérieuse que celle d’un humoriste interdit de spectacle pour risques de grossièretés antisémites. Plus sérieuse parce qu’émanant d’un élu auquel la qualité de premier magistrat municipal ne saurait être reconnue sans faire, en l’occurrence, injure à notre justice. Plus grave, aussi, en raison du déclenchement entre-temps, sur l’ensemble du territoire, d’un plan Vigipirate à son niveau supérieur.

    Aucune mesure préventive n’a toutefois été mise en œuvre, et l’autorité de l’État s’en est trouvée affaiblie : déni de la loi du 6 décembre 2012 relative à la reconnaissance du 19 mars comme journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d' Algérie ; laissez-faire au regard d’un projet d’éloge public d’un officier militaire - putschiste - ayant trahi la République au moment même où l’on attendait de lui l’obéissance à un Gouvernement légal et à une autorité légitime.

    Cette stratégie a permis, hier, à Robert Ménard de tenir - et diffuser dans le même temps sur le site Internet de la ville de Béziers - un discours (cf. infra, sa reproduction intégrale) allant largement au-delà de la réécriture de l’histoire, de l’apologie du terrorisme de l’OAS et de la propagande nationaliste. En effet, les limites de la xénophobie et du racisme ont été franchies, comme l’illustrent les extraits ci-après, au point de rendre le maire de Béziers passible a priori de sanctions administratives et, plus sûrement, de poursuites pénales au regard des textes qui encadrent la liberté d’expression :

    - «  […] alors qu’on obligeait un million de Français à quitter leur Algérie natale, on ouvrait la France - quasi simultanément - à des millions d’immigrés bien décidés pour certains à ne jamais se sentir, à ne jamais devenir des Français à part entière. » ;

    - « Colonisation de peuplement, disait-on de la présence française en Algérie. Il faut parler aujourd’hui, en France, d’immigration de peuplement, d’immigration de remplacement. » ;

    - « Il y a 50 ans, je m’en souviens, vous vous en souvenez, nous tapions sur des casseroles en scandant « Algé rie française ». Il faudrait aujourd’hui, avec la même ardeur, avec la même détermination, dire non à cette France métissée qu’on nous promet, qu’on nous annonce, qu’on nous vante. ».

    La loi s’appliquera-t-elle enfin à l’encontre de ce maire que son programme politique, axé sur la propagande, s’appuyant sur la valorisation des armes et comportant même la justification de leur utilisation contre la République, apparente à un authentique fasciste ?

    On peut l’espérer en considération de l’esprit républicain retrouvé avec les interventions, au cours de la journée d’hier, du Gouvernement à ses plus hauts niveaux, venu in extremis conforter les opposants à la cérémonie appelée par Robert Ménard.

    Ainsi, réprouvant cette initiative, le Premier ministre a-t-il affirmé que "la nostalgie, et notamment la nostalgie de l' Algérie française, n' apportera rien de bon", le porte-parole du gouvernement déclarant quant à lui : « Avec Denoix de Saint Marc, Ménard et FN montrent leur visage : réécrire l' Histoire, mépriser la mémoire et s' en prendre à la République. Face à ceux qui cherchent à raviver les plaies du passé pour nous diviser, plus que jamais, le devoir de rassemblement s'impose. ». Dans un communiqué national intitulé "Le maire de Béziers, soutenu par le FN, porte atteinte à la République", le Parti socialiste avait, de son côté, dit presque dans le même temps s’associer aux initiatives se déroulant ce samedi à Béziers contre la décision de M. Ménard.

    Ces positionnements ont été obtenus grâce l’engagement et à la mobilisation, dans l’unité pour la République, d’associations nationales, régionales et locales, représentatives du monde combattant, des victimes de l’OAS, des rapatriés, des valeurs humaines et citoyennes ainsi que d’organisations syndicales et de formations politiques qui, dès l’origine, ont su voir dans l’infâme projet de Robert Ménard tant une menace au regard de l’ordre public qu’un risque de retour à la guerre, celle des mémoires, entre la France et elle-même.

    Ces déclarations ont été rendues possibles par le recueil de plus de trois mille signatures sur une pétition électronique en faveur de la sauvegarde de la rue du 19 mars 1962 à Béziers cf. : http://www.petitions24.net/signatures/sauvons_le_nom_de_la_rue_du_19_mars_1962_de_beziers/start/3640).

    La publication de ces communiqués gouvernementaux a été l’heureux point d’orgue d’un contre-rassemblement auquel le président de la FNACA de Paris, empêché à la dernière minute, a dû mandater l’un de ses membres. Face à moins d’un millier et demi de revanchards de l’Algérie française, d’anciens criminels de l’OAS et d’identitaires de la Ligue du Midi, ce sont quelque 600 participants, parmi lesquels des parlementaires, anciens ou en activité, qui ont exprimé de vive voix leur opposition résolue à la ligne de conduite fascisante tracée par Robert Ménard dans les rues de Béziers.

    Dans ce contexte de sursaut républicain à la tête de l’État et du parti de gouvernement majoritaire, l’on se prend à espérer, outre la mise en œuvre de procédures de sanction à l’encontre du maire de Béziers, la présence, le jeudi 19 mars, du Premier ministre devant le Mémorial national des Morts pour la France en AFN quai Branly à Paris et celle du Président de la République lors du ravivage de la Flamme du Souvenir sous l’Arc de Triomphe.

    Dans l’immédiat, tournons nos pensées vers les six victimes du massacre collectif perpétré, il y a tout juste cinquante-trois ans, à l’intérieur du siège des Centres sociaux éducatifs créés à Alger par la résistante et déportée Germaine Tillion. Sachons nous rappeler que ces six serviteurs de l’éducation et de la culture française ont été assassinés par un commando de déserteurs issus du même régiment qu’Hélie Denoix de Saint Marc, à la mémoire de qui le maire de Béziers a osé dédier une rue le présentant comme un héros français.

    Jean-François Gavoury Président de l’Association nationale pour la protection de la mémoire des victimes de l’OAS (ANPROMEVO) le 15 mars 2015

    SOURCE : http://www.collectif-communiste-polex.org/bulletin/bulletin_126_art4.htm

     

    « Vive les "faiseurs de paix" !Après François Fillon "contre la commémoration du 19 mars 1962" voici François Fillon défenseur de la France coloniale *** Le témoignage d'Henri Pouillot »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter