• Ce n’est pas la réalité mais c’est ce que je souhaite, même si ce n’est qu’un vœux pieux :

     

    Ce n’est pas la réalité mais c’est ce que je souhaite, même si ce n’est qu’un vœux pieux :

    Ce n’est pas la réalité mais c’est ce que je souhaite, même si ce n’est qu’un vœux pieux :

     

    N’en déplaise à Mme Fatima Besnaci-Lancou qui écrit des mensonges honteux sur le comportement de mon camarade Henri Pouillot à la villa Sésini où la torture a été pratiquée par l’armée coloniale dont faisaient partie les harkis :

    Pouillot sur « Algérie patriotique » : un complice de tortures en Algérie tape sur les harkis 

    Par associationahdh27 septembre 2021 

    Henri Pouillot, témoin de tortures et de viols durant son service militaire en Algérie, dans la sinistre Villa Susini, n’a pas hésité à… rester planqué dans cet endroit.

    Oui, Pouillot écrit sur le site d’Algérie patriotique  :« j’ai quand même assisté à de nombreuses séances de tortures mais aussi – et cela était aussi une sorte de torture – à de nombreux abus sexuels envers des femmes et d’hommes également. ». Qu’a fait Pouillot ? Rien. Non dénonciation de crimes ! Monsieur Pouillot, vous êtes mal barré !

    Pourquoi ce donneur de leçons n’a-t-il pas déserté pour protester, voire rejoindre le camp de la rébellion ? Mais non, il est lâchement resté en poste à observer des femmes et des hommes se faire torturer.

    C’est ce même Henri Pouillot qui, sur ce même site web algérien, Algérie patriotique, appelle à supprimer la journée d’hommage aux harkis ! Un acte aussi courageux que son comportement à la Villa Susini.

    C’est ce même donneur de leçons qui dans le même article justifie les assassinats de harkis à la fin de la guerre en résumant la tragédie à de simples « règlements de comptes » au lieu d’utiliser le terme qui convient : « massacres ».

    Bienvenue dans le monde de Pouillot 

    « Commémoration du 17/10/1961 à AngersRéplique de Benjamin Stora à Macron «Rachetez-vous le 17 octobre prochain» »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    4
    Philippe
    Jeudi 14 Octobre à 06:42

    Chaque fois que l'armée française sortait la gegene, il y avait un harki derrière, chaque fois qu'un appelé se plaignait devant ses officiers, il y avait un harki qui le dénonçait, alors après les accords d'évian tout le monde s'est vengé

    3
    Gavoury J-F
    Mardi 12 Octobre à 15:02

    J’ignore si Mme Fatima Besnaci Lancou est personnellement à l’origine de ce faire-part que j’ai, pour ma part, reçu d’une autre source.

    Je le trouve malicieux, certes, mais porteur d’espérance.

    Je veux, en effet, voir dans l’image de cette relation de proximité entre Henri et le Président de la République l’augure d’un prochain hommage aux victimes de l’OAS, car je fais confiance au premier pour influencer le second en ce (bon) sens.

    De l’affront du 6 octobre, rachetez-vous avant le 8 février prochain, Monsieur Emmanuel Macron, et jouez le jeu de la pluralité des mémoires, fût-ce contre l’avis de vos collaborateurs (conseilleurs, ministres), fût-ce contre les positions affichées par des historiens eux-mêmes oublieux ou, plus prosaïquement, appelés (par je ne sais qui !) à occulter la souffrance desdites victimes.

    2
    Philippe
    Mardi 12 Octobre à 13:58

    C'est depuis le détournement de l'Airbus à Marseille par le GIA dans les années 90 que les harkis sont redevenus à l'honneur

    1
    Mardi 12 Octobre à 09:18

    Cette Madame Fatima Benasci-Lancou  est en pleine dérive ! Il est impossible de dialoguer avec elle !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :