• Certains de vos commentaires sur Facebook sur l'arrivée des migrants dans la région sont insupportables

    Ils parlent du « grand remplacement » ceux que de Gaulle aurait dit qu’ils avaient des « cervelles de colibri » par des propos plutôt racistes, pendant que Raymond Aron précisait que l’Algérie indépendante était inéluctable… et l’intégration à la France impossible… Comment, en effet, auraient-ils pu supporter 40 millions d’Algériens, les nostalgiques de l’Algérie française quand ils ne peuvent même pas supporter les quelques milliers de réfugiés… 

    Certains de vos commentaires sur Facebook sur l'arrivée des migrants dans la région sont insupportables

    Certains de vos commentaires sur Facebook sur l'arrivée des migrants dans la région sont insupportables

    Des migrants arrivés cette nuit à Toulouse / © MaxPPP

    La publication ce jeudi matin sur notre page facebook d'une vidéo sur l'arrivée à Toulouse de migrants de Calais a déclenché un torrent de commentaires. Certains sont empreints d'humanité mais beaucoup donnent la nausée. Nous avons décidé de réagir. 

    Par Fabrice Valery

    CLIQUEZ SUR CE LIEN POUR VISUALISER LA VIDEO DE QUELQUES SECONDES :

    https://www.facebook.com/France3MidiPyrenees/videos/1214987788566133/ 

     

    C'est une simple vidéo. De quelques secondes. Une vidéo réalisée durant la nuit par une équipe de journalistes de France 3 Midi-Pyrénées. On y voit des hommes, fatigués, tous d'origine afghane, débarquer d'un bus et récupérer leurs bagages. Quelques instants plus tard, ils seront installés dans un centre de la Croix-Rouge à Toulouse. Car ces hommes sont ce que l'on a pris désormais l'habitude d'appeler des "migrants", des réfugiés. Quelques heures auparavant, ils "vivaient" dans des conditions inhumaines dans la "jungle" de Calais. 


    Cette vidéo, strictement informative,
    publiée sur notre page facebook, a déclenché un flot de commentaires. La plupart de ces commentaires sont haineux. Ils rejettent, a priori, sans les avoir rencontré, sans connaître leur histoire, des individus, des êtres humains, simplement parce qu'ils viennent d'un pays étranger, que leurs "traditions", leur "mode de vie" ne seraient pas exactement les mêmes que les nôtres.

    Mais cela va plus loin, "accusant" ces hommes d'être des violeurs en puissance, des agresseurs d'enfants. C'est insupportable.

    Certains de vos commentaires sur Facebook sur l'arrivée des migrants dans la région sont insupportables

    Certains de vos commentaires sur Facebook sur l'arrivée des migrants dans la région sont insupportables

    D'autres parlent "d'invasion" (quand tout au plus 270 personnes vont s'installer dans notre région, qui compte 5,7 millions d'habitants) ou font l'amalgame avec les terroristes !

    Certains de vos commentaires sur Facebook sur l'arrivée des migrants dans la région sont insupportables

    Heureusement, au milieu de cette mare d'immondices déversés sur facebook, certains internautes tentent de faire entendre une autre voix. "Bienvenue à eux" écrivent certains.

    Certains de vos commentaires sur Facebook sur l'arrivée des migrants dans la région sont insupportables

    Nous sommes, en tant que service public d'information, profondément attachés à la liberté d'expression. Les commentaires sur notre page facebook sont modérés a posteriori. Cela signifie que ceux qui franchissent la ligne jaune, en matière de respect de la loi (incitation à la haine, insulte, etc) sont supprimés après intervention de nos modérateurs. C'est un travail fastidieux surtout sur certains sujets dits "sensibles" et encore plus à l'approche des élections. 
    Il y a la loi. Et puis il y a l'esprit. L'esprit, redisons-le, c'est celui de permettre au plus grand nombre de s'exprimer. Mais laisser le droit à l'expression n'empêche pas d'avoir un avis. La rédaction de France 3 Midi-Pyrénées, tout au long de l'année, à la télévision ou sur son site internet, a l'ambition de montrer la vie des gens qui habitent dans notre région, d'expliquer les faits d'actualité, de les contextualiser. Nous avons fait le choix de ne pas fermer les commentaires sur facebook mais sur certains sujets, des internautes, sous pseudonymes ou leur véritable identité, font tout pour nous pousser à restreindre la liberté d'expression. Nous ne voulons pas nous y résoudre mais nous ne pouvons pas laisser dire des choses fausses et laisser publier des propos insupportables sur notre page facebook sans réagir. 
    La France est une terre d'asile. Chacun d'entre nous a dans sa famille ou connaît une personne qui a des origines espagnoles, italiennes, maghrébines, africaines, asiatiques... La région Occitanie a été et reste une terre d'accueil des peuples, au gré de l'histoire : guerres civiles, guerres mondiales, immigration économique, etc.
    L'histoire de notre pays est comme cela, que ça plaise ou non, et sans ces mélanges de population, sans cette ouverture sur le monde, la France ne serait pas la France.
    Cette "haine de l'autre" est irrationnelle. Elle ne repose sur rien d'autre qu'un sentiment. Peu importe comment on le nomme, "de peur", "d'insécurité". Irrationnel. Ce ne sont pas 27 hommes, démunis de tout qui vont changer la vie d'un quartier, d'une ville comme Toulouse. Ce ne sont pas 250 ou 270 personnes qui vont mettre en péril l'équilibre de notre région. Vous qui voyez dans ces images des violeurs ou des agresseurs, dites-vous qu'y figurent peut-être le médecin qui sauvera demain votre enfant ou le maçon qui construira votre maison ! (Lisez, s'il vous plaît, l'encadré au pied de cet article, "La nausée" de la journaliste Marie Martin). 
    Nous savons que la publication de cet article va déclencher de nouveaux commentaires haineux. Nous savons à quoi nous nous exposons. Mais nous ne voulions pas rester silencieux devant tant de haine et face à ce déversement sur facebook de commentaires nauséeux. Ne rien dire c'était se rendre complices. 
    Fabrice Valéry
    Rédacteur en chef adjoint chargé des éditions numériques de France 3 Midi-Pyrénées


    "La nausée" 

    Alors que le démantèlement du plus grand bidonville de France est achevé, alors que des centaines de réfugiés commencent à arriver dans des communes d’accueil partout sur le territoire national, la haine de l’autre, la peur des autres suintent dans de très nombreux commentaires, notamment sur les réseaux sociaux. « On n’en veut pas », « qu’ils rentrent chez eux », « ces gens-là ne sont pas comme nous »

    J’ai honte de ce que je lis. J’ai honte de ce que je comprends. J’ai honte que l’accueil de 4 500 personnes pose problème en France, dans un pays qui compte 60 millions d’habitants. J’ai honte que ce frein vienne de mes contemporains. 

    Comme ils ont la mémoire courte, ces porteurs d’un discours de rejet et de haine.
    Ils ont oublié leurs larmes, devant le journal de 20 heures qui montrait le petit corps d’Aylan, mort échoué sur une plage de la Méditerranée.
    Ils ont oublié les images de guerre, des bombes sur Alep.
    Ils ont oublié que peut-être, leur grand-père a franchi les Pyrénées pour échapper à la mort et à la dictature de Franco.
    Ils ont oublié que leur voisin est peut-être un enfant des boat-people.
    Ils ont oublié que leur mère a peut-être sauvé la vie d’enfants juifs dans le maquis de Vabre.
    Ils ne savent pas, peut-être, qu’on ne quitte pas son pays pour le plaisir d’aller s’entasser sous des tentes, dans la boue, dans le nord de la France.
    Qu’on ne quitte pas son métier de médecin ou de professeur d’université pour le plaisir de venir un jour balayer nos rues.

    Peut-être devraient-ils s’imaginer, une seule seconde, traverser une mer, un océan, des montagnes, pour sauver leur vie et celle de leur famille.
    Peut-être est-ce aussi à nous, les journalistes, de rappeler que souhaiter le départ d’hommes et de femmes menacés de mort dans leur pays revient à souhaiter leur mort tout court.

    Marie Martin
    Journaliste France 3 Midi-Pyrénées 

    http://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/certains-vos-commentaires-facebook-arrivee-migrants-region-sont-insupportables-1117723.html 

    Alors rappelez-vous :

    Nadine Morano : la France est un “pays de race blanche”

    Mercredi 30 septembre 2015

    Sur le plateau d’ “On est pas couché”, Nadine Morano a fait référence au général de Gaulle pour asséner que la “France est un pays judéo-chrétien de race blanche”. Mais le chef de la France libre a t-il vraiment prononcé cette phrase ?

    Depuis plus de vingt ans, la citation en question est récupérée par la droite extrême. En 2009, le Front national de la jeunesse l’avait utilisée sur des affiches pour une campagne sur le thème de l’identité nationale. Deux ans plus tôt, Eric Zemmour l’avait également employée sur le plateau d’I-Télé et dans les colonnes du Figaro.

    En effet, contrairement à ce que pense Nadine Morano, il ne s’agit pas d’une déclaration publique mais d’une citation tirée du livre de l’ancien ministre Alain Peyrefitte C’était de Gaulle. Elle est reprise ci-dessous.

    ______________________________

    Un extrait du livre d’Alain Peyrefitte

    “C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. Qu’on ne se raconte pas d’histoires ! Les musulmans, vous êtes allés les voir ? Vous les avez regardés avec leurs turbans et leurs djellabas ? Vous voyez bien que ce ne sont pas des Français ! Ceux qui prônent l’intégration ont une cervelle de colibri, même s’ils sont très savants. Essayez d’intégrer de l’huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d’un moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français. Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront vingt millions et après-demain quarante ? Si nous faisions l’intégration, si tous les Arabes et Berbères d’Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherait-on de venir s’installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé ? Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Églises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées !”

    Cette citation a été rapportée par Alain Peyreffite, dans ses mémoires publiées en 1994. Soit plus de 24 ans après la mort du général de Gaulle. Dans ses carnets, l’ancien ministre raconte que de Gaulle aurait prononcé cette phrase le 5 mars 1959, en pleine guerre d’Algérie.

    “Cette phrase n’engage pas le Général de Gaulle”  

    Pour l’historien Jean-Paul Bled, ancien président des Cercles universitaires d’études et de recherches gaulliennes, directeur de la revue Études gaulliennes, cette phrase ne peut pas engager le Général de Gaulle :

    “Le général de Gaulle considérait qu’il n’y a que l’écrit qui pouvait engager sa personne. Or cette phrase a été prononcée à l’emporte-pièce dans une conversation privée mais il n’y a aucune trace écrite dans ses mémoires ou ses discours. Le général de Gaulle ne peut donc en être comptable”, conclut l’historien.

    _____________________________

    Pour nuancer ce qui précède, on peut lire l’extrait suivant des Mémoires d’espoir  :

    « ...Pour moi j’ai, de tous temps, mais aujourd’hui plus que jamais, ressenti ce qu’ont en commun les nations qui la peuplent. Toutes étant de même race blanche, de même origine chrétienne, de même manière de vivre, liées entre elles depuis toujours par d’innombrables relations de pensée, d’art, de science, de politique, de commerce, il est conforme à leur nature qu’elles en viennent à former un tout, ayant au milieu du monde son caractère et son organisation. C’est en vertu de cette destination de l’Europe qu’y régnèrent les Empereurs romains, que Charlemagne, Charles Quint, Napoléon, tentèrent de la rassembler, qu’Hitler prétendit lui imposer son écrasante domination. Comment, pourtant, ne pas observer qu’aucun de ces fédérateurs n’obtint des pays soumis qu’ils renoncent à être eux-mêmes ? [...]

    Charles de Gaulle

    Alors rappelez-vous aussi des propos

    de Raymond Aron :

     

     

     

     

    « Hommage d’un ancien prisonnier politique FLN à Madame Simone VeilCarhaix. Jean-Pierre Jeudy, de l’Algérie à la Palestine »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter