• Ces policiers, eux aussi, ne sont pas dans le même camp que le préfet Lallement rappelez-vous

     

    Dernières infos

    Ces policiers, eux aussi, ne sont pas  dans le même camp  que le préfet Lallement rappelez-vous

     

    Que du baratin pour ces policiers

    qui sont bien dans le même camp

    que le préfet Lallement rappelez-vous

     Plusieurs syndicats appellent les policiers

    à rejoindre le mouvement de grève prévu

    le 5 décembre prochain contre la réforme

     des retraites

    Ces policiers, eux aussi, ne sont pas  dans le même camp  que le préfet Lallement rappelez-vous

    Cheminots, salariés de la RATP, personnels hospitaliers, professeurs, pompiers... Ils sont nombreux à lancer un appel à la mobilisation générale le 5 décembre prochain pour protester contre la réforme des retraites prévue par l'exécutif. Alors qu'ils étaient près de 30.000 à manifester le 2 octobre dernier pour dénoncer la dégradation de leurs conditions de travail, les policiers rejoignent le mouvement. Plusieurs syndicats appellent notamment à fermer les commissariats, si l'exécutif ne répond pas à leurs attentes d'ici là.

    "Malgré les 27.000 policiers dans la rue le 2 octobre dernier, l'administration nous ignore", déplorent les organisations dans un communiqué. "Faisons nous entendre le 5 décembre" avec "des actions dans tous les services de 10h à 15h", précisent les syndicats.

    "On a été assez patients"

    Alliance et UNSA Police proposent ainsi de "fermer symboliquement les commissariats sauf urgence absolue", et invitent les agents à ne faire aucune intervention sauf en cas d'appels d'urgence. "Manifestons à notre façon et agissons à la hauteur du manque de considération que nous porte le gouvernement", lancent-ils.

    "C'est un ultimatum, on a été assez patients", explique Fabien Vanhemelryck, secrétaire général d'Alliance. "La maison police brûle et les ministres regardent ailleurs. Ils ne se rendent pas compte de la situation, c'est du jamais vu. On a des discours de soutien de leur part mais jamais les actes", ajoute-t-il.

    "C'est une mobilisation logique dans la continuité du 2 octobre. Nous n'avons encore rien obtenu", a confirmé Patrice Ribeiro du syndicat Synergie-Officiers qui participe à l'appel. "On nous utilise et on nous rince depuis 53 semaines" de manifestations de gilets jaunes, a-t-il rappelé "et il n'y a pas de prise en compte du malaise profond des policiers".

    Mouvement social dans la police nationale

    lors de la journée noire du 5 décembre 2019

    Ces policiers, eux aussi, ne sont pas  dans le même camp  que le préfet Lallement rappelez-vous

    Mouvement social dans la police nationale lors de la journée noire du 5 décembre 2019 : le syndicat France Police – Policiers en colère répond présent à l’appel des syndicats Alliance Police Nationale et Unsa-Police. Notre syndicat s’associera aux actions menées entre 10h et 15h pour amplifier la contestation.

    Après la marche de la colère organisée le 2 octobre dernier à Paris et ayant rassemblé 27.000 policiers, le gouvernement a cru bon d’insulter les collègues en épongeant une infime partie des heures supplémentaires accumulées à un taux horaire proche du SMIC.

    Le cumul délirant de ces heures supplémentaires est directement lié à la gestion calamiteuse de la crise des Gilets jaunes par l’exécutif qui utilise depuis un an les policiers pour éviter de répondre aux revendications des Français.

    Le 5 décembre s’annonce comme une journée historique de luttes avec la convergence de la plupart des cocus du système. Même si France Police – Policiers en colère est très critique à l’égard des organisations syndicales, il faut mettre de côté nos différences et regarder ce qui peut nous rassembler.

    Le gouvernement d’Edouard Philippe agit avec les policiers comme il le fait avec les Gilets jaunes depuis un an, c’est-à-dire avec un mépris total pour le dialogue social.

    Nous préciserons ultérieurement aux collègues les actions envisagées mais conformément à notre statut spécial, les personnels actifs ne seront pas en grève.

    Nous ne lâcherons rien ! Force et honneur !

    Ces policiers, eux aussi, ne sont pas  dans le même camp  que le préfet Lallement rappelez-vous

    Ces policiers, eux aussi, ne sont pas  dans le même camp  que le préfet Lallement rappelez-vous

    Source : France Police 

     

    « Besançon (Doubs) : un reporter de Radio Bip convoqué au commissariat de police après son interpellationLes camps »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :