• Chalon-sur-Saône – Police Violences du Burger King en 2018 : quatre policiers de la CRS de Chalon-sur-Saône mis en examen

     

     

    "J’habite à 4 km de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) et le journal local « Le Journal de Saône-et-Loire » ce journal où j’ai travaillé 40 ans de ma vie professionnelle m’apprend que 4 CRS de cette ville viennent d’être mis en examen. Voici donc cet article".

    Michel Dandelot

     

    Chalon-sur-Saône – Police

    Violences du Burger King en 2018 : quatre policiers de la CRS de Chalon-sur-Saône mis en examen

    Le 1er décembre 2018, à Paris, plusieurs manifestants avaient été frappés à coups de matraque par une douzaine de CRS dans un fast-food à Paris. Les quatre hommes mis en examen ce mardi sont issus de la 43e compagnie républicaine de sécurité de Chalon-sur-Saône.

    De nombreuses violences et affrontements avaient émaillé le 1er décembre 2018, notamment aux abords des Champs-Elysées. Photo archives Martin BUREAU/AFP

    Lors du 3e samedi de mobilisation des "gilets jaunes", le 1er décembre 2018, une trentaine de manifestants et quelques journalistes trouvent refuge dans un Burger King situé sur l'avenue Wagram, à proximité de l'Arc de Triomphe, au terme d'une journée de mobilisation marquée par de nombreuses violences et affrontements.

    Arrivés sur place quelques minutes après, douze CRS issus de la 43e CRS de Chalon-sur-Saône pénètrent à leur tour dans le fast-food. À l'intérieur, ils frappent violemment plusieurs manifestants, certains allongés au sol, à l'aide de matraques. Une scène filmée par plusieurs journalistes.

    Après avoir été placés en garde à vue lundi, quatre d'entre eux ont été présentés à un juge d’instruction ce mardi. Ils ont été mis en examen dans l'après-midi pour violences volontaires sans incapacité par personne dépositaire de l’autorité publique. Deux d’entre eux sont aussi poursuivis pour violences volontaires avec incapacité de travail de moins de huit jours par personne dépositaire de l’autorité publique en réunion et avec arme.  Tous ont été placés sous contrôle judiciaire.

    27 coups de matraque

    Cette affaire, considérée comme emblématique des dérives observées dans le maintien de l'ordre face au mouvement des gilets jaunes, avait conduit à l'ouverture d'une enquête préliminaire, confiée à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN). Cette enquête a été confiée fin mai à un juge d'instruction.

    Dans son rapport de fin d'enquête préliminaire daté du 16 mai, l'IGPN reconnaît que des violences "qui ne semblaient pas justifiées" ont été commises dans le cadre de cette intervention, menée par la première section de la 43e compagnie.

    L'IGPN citait notamment le cas de Natan A., qui a reçu 27 coups de matraque, portés par six policiers, avant de pouvoir sortir du restaurant.

    Syndicat Alliance Police nationale : pas de réaction

     à chaud

    Contacté ce mardi en début de soirée par le JSL, Jean-Marie Philips, secrétaire régional d'Alliance Police nationale pour les CRS, syndicat majoritaire à la compagnie de Chalon, n'a pas souhaité réagir à cette mise en examen, "afin de ne pas nuire à la suite de la procédure judiciaire". Le syndicaliste se rendra dès ce mercredi à Paris pour évoquer ce sujet "tellement sensible" avec les instances nationales d'Alliance.

    Contrairement à ce qu’avaient affirmé les autorités à l’époque, les gilets jaunes molestés par des CRS dans le Burger King le 1er décembre 2018 n’étaient ni des “pilleurs” ni des “casseurs”, mais des manifestants venus fuir les gaz lacrymogènes.

    Il y a peu, l'émission "Envoyé spécial" a notamment mis en avant que les personnes molestées n'étaient ni des pilleurs ni de casseurs, mais uniquement des personnes venues se mettre à l'abri des tirs de gaz lacrymogènes.

    Surtout cliquez sur le lien ci-dessous pour voir la vidéo d’ « Envoyé Spécial »

    https://twitter.com/i/status/1271020831339143169

    Il n'y a pas de violences dans la police ?

    Disent-t-ils !!! Pauvres types…

     

    Ils ont tué Cedric Chouviat en le laissant étouffer pendant de longues minutes…

    Parce qu’il s’est moqué d’eux en leur disant « bande de clowns », les policiers ont tué Cédric Chouviat. Il a aussi soufflé « pauvre type »… C’est pour ça qu’il est mort. A 10h07, le 3 janvier 2020, un policier lui fait une clé d’étranglement, à 10h 13, il est inanimé…

    Pendant ce laps de temps, Cédric Chouviat a dit sept fois « j’étouffe »… Cf le Monde et Mediapart.

    « Pauvres types » et meurtriers.

    Mais il n’y a pas de violences dans la police ??? 

    On n’a pas oublié non plus ces cris-là, ceux de celui qui soit disant « ne savait pas nager »… On les entend encore et on ne les oubliera pas… De pauvres types de la police, encore, qui n’ont pas tué Samir ce jour-là, non, ils l’ont pris pour un ballon de foot.

    Mais non il n’y a pas de violences dans la police on vous dit !!!

    Il y a eu la noyade de Steeve pendant la fête de la musique…

    Il y a aussi le crâne fendu de Maria.

    Les yeux perdus de Jérôme Rodriguez et de tous les autres, les mains arrachées aussi.

    Mais puisqu’on vous dit qu’il n’y  pas de

    violences dans la police…

    Geneviève Legay à Nice.

    Et plus récemment l’infirmière jeteuse de cailloux et montreuse de doigt d’honneur aux pauvres types qui lui ont fait manger la terre…

    Et la fureur des pauvres types de la SNCF contre une femme enceinte de 7 mois, qui n’avait pas de billet et pas de masque et rien de ce qu’il faut, et dont, en prime, le compagnon sans papier va être expulsé.

    Mais il n’y a pas de violences dans la police. Pas

    de racisme non plus...
     

    Dans la police, on ne parle pas, on cogne, on jette par terre et parfois on tue.

    L’avocat des policiers qui ont tué ou laisser mourir Cédric Chouviat, l’a dit ce matin, ils sont toujours en service en précisant qu’on ne va quand même pas arrêter un policier parce qu’il a passé des menottes… Et pour non assistance à personne en danger ? Pauvre type.

    Il n'y a pas de violences policières...

    Il n'y a pas de violences policières...

    Il n'y a pas de violences policières...

    SOURCE : https://blogs.mediapart.fr/gtk/blog/230620/il-ny-pas-de-violences-dans-la-police 

     

    en voulez encore ? Pauvres types !!! Jamais dans la 5e République il y a eu autant de violences policières

     

    « Nous exigeons la justice : Celle qui traite tous les citoyens de la même manière, qu’ils soient riches ou pauvresLE TRIBUNAL DE NÎMES CONDAMNE RIPOSTE LAÏQUE »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Mercredi 24 Juin à 09:12

    On dira ce qu'on voudra mais l''action des forces de l'ordre permet à tout un chacun d'avoir la liberté d'effectuer quelques pas de danse dans un espace public, Balkany peut en témoigner. C'est quand même l''essentiel ! 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :