• Chalon-sur-Saône Si on donnait la parole aux gilets jaunes voilà ce qu’ils vous diraient messieurs et mesdames les politiques

     

    Chalon-sur-Saône  Si on donnait la parole aux gilets jaunes  voilà ce qu’ils vous diraient messieurs et mesdames les politiques

    Chalon-sur-Saône est une ville de Saône-et-Loire, c’est ma région puisque j’habite à 4 km, je tiens à remercier Info-Chalon.com d’avoir rédigé cet article d’actualité... et croyez-moi, ces gilets jaunes sont des femmes et des hommes de paix, ce ne sont pas des "casseurs" je les connais. Je crois que nous vivons quelque chose d'historique en France en ce moment.

    Michel Dandelot

     

    Chalon-sur-Saône 

    Si on donnait la parole aux gilets jaunes

     voilà ce qu’ils vous diraient messieurs

     et mesdames les politiques

    Chalon-sur-Saône  Si on donnait la parole aux gilets jaunes  voilà ce qu’ils vous diraient messieurs et mesdames les politiques

     

    Huit témoignages qui en disent long

     sur la détermination !

     

    Info-chalon a donné la parole à huit personnes qui étaient sur la manifestation d’aujourd’hui mercredi 5 décembre.

    Chalon-sur-Saône  Si on donnait la parole aux gilets jaunes  voilà ce qu’ils vous diraient messieurs et mesdames les politiques

    Deux questions leur étaient posées : (1) Quel est le motif de votre présence et de votre soutien en rapport à votre cause personnelle ? (2) Quel message adresseriez-vous aux « politiques » en place au pouvoir ?

    Chalon-sur-Saône  Si on donnait la parole aux gilets jaunes  voilà ce qu’ils vous diraient messieurs et mesdames les politiques

    Gabriel, 26 ans : « (1) Je suis solidaire des gilets jaunes car surtout j’ai peur de ne pas pouvoir réaliser mes rêves. Quand je vois mes grands-parents ce qu’ils ont réussi à construire, ce que mes parents ont du mal à construire. Moi je travaille depuis 6 ans et je vois non seulement que je ne vais pas réussir à faire la même chose mais surtout qu’on m’en donnera pas les moyens. (2) Je pense que les français ont un sentiment d’injustice très fort car il y a trop de privilèges donnés à certaines personnes comme les politiciens ou les personnes aisées qui vivent dans le luxe et pas les autres ! ».

    Chalon-sur-Saône  Si on donnait la parole aux gilets jaunes  voilà ce qu’ils vous diraient messieurs et mesdames les politiques

    Odile, 71 ans, retraitée accompagnée de sa sœur et son mari : « (1) Je suis solidaire des gilets jaunes car je trouve qu’actuellement une grande partie des français sont malheureux. Ce n’est pas normal que des gens avec des enfants achètent n’importe quoi à manger parce qu’ils n’ont pas les moyens de manger correctement ! Surtout quand on voit le train de vie d’un état français qui est presque royaliste. C’est pas très logique que les français doivent se priver quand on voit la façon de vivre de nos politiques. On est dans une république mais on a l’impression de vivre en royauté. Là, je ne suis pas d’accord et je pense surtout à une chose : j’ai des enfants et je me dis que la vie ne s’annonce pas très bonne pour eux donc je trouve logique d’être ici aujourd’hui. Vous savez je suis là pour mes enfants mais aussi pour mes neveux, mes nièces car pour eux l’avenir ne sera sans doute pas facile. (2) Ils faut qu’ils descendent tous de leur piédestal. (Le mari)  « A la limite, on ne veut plus de politiques, surtout plus de monsieur Macron qui a tout promis aux gens et qui au contraire leur a tout pris voire les a plumé, notamment les classes moyennes, les petits et les retraités ! D’ailleurs, il faut lui dire à ce monsieur, que jamais un Président n’avait baissé les retraites, ils ne les avaient  pas beaucoup augmentés certes mais ils ne les avaient jamais baissées. Jamais avant lui un Président avait osé faire cela à son peuple ! ».

    Chalon-sur-Saône  Si on donnait la parole aux gilets jaunes  voilà ce qu’ils vous diraient messieurs et mesdames les politiques

    Allan, 30 ans, père de 2 enfants, métallurgiste : « (1) Je suis solidaire des gilets jaunes depuis le 1er jour pour tout ce qui nous tombe sur la tête en ce moment et de jour en jour et aussi quelque part simplement pour l’abolition des privilèges d’une élite qui s’en met plein les poches au détriment des autres. Regarde, on est tous là pour la même chose, le gasoil cela a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase mais on n’est pas là que pour ça au final, mais on est là, suite aux nombreuses taxations ! D’ailleurs pourquoi promettre 3% d’augmentation du SMIC alors que certains sont augmentés de 27% voire 40% ? C’est pour réduire ces inégalités sociales que nous sommes là, voilà pourquoi nous sommes ici ! ». (2) Ecoutez le peuple et ayez un peu plus de compassion mais surtout arrêtez de nous mépriser comme vous le faites ! Parce que les « mesurettes » que vous prenez, c’est du mépris et ce n’est plus tolérable ! ».

    Chalon-sur-Saône  Si on donnait la parole aux gilets jaunes  voilà ce qu’ils vous diraient messieurs et mesdames les politiques

    Marie, 35 ans, demandeur d’emploi : « (1) Je suis solidaire des gilets jaunes parce que je revendique qu’on a besoin d’un meilleur pouvoir d’achat et parce que le 15 du mois par exemple, ce n’est pas normal que l’on ai plus d’argent. Moi, par exemple, aujourd’hui je n’ai pas de mutuelle car je ne peux pas m’en payer une et le comble, c’est que je n’ai pas droit non plus à la CMU parce que soi-disant je gagne trop ! Je ne gagne qu’à peine 1000 euros par mois ! Donc, c’est un raz le bol général et on en a marre que ce soit nous qu’on taxe tout le temps surtout quand on voit que l’on supprime l’ISF ! Les riches sont de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres, on veut que cela change ! (2) Venez messieurs les politique vous mettre à notre place ! Mais non, vous êtes dans votre bulle, vous ne percutez même pas de ce qui est en train de se passer. Vous ne vous vous rendez même pas compte de ce que l’on vit. Donc le message que je vous adresse c’est : « Prenez notre place et vous comprendrez mieux notre message ! ».

    Chalon-sur-Saône  Si on donnait la parole aux gilets jaunes  voilà ce qu’ils vous diraient messieurs et mesdames les politiques

    Naomi, 17 ans, Lycéenne : « (1) Je suis solidaire des gilets jaunes parce que je me sens concernée par le combat de mes parents et aussi parce que je sais aussi que mon avenir bientôt va être en jeu. Je trouve donc important d’être là et être solidaire à ce mouvement. (2) Vous devez prendre conscience que le mouvement n’a pas seulement des facettes politiques, puisque moi-même à 17 ans je n’ai pas d’opinion politique très claire mais que c’est un mouvement très citoyen et qu’il faut prendre en considération la colère des français. Il faut aussi rapidement apporter des solutions concrètes qui puissent vraiment améliorer le pouvoir d’achat des français ! ».

    Chalon-sur-Saône  Si on donnait la parole aux gilets jaunes  voilà ce qu’ils vous diraient messieurs et mesdames les politiques

    Philippe, 58 ans, retraité (à droite sur la photographie): «(1) Je suis solidaire des gilets jaunes car je n’ai toujours pas digéré la CSG, plus tout ce qui se passe avec les taxes pour le peuple et les exonérations d’impôts pour les sénateurs, maires… mais surtout pour les hausses de carburants, mutuelles … c’est simple tout augmente sauf les salaires et les retraites ! (2) Réagissez vite messieurs les politiques et augmentez les salaires, diminuez les charges et les taxes car tout augmente sauf nos revenus. Augmentez la CSG ou taxer des retraités pour payer les salariés, là cela ne va plus ! ».

    Chalon-sur-Saône  Si on donnait la parole aux gilets jaunes  voilà ce qu’ils vous diraient messieurs et mesdames les politiques

    Jean-Claude (77 ans) et Lucette (72 ans) : « (1) Je suis solidaire des gilets jaunes car nous les retraites, nous avons eu une belle ponction au fil des années mais en plus avec la hausse de la CSG de 1,70%, nous avons perdu du pouvoir d’achat surtout si on tient compte des retraites qui n’ont jamais été augmentées en 10 ans. Moi en gros, j’ai perdu environ 100 euros par mois de pouvoir d’achat avec les réformes successives des retraites. (2) La première chose que je demande c’est déjà de remettre la demi-part aux veuves sur les impôts car cela personne en parle. Ensuite je veux qu’ils nous écoutent un peu plus mais surtout qu’ils agissent à nos demandes de pouvoir d’achat. Eux de la France d’en haut, n’écoutent pas beaucoup les gens de la France d’en bas et pourtant c’est nous qui les faisons vivre malgré nos petites retraites ! ».

    Chalon-sur-Saône  Si on donnait la parole aux gilets jaunes  voilà ce qu’ils vous diraient messieurs et mesdames les politiques

    Dorothée, 41 ans, professeur des écoles : « (1)  Je suis solidaire des gilets jaunes car l’argent est mal redistribué. Il y a des gens qui vont travailler pour gagner une misère et d’autres qui gagnent beaucoup trop d’argent par rapport à ce qu’ils travaillent. Je suis donc pour une redistribution des salaires, même si je sais qu’il est normal qu’il y ait des différences dans les salaires, mais quand même, pas à ce point ! Je sais de quoi je parle car j’ai été comptable auparavant et quand j’ai vu dans les sociétés, les dividendes reversés à certains actionnaires car ils avaient amené un peu d’argent et que nous par exemple on ne touche que 15 euros d’augmentation par an, je trouve cela révoltant. Donc aujourd’hui par solidarité, j’ai rejoint le mouvement des gilets jaunes. (2) Vous devez réformer le système politique et faire une 6e  République en changeant la constitution. Arrêtez également les privilèges d’être je ne sais plus combien de sénateurs, députés, ministres, secrétaires d’état et conseillers qui nous coûtent chez pas combien d’argent et dont je ne suis pas sûre pour certains qu’ils soient réellement efficaces. Donc arrêtez ces dépenses inutiles pour justement pouvoir augmenter le SMIC et d’un autre côté permettre d’améliorer le pouvoir d’achat des français ! ».               

    SOURCE :  http://www.info-chalon.com/articles/chalon-sur-saone/2018/12/05/41046/si-on-donnait-la-parole-aux-gilets-jaunes-voila-ce-qu-ils-vous-diraient-messieurs-et-mesdames-les-politiques/ 

                      

    « Communication de l’historien Benjamin Stora à l’Institut français d’Alger «L’affaire Maurice Audin ouvre d’autres possibilités, gestes politiques…» Béziers : l'Etat attaque en justice l'installation de la crèche mobile de Noël »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    3
    Jeudi 6 Décembre à 11:12
    D’accord avec Dorothée!
    2
    Jeudi 6 Décembre à 11:10
    https://www.lejsl.com/edition-de-chalon/2018/11/22/le-maire-de-chalon-avait-envisage-de-deployer-un-gilet-jaune-geant-sur-l-hotel-de-ville
    1
    Jeudi 6 Décembre à 11:10
    Erratum: c’est une hausse de la CSG, pas une baisse !
    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter