• Chaussin (Jura) Soixante-treizième anniversaire de la mort de Simone Michel-Lévy 13 avril 2018

     

    Chaque année Danièle Ponsot, présidente de l'ANACR Jura-Nord préside la cérémonie en hommage à la résistante Simone Michel-Lévy. Mais rappelons-nous, Danièle Ponsot a été aussi maire de Chaussin (Jura). Elle est née à Palikao en Algérie, cette pied-noir a inauguré une rue du 19 Mars 1962... nous ne l'oublierons jamais.

    Album-44-4301.jpg

    Voici les paroles prononcées par notre pied-noir préférée et fière d'être dans le camp des républicains et amie des Algériens, très opposée aux nostalgériques extrémistes :
          

     

    Chaussin (Jura)

    Soixante-treizième anniversaire

     de la mort de Simone Michel-Lévy

     13 avril 2018

     

            Mesdames et Messieurs les élus, Monsieur l’Adjoint au maire, représentant Madame le Maire, empêchée, Mesdames et Messieurs les Représentants des Corps Constitués, Messieurs les Représentants d’Associations Patriotiques, Monsieur le Président Départemental  de l’ANACR, Mesdames et Messieurs les Porte Drapeaux, Chers amis membres de l’ANACR Nord-Jura, chers amis de l’Alouette, Mesdames, Messieurs.

          Le 24 mars dernier, lors de notre Assemblée Générale, je pris conscience de la parenté de destin entre Simone Michel-Lévy, notre héroïne Chaussinoise,  dont nous commencions à préparer la commémoration d’aujourd’hui  et celui qui venait de donner héroïquement sa vie pour sauver celle d’un otage, lors de l’attentat de Trèbes, qui avait eu lieu la veille : je veux parler du colonel Arnaud Beltrame, soldat de la gendarmerie dont la conduite héroïque est dans toutes les mémoires.

    Le cénotaphe de Simone Michel-Lévy. Son corps est resté à Flossenburg, où elle a été pendue. 

     

           A plusieurs décennies d’intervalle, dans des circonstances différentes, ces deux êtres  n’ont pas hésité à donner leur vie pour leur patrie. L’une en temps de guerre, l’autre face à une autre forme de guerre, le terrorisme !

    Résultat de recherche d'images pour "Photos : simone michel-lévy"

     

    A plusieurs décennies d’intervalle, dans des circonstances différentes, Ces deux êtres  n’ont pas hésité à donner leur vie pour leur patrie.

     

          Aujourd’hui, nous commémorons la petite comtoise qui jamais ne baissa la tête devant l’occupant ! Née à Chaussin le 19 janvier 1906, d’un père plâtrier et d’une mère « ouvrière en robes », elle entra en Résistance dès 1940, et mit à profit ses compétences (Titulaire du Brevet Elémentaire, elle était rédactrice dans les PTT) au service de la Résistance, où elle fit preuve d’un vrai talent d’organisatrice. Trahie par Robert Bacqué, alias Tilden, un des membres de la Confrérie Notre Dame du colonel Rémy, celle qui fut Emma, Françoise, Madame Royale, Mademoiselle Flaubert, Madame Bertrand, tomba, ce soir du 5 novembre 1943, aux mains de l’ennemi !

          Simone, par son courage et son abnégation, força l’admiration : au camp de Ravensbrück d’abord, où, avec une de ses camarades de déportation  elle se dévoua  pour créer une chorale et ainsi, entretenir chez ces malheureuses un peu d’espoir ! Expédiée à Holleschein (Tchécoslovaquie d’alors) elle sabotera des engins de mort, dans le groupe SKODA, qui fabriquait des munitions anti-aériennes, usine où elle était contrainte de travailler ainsi que ses compagnes…..mais la presse sauta une fois de trop et Françoise (c’était alors son nom de guerre) et deux de ses amies furent arrêtées. Torturée, battue, jamais elle ne parla et pour elle et ses deux compagnes, la sentence fut sans appel : elles furent pendues le 13 avril 1945, 10 jours avant la libération du camp !

            Simone Michel-Lévy est l’une des 6 femmes nommées Compagnon de la Libération. Chevalier de la Légion d’honneur, elle fut aussi médaillée de la Résistance Française. Ce matin, à Paris, au 1 Boulevard Montparnasse dans le 6ème arrondissement, une plaque a été dévoilée à son nom. En ce jour anniversaire de sa mort, son parcours héroïque n’a pas été oublié. Ce n’est pas seulement la Franche-Comté mais le pays tout entier qui aujourd’hui doit à Simone et à tous ceux qui ont œuvré comme elle, reconnaissance et respect !

          L’ANACR, à tous les niveaux, a pour objectif de maintenir vivant le souvenir des héros de la Résistance, les héros célèbres et les héros anonymes et aussi, devrais-je dire : surtout ? D’entretenir auprès des jeunes générations le devoir de mémoire indispensable à tout  citoyen de notre pays : n’est-il pas vrai qu’ « oublier son passé, c’est se condamner à le revivre ? »

          C’est pour cette raison que l’ANACR -Nord-Jura est fière de la participation active à cette cérémonie de « jeunes pousses »comme Mathilde et Louis, qui nous avaient déjà  accompagnés le 27 mai 2017 pour la célébration de la journée Nationale de la Résistance !

           Ne pas oublier ceux qui, malgré les menaces, les attaques et les dangers, ont sacrifié leur vie à un idéal de liberté, voilà, les enfants, ce que vous devez garder en mémoire ! Voilà la raison d’être des associations patriotiques !

    Je vous remercie !

    Danièle PONSOT

    « Damas rend la Légion d'honneur d'Assad à la France, "esclave" de WashingtonLà où tout a commencé en 2001 et 17 ans après c'est pire... A quoi ont servi les 89 militaires français morts en Afghanistan ? »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Dimanche 22 Avril à 16:14

    Merci, Michel, pour cette publication! Je suis fière de figurer sur votre blog!

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter