• Comparaison et raison

     

     

    Puisque Facebook  a censuré le site de Jacques Cros, habitant Béziers, voici deux de ses articles  en rapport à l’actualité que nous vivons en ce moment.

    Michel Dandelot

     

    Comparaison et raison

    Publié par http://cessenon.centerblog.net/ 

    Comparaison et raison

    Le meurtre d’un Noir par les forces de l’ordre américaines a conduit à l’embrasement dans ce pays. L’émotion est à son comble ce n’est pas la première fois qu’aux USA un homme de couleur est victime de la police. 

    Une émotion légitime qui a gagné le monde, la France est touchée par le phénomène. Et pour tout dire elle est concernée par des comportements racistes au sein de son dispositif de sécurité. 

    A Béziers par exemple en pleine période de confinement un Maghrébin a été tué lors d’une interpellation. 

    A vrai dire le racisme et la xénophobie imprègnent une partie de la population. Elle est le résultat d’une crise sociale insupportable qui fait que nombreux sont ceux qui s’en prennent à l’étranger, considéré comme la source des difficultés rencontrées. 

    Une telle attitude est fréquente, y compris chez des descendants de premières vagues d’immigration. Un tel comportement est souvent le fait de gens dont le niveau intellectuel ne devrait pas leur permettre de se considérer comme supérieur à d’autres. Quant à la conscience politique de ce qui est en cause on est loin avec eux d’avoir atteint ce qui serait nécessaire à la résolution des problèmes posés. 

    On notera que les immigrés sont en général au bas de l’échelle sociale et un amalgame est opéré entre racisme et stigmatisation des pauvres. Mais c’est tellement plus facile de s’en prendre à cette catégorie de gens plutôt que d’analyser ce qui conduit à l’aggravation d’une situation déjà intenable. 

    Ceux qui tirent parti d’un système qui ne fonctionne que par l’exploitation renforcée des salariés ne favorisent pas les idées de tolérance et de respect de la diversité. La xénophobie leur permet d’obtenir une diversion par rapport aux questions de fond. 

    Combattre le racisme passe par une compréhension de ce qui génère le mal vivre et par une perspectives claire et décisive de rupture avec la logique du profit qui engendre le désordre que nous connaissons. 

    Alors oui aux manifestations contre la gangrène raciste qui gagne la police et la société mais pour cela créons les conditions de ces changements profonds qui frappent à la porte de l’histoire. 

    La réaction vive des Américains face au racisme relevé avec la mort de George Floyd n’en est pas encore à ce point. Ceci étant elle ébranle l’orientation qui caractérise le programme de Donald Trump. Mais n’en doutons pas, Béziers et son maire seraient, si nécessaire, disposés à lui accorder l’asile politique. Nous sommes ici chez nous en Biterrois dans le même registre !

    Jacques Cros

     

     

    VISA fait le point sur le drame de Béziers

     

    Comparaison et raison

    VISA ? C’est un sigle qui signifie Vigilance Initiatives Syndicales Antifascistes. Nous avons reçu, envoyé par Daniel Kupfestein une analyse du drame qui s’est déroulé à Béziers le 8 avril 2020. Ce jour-là vers 22 h, c'est-à-dire une heure après le couvre-feu décrété par le maire de la ville, un nommé Mohamed Gabsi, un homme de 33 ans, est interpelé par la police municipale et embarqué dans un fourgon.

    Menotté et immobilisé par deux agents qui s’appuient sur lui, il est décédé quand il arrive au commissariat. Une enquête est en cours pour préciser les circonstances de cet homicide involontaire.

    L’homme était père de trois enfants qui sont aujourd’hui orphelins. Nous avons appris qu’il bénéficiait d’une pension d’adulte handicapé sans connaître la nature du handicap.

    Quoiqu’il en soit c’est une victime du covid-19 et de ce que la pandémie a généré au plan de la tension qui s’est installée dans le paysage. Nous n’avons aucune information sur le profil qui était le sien.

    Sans doute n’était-il pas parfait, personne ne l’est. Peut-être son comportement n’était pas irréprochable. Le fait est qu’il est mort et que c’est une affaire qui vient rendre encore plus lourde une situation déjà pénible caractérisée par la violence comme réponse aux difficultés de chacun.

    Une situation qui ne date pas de la propagation de la maladie et des mesures de confinement qui ont été prises. Elle était déjà caractérisée par des aspects patents de racisme et de xénophobie.

    La pandémie a exacerbé ces phénomènes qui prennent naissance dans les problèmes non résolus auxquels nous sommes confrontés. Loin d’avoir permis une réflexion sur la nature de ce qui est en cause et qu’aggrave le coronavirus, on s’enfonce davantage dans les défauts que nous vivions avant.

    Un homme de 33 ans est mort, rien ne justifie un tel drame, pas plus l’entorse faite au couvre-feu qui nous est imposé que la possible rébellion aux forces de l’ordre. Il est souhaitable que la justice clarifie le déroulement des faits et situe les responsabilités. C’est ce qui est demandé par VISA et à quoi nous pouvons souscrire.

    Jacques Cros 

     

    « A Paris, la police utilise la même technique que celle qui a tué George FloydAdama Traoré : manifestations dans plusieurs villes, 20 000 personnes à Paris »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :