• Contentieux mémoriel, Sahel, Sahara Occidental... Alger-Paris : les sujets qui fâchent

     

    Contentieux mémoriel, Sahel, Sahara Occidental...  Alger-Paris : les sujets qui fâchent

    Paroles, paroles et encore des paroles, que tu sèmes au vent… 

    C’est l’Algérie elle-même qui nous prévient « sauf grande surprise ne vous attendez pas à des déclarations "historiques" de votre président comme celle du type « La colonisation est un crime contre l’humanité »… ce n’était, en fait que de la simple propagande électoraliste, alors qu’il n’était que candidat à la présidentielle… Comme Hollande ou Sarkozy… il ne devrait rien reconnaître de plus… c’est-à-dire : RIEN !!!

    Sa déclaration, très courageuse, avait suscité l’enthousiasme de nombreux historiens et de militants anticolonialisme, qui se sont adressés à lui, une fois élu, pour lever le déni qui entoure un certain nombre de faits, comme le massacre du 8 Mai 1945, la disparition de Maurice Audin ou encore les massacres du 17 Octobre 1961, à Paris. Mais leurs demandes ont à chaque fois été déçues. Contrairement à son prédécesseur, François Hollande, le nouveau locataire du Palais de l’Élysée, s’est abstenu de la moindre déclaration.
    De même, il a décidé de supprimer le secrétariat d’État des anciens combattants et de la mémoire, qui était en charge des pourparlers avec l’Algérie, sur un certain nombre de dossiers litigieux, liés à la Guerre d’Algérie, dont ceux relatifs aux disparus, aux victimes des essais nucléaires de l’armée française dans le Sahara algérien et de la restitution des archives. Un autre sujet épineux a été rajouté à la liste. Il concerne le rapatriement des crânes des résistants algériens conservés au Musée de l’Homme à Paris, et qui sonne comme un véritable imbroglio juridique.
     

     

     

    Contentieux mémoriel, Sahel, Sahara Occidental...

    Alger-Paris : les sujets qui fâchent

    Macron n’évoque pas les massacres du 17 Octobre 1961, à Paris. © D.R. 

     

    À Alger, le chef de l’État français devra sans doute dire pourquoi il garde le silence sur la période coloniale alors que, candidat, il s’était engagé à prendre des actes forts. 

    L’annonce par le président Emanuel Macron lui-même de son intention de se rendre à Alger le 6 décembre prochain intervient dans un climat politique, a priori, détendu entre la France et l’Algérie. Les accords ayant sanctionné la quatrième session du Comité mixte économique algéro-francais (Comefa), qui vient de se tenir à Alger, sont le reflet d’une coopération bilatérale, voulue comme exemplaire.
    Pourtant, les points de divergence entre les deux voisins méditerranéens ne manquent pas. Le plus grand malentendu est historique. Lorsqu’il sera à Alger, le chef de l’État français devra sans doute dire pourquoi il garde le silence sur la période coloniale, alors qu’il s’est engagé, lorsqu’il était candidat à la présidence de la République, à prendre des actes forts sur ce qu’il a considéré comme une page sombre de l’histoire de la France. M. Macron avait notamment qualifié, au cours d’une visite électorale à Alger en février 2017, la colonisation de crime contre l’humanité.
    Sa déclaration, très courageuse, avait suscité l’enthousiasme de nombreux historiens et de militants anticolonialisme, qui se sont adressés à lui, une fois élu, pour lever le déni qui entoure un certain nombre de faits, comme le massacre du 8 Mai 1945, la disparition de Maurice Audin ou encore les massacres du 17 Octobre 1961, à Paris. Mais leurs demandes ont à chaque fois été déçues. Contrairement à son prédécesseur, François Hollande, le nouveau locataire du Palais de l’Élysée, s’est abstenu de la moindre déclaration.
    De même, il a décidé de supprimer le secrétariat d’État des anciens combattants et de la mémoire, qui était en charge des pourparlers avec l’Algérie, sur un certain nombre de dossiers litigieux, liés à la Guerre d’Algérie, dont ceux relatifs aux disparus, aux victimes des essais nucléaires de l’armée française dans le Sahara algérien et de la restitution des archives. Un autre sujet épineux a été rajouté à la liste. Il concerne le rapatriement des crânes des résistants algériens conservés au Musée de l’Homme à Paris, et qui sonne comme un véritable imbroglio juridique.
    Sur la scène régionale et internationale, Alger et Paris ne sont pas aussi sur la même longueur d’onde. Leur plus grande divergence concerne la lutte contre la menace terroriste dans le Sahel. L’Algérie reproche à la France de jouer au gendarme dans la région en privilégiant l’option militaire et en ne tenant pas compte de ses positions en faveur d’une démarche inclusive et qui repose sur le dialogue. Pour exprimer son désaccord, l’État algérien a refusé d’intégrer le G5 Sahel, une alliance pour la lutte contre le terrorisme, formée par la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad et orchestrée par la France. L’autre problème est celui du Sahara occidental. Sur ce sujet, la France est accusée de s’aligner ouvertement sur la position du Maroc.


    S. L.-K.

    SOURCE : https://www.liberte-algerie.com/actualite/alger-paris-les-sujets-qui-fachent-281282 

    « 200 rues parisiennes rendent hommage à la colonisation et c’est inadmissible...La vidéo d’Armande *** Un article de Jacques CROS »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Jeudi 16 Novembre à 21:23

    Je crois que c'est clair, il faut que le président soit un peu plus courageux. A son âge on doit bousculer les idées reçues !

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter