• Coupe du monde 2018. À l’étranger des relents racistes visant l’équipe de France

     

    Je croyais en avoir fini de mettre en ligne des articles concernant l’équipe de France de football, championne du monde en 2018 comme en 1998, surtout que des amis ont posté des commentaires me faisant remarquer que le football pouvait avoir un effet néfaste « genre opium du peuple ». J’avais toujours répondu que ceux qui aimaient ce sport ne pouvaient oublier les graves problèmes socio-économiques que traversent notre pays, mais l’un de mes amis m’a rassuré en écrivant :  «  Donc pour ces internautes la Coupe du Monde de football jouerait le même rôle que le « panem et circenses » au temps de Juvénal et de Domitien. Oui mais est-ce le foot qui est responsable du niveau de conscience des Français ? N’est-ce pas plutôt les carences dans ce domaine qui amènent à ce que les gens se précipitent sur les résultats de la Coupe du Monde pour en quelque sorte oublier leurs difficultés ? 

    C’est vrai qu’on ne voit pas de perspective pour sortir de la crise socio-économique dans laquelle nous sommes plongés. Et si la réponse était d’offrir une issue politique ? Que ceux qui aiment le foot regardent tranquillement les matchs retransmis à la télévision, ne les prenons pas pour des adversaires dans le combat de classe, qui est d’une autre nature, que nous avons à mener. » 

    Pourquoi je persiste à mettre en ligne un nouvel article concernant cette équipe de France de football ?  

    Ce fut d’abord la fachosphère française qui m’a fait réagir !!! 

    Du côté de l’extrême droite raciste, des polémiques se déchainent contre la composition de l’équipe de France de football avant la finale de la Coupe du monde qui l’oppose ce 15 juillet 2018 à la Croatie. Ce sont de violentes diatribes contre la présence de joueurs d’origine africaine. Qui conduisent certains à souhaiter la défaite de cette équipe et la victoire de l’équipe adverse jugée comme la seule " européenne " 

     

    Et maintenant c’est l’étranger qui se déchaîne !!! 

    Coupe du monde 2018. À l’étranger

     des relents racistes visant

     l’équipe de France

    Coupe du monde 2018. À l’étranger  des relents racistes visant   l’équipe de France

    Champions du monde en Russie, les Bleus sont le sujets de discours parfois nauséabonds, notamment véhiculés par une certaine presse étrangère. | PHOTO : REUTERS

     

    D’un point de vue sportif, la victoire de l’équipe de France au terme de la Coupe du monde 2018 ne pouvait faire l’unanimité. Cependant, les Bleus se seraient sans doute bien passés des mots qui fleurissent dans la presse étrangère et sur les réseaux sociaux, faisant état d’une «équipe d’Afrique»… De tristes raccourcis ethniques qu’on ne pensait pas voir exprimés si ouvertement, notamment du côté des médias.

    « C’est pas l’équipe de France, c’est l’Afrique, y’a pas un Blanc dans la sélection. » C’était à la fin des années 1990. Les Bleus venaient d’être champions du monde, sous la fameuse étiquette de l’équipe black-blanc-beur, et les bas du front s’en donnaient à cœur joie sur les origines plus ou moins proches, plus ou moins étrangères, de nos champions.

    Jean-Marie Le Pen n’avait-il pas déclaré, lors de l’Euro 1996, qu’il était « artificiel de faire venir des joueurs de l’étranger et de les baptiser équipe de France », ajoutant n’avoir « jamais cru que onze messieurs représentaient la France ».

    Vingt ans après France 98, nous n’entendons quasiment plus parler, dans l’Hexagone, d’une soi-disant « équipe de France de l’Afrique ». L’équipe de France porte fièrement ce qu’elle représente et ce qui la définit : le pays et le drapeau bleu blanc rouge.

    « Vive la France et vive la République »

    C’est peut-être un peu une question d’image, mais surtout de fierté, d’avoir entendu Griezmann, Pogba et consorts clamer pendant près de deux mois leur amour de l’Hexagone. Leur fierté de porter le maillot bleu, pour tout ce qu’il représente. On les a même pris à crier « Vive la France et vive la République », peut-être avec un brin d’humour, mais jamais sans cœur.

    Quelle surprise (ou non ?) de voir nos voisins replonger dans un stérile débat dont nous nous étions épargnés les peines depuis des années. De l’Italie au Venezuela, en passant par les États-Unis et l’Allemagne, une bien vilaine rengaine est venue tenter d’expliquer la victoire des Bleus au Mondial, qui serait celle de l’Afrique, l’expliquant avec moult petits drapeaux montrant les origines ethniques de nos joueurs.

    Parfois avec une forme d’étrange bienveillance, afin d’inclure les pays africains, éliminés au premier tour du Mondial pour les cinq qui y participaient, dans la construction de ce succès. Parfois, afin de vanter maladroitement la diversité de la France. Parfois, souvent, avec un racisme « inconscient », non (ou très mal) dissimulé.  

    La presse étrangère se lâche

    Le plus étonnant, et sans doute le plus inquiétant, c’est de voir à quel point ces discours ont été repris, véhiculés par la presse étrangère. « La merveilleuse impureté de la sélection française », écrit Ernest Folch dans le journal barcelonais Sport, l’illustrant par Griezmann, Pogba et Mbappé.

    En Italie, le Corriere della Sera a mis les pieds dans le plat, résumant la finale contre la Croatie ainsi : « Une équipe pleine de champions africains mélangés à de très bons joueurs blancs face à une équipe seulement de blancs d’un pays au centre de trois grandes écoles de football, celle slave, allemande et italienne. »

    En Allemagne, Bild rappelle à la France qu’elle ne doit pas s’emballer avec ce succès au Mondial : « Les banlieues de Paris peuplées d’immigrés sont souvent le théâtre d’émeutes, Marseille a été péniblement arraché à la mainmise de clans maghrébins et les 30 % d’électeurs FN n’ont pas disparu en une nuit. »

    De l’autre côté de l’Atlantique, aussi, la victoire de la France a provoqué des réactions nauséabondes. Nicolas Maduro, président vénézuélien, a donné le parfait exemple de cette pensée : «L’équipe de France ressemblait à l’équipe d’Afrique. En vrai, c’est l’Afrique qui a gagné, les immigrants africains qui sont arrivés en France […] L’Afrique a tellement été méprisée et, dans ce Mondial, la France gagne grâce aux joueurs africains ou fils d’Africains.»

    Comme avant, elle a gagné grâce aux enfants d’immigrés italiens ou polonais. Grâce finalement à ses enfants, enfants de l’histoire compliquée entre le Nord et le Sud, qui n’ont rien demandé d’autre que de jouer pour les couleurs du pays dans lequel ils sont nés et ont grandi. Et qu’ils revendiquent comme étant le leur, sans pour autant oublier d’où ils viennent, qui ils sont, et à quel point ils se sont battus pour arriver là où ils en sont aujourd’hui.

    Le Daily Show se manque complètement

    Pour finir, deux extraits ont beaucoup fait couler d’encre et donné de l’ampleur à ces polémiques. Le premier est venu du Daily Show, émission populaire aux États-Unis, maniant habituellement assez habilement ironie, second degré et démolition de clichés.

    Pourtant, Trevor Noah, présentateur sud-africain, métisse né à Soweto en plein apartheid, a réalisé une belle sortie de route. « Je suis tellement content, l’Afrique a gagné la Coupe du monde, a-t-il déclaré durant le show. Je sais que ce sont les joueurs de l’équipe de France, mais regardez ces gars-là. » « Regardez ces gars-là », il n’y a qu’un pas à faire avant de dire «Noirs = Afrique».

    Ce qu’a parfaitement expliqué le basketteur Nicolas Batum, en réaction à ce sketch du Daily Show. « Alors oui, j’ai un père et un nom camerounais, mais nous tous on se bat et on joue pour la France car nous sommes nés ici, avons grandi ici, avons appris notre sport en France, avons la fierté d’avoir la nationalité française. »

    Une mise au point bienvenue, mais dont la nécessité étonne, face au pays de la Dream Team, ces basketteurs qui ont fait rêver les États-Unis dans les années 90. « Est-ce que c’est l’Afrique qui gagne quand les États-Unis remportent des médailles aux Jeux olympiques ? Est-ce l’Europe qui gagne quand l’Afrique du Sud gagne au rugby ? Etc. Stop aux conneries. Nous sommes tous français, faites avec », s’est emporté un autre Français de la NBA, Evan Fournier.

    Merci Barack Obama

    Coupe du monde 2018. À l’étranger  des relents racistes visant   l’équipe de France

    Le dernier mot, que l’on espère être celui de la fin, mais qui malheureusement ne le sera pas, est venu du toujours très éclairé Barack Obama. L’ancien président des États-Unis a fait référence à l’équipe de France, à Johannesburg, pour le centenaire de la naissance de Nelson Mandela, prenant, avec humour, lui, le contre-pied du Daily Show et dénonçant également la confusion de ces gens jugeant avant tout les personnes en fonction de leur couleur ou de leurs origines.

    « Il (Mandela, en 1964) a dit que les divisions politiques basées sur la couleur sont complètement artificielles. Et quand elles disparaissent, il en va de même de la domination d’un groupe de couleur sur un autre. C’est une vérité qui peut-être adoptée par les Anglais, les Indiens, les Mexicains, les Bantous, les Luo, les Américains. C’est une vérité qui vit au cœur de toutes les religions du monde : nous devons nous comporter avec les autres comme nous aimerions qu’ils se comportent avec nous, nous nous voyons dans l’autre, nous nous reconnaissons dans des espoirs et des rêves communs. C’est une vérité incompatible avec quelconque forme de discrimination, basée sur la race, la religion, le genre ou l’orientation sexuelle. Et c’est une vérité qui, lorsqu’on y adhère, offre des bénéfices, car elle assure à la société de pouvoir faire au mieux avec les talents, l’énergie et les compétences de tout son peuple. Si vous doutez de cela, demandez juste à l’équipe de France qui vient de gagner la Coupe du monde. Car tous ces gars ne ressemblent pas à des Gaulois à mes yeux. Mais ils sont Français ! Ils sont Français ! » Et fiers de l’être.

    Quand Barack Obama parle de l'équipe de France, en plein discours d'hommage à Nelson Mandela... pic.twitter.com/kBqueLJcbv 

    — Brut FR (@brutofficiel) 17 juillet 2018 

    SOURCE : https://www.ouest-france.fr/sport/coupe-du-monde/coupe-du-monde-2018-l-etranger-des-relents-racistes-visant-l-equipe-de-france-5885410?utm_source=neolane_of_newsletter-

     

    * MA CONCLUSION *

    Vous savez à quoi ça me fait penser ces propos racistes en provenance de la fachosphère française et étrangère :  Reproduire une race blanche, blonde aux yeux bleus.

    Pour créer une race aryenne “pure”

    les Nazis ont conçu des usines à enfants

    Entre 1935 et 1945, les nazis ont tout mis en oeuvre pour créer une race aryenne qu’ils considéraient comme une race « pure » et « supérieure ». Ce projet était monstrueux tant par son objectif que les moyens qui ont été mis en place pour l’obtenir. En effet, un ensemble de centres ont été conçus afin de permettre la reproduction d’une race blanche, blonde aux yeux bleus. 

    Mais Hitler a perdu la guerre comme la fachosphère sera jetée dans la poubelle de l’Histoire.  

    « Benjamin Stora: "Une grande vague fraternelle mais..."La maire d'Aix-en-Provence écope d'un an de prison avec sursis et 10 ans d'inéligibilité »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Jeudi 19 Juillet à 11:30

    Et on avait même pu entendre un président de région, celle du Languedoc Roussillon regretter qu'il n'y ait pas plus de blancs dans l'équipe de France.

    Le même avait qualifié les harkis de sous-hommes !

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter