• Crise politique en Algérie : les parlementaires européens sont inquiets

     

    Crise politique en Algérie : les parlementaires européens sont inquiets

    Crise politique en Algérie : les parlementaires européens sont inquiets

     Parlement européen

     

    Les parlementaires européens ont tenu un débat sur la situation en Algérie, dans une session plénière à Strasbourg, hier 26 mars. Ils ont réagi à l’annonce du chef de l’État-major de l’armée Gaïd Salah qui appelle à démettre Abdelaziz Bouteflika de son poste de président de la République. 

    Pour Tokia Saïfi, eurodéputée française, «tout le monde sait que le président Bouteflika était inapte depuis assez longtemps. Donc, je trouve assez curieux qu’on n’en parle que maintenant».

    Les députés, qui ont signalé l’exemplarité des manifestants algériens et leur pacifisme ont appelé à une transition transparente et inclusive. L’Union européenne se serait également déclarée prête à aider dans l’organisation de nouvelles élections, si l’Algérie le demandait.

    Certains députés ont, par contre, dénoncé le silence de l’Union européenne sur la révolte des Algériens. Beaucoup craignent une déstabilisation du pays qui pourrait avoir des conséquences sur l’ensemble de la région méditerranéenne.

    Pour Ernest Urtasun, eurodéputé espagnol, le rôle de l’Europe a été en deçà des attentes depuis le début des manifestations : « l’Union européenne a été trop silencieuse depuis le début des manifestations. Il y a une crainte de déstabilisation du pays. Il y a toute la question des hydrocarbures qui reste une question essentielle pour les gouvernements. Face aux ressources que l’Algérie fournit à l’Europe, plus la crainte de la déstabilisation, ceci est priorisé. »

    Plusieurs Il faut dire que les réflexes paternalistes des anciens colonisateurs ont encore de beaux jours devant eux. Les eurodéputés proposent de l’aide à l’Algérie alors qu’ils ont toujours été du côté du système en place, ils n’ont jamais dénoncé les pratiques autoritaristes du régime en place. 

    SOURCE : https://www.observalgerie.com/actualite-algerie/politique/crise-politique-algerie-parlementaires-europeens-inquiets/ 

     

    « VieillirLe 26 mars 1962, les victimes de la fusillade rue d'Isly ne sont pas " Mortes pour la France " mais tombées pour soutenir l'OAS »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Mercredi 27 Mars à 20:10

    Mais on peut faire confiance aux dirigeants des anciennes puissance coloniales ils sauront tirer profit au mieux de leurs intérêts d'une situation filandreuse ! Bien sûr nous ne parlons ni de l'intérêt des peuples des pays colonisés ni ce celui des peuples des pays colonisateurs !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :