• Danièle Delorme est décédée samedi 17 octobre 2015… Plusieurs aspects de la vie et de la carrière de la comédienne sont méconnus...

    Danièle Delorme est décédée samedi 17 octobre 2015… Plusieurs aspects de la vie et de la carrière de la comédienne sont méconnus...

    Danièle Delorme est décédée samedi 17 octobre 2015… Plusieurs aspects de la vie et de la carrière de la comédienne sont méconnus...

    Elle est décédée samedi dans son sommeil mais sa disparition n’a été annoncée publiquement que ce lundi. Danièle Delorme avait 89 ans. L’actrice laissera dans la mémoire collective des Français ses rôles dans Colette, Voici le temps des assassins ou Nous irons tous au paradis. Mais certains aspects de sa vie et de sa carrière demeurent méconnus du grand public.

    Danièle Delorme est un pseudonyme 

    Pour l’état civil, elle est Gabrielle Girard, née le 9 octobre 1926. Elle a opté pour le pseudonyme Danièle Delorme – Danièle est son deuxième prénom – afin de fuir la Gestapo, indique Première. Durant la Seconde Guerre mondiale, son père, le peintre et affichiste André Girard, avait créé un réseau de résistance, le réseau CARTE, l’un des plus importants de la zone sud de la France.

    Danièle Delorme  a été une femme engagée 

    Danièle Delorme a signé le Manifeste des 121. Ce texte, paru en septembre 1960 dans le magazine Vérité-Liberté, est titré Déclaration sur le droit à l’insoumission dans la guerre d’Algérie. Les signataires, des artistes aussi bien que des intellectuels, prenaient position contre la guerre d’Algérie et pour son indépendance. « La cause du peuple algérien, qui contribue de façon décisive à ruiner le système colonial, est la cause de tous les hommes libres », stipule le manifeste. Par ailleurs, Danièle Delorme était membre du comité d’honneur de l’ADMD, l’Association pour le droit à mourir dans la dignité.

    Comme Danièle Delorme, François Maspero qui est décédé en avril 2015 nous expliquait ce qu’est le Manifeste des 121. Il fut un éditeur courageux, risquant saisies et inculpations, pour s'opposer à la guerre d'Algérie, défendre l'objectif d'indépendance, et soutenir les insoumis.
    C'est à ce titre qu'il s'associa au Manifeste des 121, signé début 1961 par de nombreuses personnalités des universités, de la presse, de l'art, de l'édition et du spectacle.

    Lorsqu’il  est décédé j’avais mis en ligne cet article :

    http://micheldandelot1.eklablog.fr/deces-de-l-editeur-et-ecrivain-francois-maspero-a-83-ans-message-d-hub-a117230986


    Cet extrait concerne son interview dans le film de Mehdi Lallaoui consacré au Manifeste des 121.

     

    « Granville (Manche) : Evénements du 17 octobre 1961. La Ligue des Droits de l'Homme commémore Saint-Denis, le 16 décembre 2015 en mémoire de Fatima Bédar, assassinée à 15 ans par la police française le 17 octobre 1961 *** MISE A JOUR 20/12/2015 »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :