• Décès de Gilbert Meynier *** Pourquoi si peu de réactions ?


     François Nadiras tu me manques !!!

    Décès de Gilbert Meynier *** Pourquoi si peu de réactions ?

    Toi qui as mis en ligne une centaine d’articles concernant le grand historien anti colonialiste Gilbert Meynier qui vient de nous quitter… Tu me manques vraiment car si tu avais été là je suis convaincu que tu n’aurais pas oublié de nous commenter la disparition de Gilbert Meynier quelques semaines seulement après son épouse… Et là je suis extrêmement surpris car le premier à nous avoir alerté fut Benjamin Stora, triste information aussitôt relayée par plusieurs quotidiens algériens, puis par l’un de ses amis l’ecclésiastique Christian Delorme, hommage à Gilbert Meynier, au début de l'émission "La Fabrique de l'histoire", sur France Culture et enfin l’ancien député Bernard Deschamps… Mais pas une ligne dans la presse française ne signale la disparition du grand historien, pas une ligne sur des sites et des blogs se considérant anti colonialistes, amis du peuple algérien, aucun commentaire d’autres historiens ou personnalités anti colonialistes… Pourquoi ?

    Comme me l’a dit Jean-François Gavoury président de l’ANPROMEVO qui s’étonne aussi « IN-COM-PRE-HEN-SI-BLE ! On n’est vraiment peu de chose »

    Merci François Nadiras de nous avoir tant parlé de Gilbert Meynier avant ta regrettable disparition et la sienne.

    Michel Dandelot

    Histoire coloniale et postcoloniale

    Depuis le début des années 2000, le site internet « ldh-toulon.net » a été animé, jusqu’à son décès le 28 août 2017, par François Nadiras, militant de la Ligue des droits de l’Homme dans cette ville. Ce site traitait à la fois de l’actualité des droits de l’Homme et de la connaissance de l’histoire coloniale, car son animateur pensait que la méconnaissance et les mythes de ce passé étaient l’une des bases majeures des idéologies d’extrême droite influentes dans la région, et, au-delà, une question générale importante. Désormais, deux sites poursuivent son action : le présent site histoirecoloniale.net - dont la version actuelle est provisoire, ses responsables en préparent une autre, plus fonctionnelle - et le site section-ldh-toulon.net.

    Résultats de la recherche

    « Gilbert Meynier »

    Articles (157)

    Ci-dessous les premiers articles mis en ligne par françois nadiras :

    France-Algérie : histoire et enjeux politiques, par Gilbert Meynier et Eric Savarèse.

     

    Benjamin Stora nous apprend le décès

     de Gilbert Meynier

     aujourd’hui 13 décembre 2017

    Voici son message

    " Le décès aujourd'hui de Gilbert Meynier, grand historien de l'Algérie, est une terrible et cruelle nouvelle. Nous nous sommes vus pour la dernière fois à Vaulx-en-Velin en octobre 2017, pour la journée d'hommage du 17 octobre 1961. Je l'aimais beaucoup. "

    Benjamin Stora

    Gilbert Meynier est un historien français né en 1942  à Lyon , professeur émérite à l’Université Nancy II depuis 2002. C'est un spécialiste de l'histoire de l'Algérie.

    Gilbert Meynier milite contre la guerre coloniale dès 1957. Après l’indépendance, il est moniteur d’alphabétisation, puis coopérant à l’université de Constantine  pendant trois ans.

    Nous devrions avoir plus d’informations demain.

     

     

    Décès de Gilbert Meynier

     

    25289614_10214377847978407_3505373108035590883_n

    Gilbert Meynier, l’historien spécialiste

    de l’histoire d’Algérie, nous quitte.

    Publié dans 13 décembre 2017 dans A la Une/Actualité/International
     

    L’historien et spécialiste de l’histoire d’Algérie, Gilbert Meynier, est décédé aujourd’hui à l’âge de 75 ans.

    Cette triste nouvelle a été annoncée, via les réseaux sociaux, par ses amis, à l’instar de l’historien Benjamin Stora.

    Professeur émérite à l’université Nancy II depuis 2002 et spécialiste de l’histoire de l’Algérie., Gilbert Meynier,  est un historien français né en 1942 à Lyon.

    Gilbert rejoint son épouse Pierrette, grande militante des droits de l’homme, disparue il y a seulement quelques semaines.

    En réaction à cette triste nouvelle, l’historien Benjamin Stora a publié en fin d’après midi  sur son compte facebook ce message; « Le décès aujourd’hui de Gilbert Meynier, grand historien de l’Algérie, est une terrible, et cruelle, nouvelle. Nous nous sommes vus pour la dernière fois à Vaulx en Velin en octobre 2017, pour la journée d’hommage du 17 octobre 1961. Je l’aimais beaucoup. Benjamin Stora »

    25359974_10213007611278187_734005323_n

     

    Parmi les ouvrages de Gilbert Meynier consacrés pour l’Algérie;

    L’Algérie révélée, la première guerre mondiale et le premier quart du XXe siècle, Genève, Droz, 1981.

    L’Algérie contemporaine. Bilans et solutions pour sortir de la crise, G. Meynier (dir.), Paris, L’Harmattan/Le Forum IRTS de Lorraine, 2000

    Histoire intérieure du FLN, Paris, Fayard, 2002.

    En collaboration avec Mohammed Harbi, Le FLN, documents et histoire 1954-1962, Paris, Fayard, 2004.

    Algérie dans l’histoire pour ceux de là-bas et d’ici, du Néolithique à nos jours, vol. 1 : Du Néolithique à l’avènement de l’Islam, Paris, Éditions Bouchène (à paraître).

    L’Algérie des origines :De la préhistoire à l’avènement de l’Islam, Paris, La Découverte, 2007

    En co-direction avec Frédéric Abécassis, Pour une histoire franco-algérienne. En finir avec les pressions officielles et les lobbies de mémoire, Paris, La Découverte, 2008

    L’Algérie, cœur du Maghreb classique. De l’ouverture islamo-arabe au repli (698-1518), Paris, La Découverte, 2010.

     

    La rédaction de la Voix d’Algérie présente ses sincères condoléances à sa famille et ses proches.

     

    La rédaction.

    Puisque pour le moment seul Benjamin Stora et la presse algérienne ont réagi à la disparition de Gilbert  Meynier voici l’hommage rendu par un ami algérien à son épouse 

    Samedi 4 novembre 2017


    Hommage à Pierrette Meynier

     
    Mon cher Gilbert Meynier, c'est avec une immense tristesse que j'apprends le décès de Pierrette, votre compagne, paix à son âme. En ces instants de profonde douleur, je me souviens de ces instants passés ensemble dans le Dahra, chez les descendants de la tribu des Ouled Riah. Me reviennent ces mots prononcés avec douceur sur les migrations, face un parterre de la société civile mostaganémoise et devant un parterre d'étudiants venus de toutes parts s'abreuver à son immense savoir de la terrible condition humaine. Je me souviens également de cette escapade  réparatrice dans une ancienne cave  du Dahra, là où des crus du terroir nous furent proposés par un de mes anciens et brillants élèves en agronomie. Me reviennent aussi à l'esprit ses interminables discussions avec les jeunes candidats à la migration clandestine...Ce furent des instants de complicité feutrée dont on garde à jamais les vivifiants souvenirs. Mon Très Cher Gilbert, mes singulières prières, empruntées à une religion en devenir, vous accompagnent ainsi que votre honorable et éplorée famille. Avec ma plus profonde compassion et mon incommensurable tristesse, Aziz Mouats.



     
    Depuis le passage du géographe Felix Gautier, à la fin du 19ème siècle, c’est la première fois depuis les enfumades ordonnées par Bugeaud et exécutées par Pelissier – entre le 19 et le 21 juin 1845, que la grotte de Ghar El Frachih - lieu du terrible drame -, reçoit un citoyen français.

    C’est également la première fois qu’un historien ose s’engouffrer dans l’étroite ouverture de la grotte où reposent, dans un indécent désordre, les restes d’hommes, de femmes et d’enfants, enchevêtrés les uns dans les autres pour l’éternité.

    Après avoir parcouru le sentier à chèvres qui mène au fond de l’oued El Frachih, le groupe parmi lesquels il y avait le vieux Hammoudi, ancien travailleur émigré revenu au pays, son fils Mohammed, Ahmed le gardien du patrimoine immatériel de la région, ainsi que l’agronome Farid Ouali qui a tenu à faire ce pèlerinage sur ce lieu symbolique et douloureux de la résistance d’un peuple et de l’acharnement d’un autre. La descente à travers les bosquets de chênes Kermès rabougris par la nature du sol, n’aura pas été aisée, en raison des fortes pluies qui avaient rendu le sol glissant. Nous sommes parvenus au niveau du lit de l’oued sans aucun dégât, ce qui est une gageure. Sur les berges, accrochées aux branches de Pistachia lentiscus, les débris végétaux ramenés par le flot sont la preuve d’une crue importante.






     

    Merci à Fabrice Riceputi qui nous a signalé cette émission

    Décès de Gilbert Meynier *** Pourquoi si peu de réactions ?

    Hommage à Gilbert Meynier, au début de l'émission "La Fabrique de l'histoire", sur France Culture. Ecoutez les 5 premières minutes par Benjamin Stora.

    « Macron effectuera une visite d’Etat de trois jours en Algérie le 3 février 2018 L’enjeu de la réconciliation avec l’Algérie "Pas de repentance mais une reconnaissance des crimes du colonialisme" »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Jeudi 14 Décembre 2017 à 18:04
    De bien tristes nouvelles...leurs travaux, leurs actions, resteront.
    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter