• DEMAIN 10 MAI DERNIER JOUR POUR L'INSCRIPTION OBLIGATOIRE AFIN D'ASSISTER A : l'Hôtel de Ville de Paris, 12 mai 2015 : colloque "La nostalgie de l'Algérie française et de l'OAS"

    Hôtel de Ville de Paris, 12 mai 2015 : colloque "La nostalgie de l'Algérie française et de l'OAS"

    Hôtel de Ville de Paris, 12 mai 2015 : colloque "La nostalgie de l'Algérie française et de l'OAS"

    - à l’attention de Mesdames et Messieurs les adhérents, amis et correspondants

    de l’Association nationale pour la protection de la mémoire des victimes de l’OAS (Anpromevo) -

    30 avril 2015.

    Chère Madame, cher Monsieur,

    Dans le contexte de la parution, ce mois-ci, du livre d’Alain Ruscio intitulé "NOSTALGÉRIE - L’interminable histoire de l’OAS" (éditions La Découverte), les quatre associations mentionnées dans l’invitation ci-annexée organisent, avec le concours de la Mairie de Paris, une conférence-débat sur le thème de la nostalgie de l’Algérie française et de l’OAS.

    Le principe et certaines modalités d’organisation en avaient été évoqués lors de l’assemblée générale de l’ANPROMEVO, le 18 mars, dans le cadre de l’examen du projet de budget pour l’année 2015. Portée dès le lendemain à la connaissance de Mme Anne Hidalgo, Maire de Paris, et de Mme Catherine Vieu-Charier, son Adjointe en charge de la Mémoire et du monde combattant, l’idée a immédiatement retenu leur attention.

    L’une des associations représentées à l’AG en question en a accéléré la mise en oeuvre.

    Le colloque aura par conséquent lieu le mardi 12 mai 2015, de 14 h 15 à 18 h 30, à l’Auditorium de l’Hôtel de Ville de Paris (entrée 5 rue de Lobau à Paris-4e).

    Le programme et les conditions d’inscription sont détaillés en pièce jointe.

    Je me tiens à la disposition des destinataires du présent courriel pour leur communiquer les informations susceptibles de les intéresser.

    Outre les intervenants (MM. Alain Ruscio, Henri Pouillot et Gilles Manceron), je remercie vivement la municipalité et les services techniques de la Mairie de Paris pour leur implication dans la conduite de ce projet.

    D’autres conférences vous seront proposées sur des thèmes connexes dans les mois à venir.

    Dans l’attente du plaisir de retrouver un certain nombre d’entre vous le 12 mai,

    Je vous prie de recevoir, chère Madame, cher Monsieur, l’assurance des salutations les plus cordiales.

     

    Jean-François Gavoury

    Président de l’Association nationale

    pour la protection de la mémoire

    des victimes de l’OAS (Anpromevo)

    Mél. : jfgavour@noos.fr

    ou anpromevo@noos.fr

     

    Hôtel de Ville de Paris, 12 mai 2015 : colloque "La nostalgie de l'Algérie française et de l'OAS"

     

     

    Hôtel de Ville de Paris, 12 mai 2015 : colloque "La nostalgie de l'Algérie française et de l'OAS"

    Hôtel de Ville de Paris, 12 mai 2015 : colloque "La nostalgie de l'Algérie française et de l'OAS"

    Hôtel de Ville de Paris, 12 mai 2015 : colloque "La nostalgie de l'Algérie française et de l'OAS"

    Pour des centaines de milliers d’Européens qui ont naguère vécu en Algérie, l’idéalisation du passé s’est transformée en une « nostalgérie », beau mot chargé de mélancolie. Mais le drame commence lorsqu’on constate qu’une seule famille politique française, celle des anciens de l’Organisation armée secrète (OAS) et de leurs héritiers, l’a malhonnêtement et durablement instrumentalisée. Non contents d’avoir mené toute une communauté à l’impasse puis à l’exil, les «ultras» de l’Algérie française ont tenté, depuis, d’accaparer sa mémoire. Et ils y sont en partie parvenus.
    Ces hommes ont fait le choix, à partir de février 1961, d’enclencher en toute connaissance de cause une incroyable spirale de violence terroriste, en Algérie comme en France. Alain Ruscio propose dans ce livre un récit synthétique des racines et de l’histoire de ce tragique épisode, ainsi que de ses séquelles contemporaines. Mobilisant un impressionnant corpus documentaire – dont beaucoup de Mémoires d’anciens de l’OAS –, l’auteur retrace la dérive de ces officiers à l’idéal patriotique dévoyé, militants fascisants et petits malfrats transformés en assassins, qui ont eu l’incroyable prétention de « bloquer l’histoire », comme l’avait écrit Pierre Nora dès 1961. Enfin, Alain Ruscio explique comment et pourquoi la mémoire brûlante de ces années de folie meurtrière travaille toujours, de façon souterraine, la société française.
    Ce livre est une précieuse réponse à l’un des derniers négationnismes que véhicule encore une certaine histoire coloniale « à la française ».

     

    Hôtel de Ville de Paris, 12 mai 2015 : colloque "La nostalgie de l'Algérie française et de l'OAS"

    Hôtel de Ville de Paris, 12 mai 2015 : colloque "La nostalgie de l'Algérie française et de l'OAS"

    En cliquant sur le lien ci-dessous vous pourrez visualiser la présentation du film "OAS un passé très présent"

    Une fois sur le site :

    (1) Cliquez sur QuickTime

    (2) Cliquez sur : Toujours Activer

    Hôtel de Ville de Paris, 12 mai 2015 : colloque "La nostalgie de l'Algérie française et de l'OAS"

    http://www.dvdparadoxe.com/oas.html

    De 1961 à 1962, l’Organisation Armée Secrète (OAS) assassina au nom
    de l’Algérie française près de 2700 personnes dont des serviteurs de
    l’Etat. Aujourd’hui, se joue un bras de fer entre une OAS réincarnée
    pratiquant une pression politique et les enfants des victimes. La loi de
    2005 sur le “rôle positif de la colonisation” réhabilite officiellement
    l’OAS tout en “réassassinant” les victimes. C’est au grand jour et avec
    les honneurs de la République, que plaques, stèles et monuments
    commémorant les tueurs de l’OAS en martyrs de l’Algérie française,
    fleurissent un peu partout en France…


    «La demande des associations de rapatriés d’accorder le statut de
    « morts pour la France » a ses tués est d’autant plus
    inacceptable qu’on a refusé cet honneur à des
    enseignants chargés des centres d’éducation sociale, assassinés par
    l’OAS le 15 mars 1962, tels Mouloud Feraoun,Ould Aoudia et Max Marchand.
    Il n’y a pas de bonnes et de mauvaises victimes ! “
    CLAUDE LIAUZU
    LE MONDE DIPLOMATIQUE»
     

     
     
     
     
     
     
     
    « Par delà l’énorme hypocrisie de ceux qui ignorent volontairement « L’Autre 8 mai 1945 en Algérie » hommage aux prisonniers français des nazis « Les autres oubliés »Benjamin Stora à Constantine : «Il ne faut pas lâcher le fil de la vérité histographique…» »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :