• Des hommes de Lucas Belvaux revient sur la guerre d’Algérie et ses stigmates *** 40 ans plus tard

     

    Des hommes de Lucas Belvaux revient

     sur la guerre d’Algérie et ses stigmates

     40 ans plus tard

      Des hommes de Lucas Belvaux revient sur la guerre d’Algérie et ses stigmates *** 40 ans plus tard

    Suite de mon premier article avec des précisions nouvelles et des commentaires :

    SOURCE : http://www.micheldandelot1.com/guerre-d-algerie-gerard-depardieu-jean-pierre-darroussin-et-catherine--a207869014 

    Premier film historique du cinéaste engagé Lucas Belvaux, Des hommes raconte la guerre d’Algérie de deux appelés, rentrés dans leur village ensemble et qui, pendant 40 ans, vont se taire. Retour sur ces non-dits avec le réalisateur.

    Lors du soixantième anniversaire de sa sœur (Catherine Frot), Bernard, interprété par Gérard Depardieu, laisse éclater sa colère et son racisme. Il est écarté. Cette altercation fait remonter à la surface toute la rancœur et les secrets accumulés par cette famille qui a vécu, de près ou de loin, la guerre d’Algérie. Adapté du roman de Laurent Mauvignier, Des hommes plonge dans le quotidien de ces jeunes appelés et raconte comment cette guerre enfouie reste porteuse de violence.

    Rue89 Strasbourg : Quand Solange (Catherine Frot) relit les lettres envoyées d’Algérie par son frère, la voix off de Bernard (Gérard Depardieu) rajoute : « Je ne t’ai pas parlé de ça ». Et vous, vous montrez ce que Bernard n’a pas écrit dans ses lettres : qu’est-ce que vous vouliez dire, encore aujourd’hui, de la guerre d’Algérie ? 

    Lucas Belvaux : Je voulais parler de ces jeunes nés entre 1934 et 1942, qui viennent d’une France rurale, qui découvrent un pays et la guerre en même temps, dire leur ennui, leurs peurs. Je voulais raconter aussi les fouilles des villages, les populations déplacées des « zones interdites » vers des camps de regroupement (zones vidées de leurs habitants par l’armée française pour priver le FLN d’appuis, ndlr), les villages brûlés par le napalm parce qu’il fallait affamer le maquis. La partie du film sur la guerre se déroule entre 1960 et 1962, c’est la pire période. Tous les appelés n’ont pas vécu la même chose, selon l’année et le lieu où ils étaient.

      Des hommes de Lucas Belvaux revient sur la guerre d’Algérie et ses stigmates *** 40 ans plus tard

    Les appelés français font leur service militaire en Algérie, en pleine guerre. (doc. remis)

    Pourquoi est-ce que cette guerre reste si mal connue des Français ? 

    Parce que c’est une histoire honteuse : l’historien Benjamin Stora en parle comme « le secret de famille de la France ». Après les accords d’Evian en 1962, De Gaulle a mis la poussière sous le tapis : avec la double clause d’amnistie, pour la France et pour l’Algérie, il n’y a eu aucun procès. Pas de procès, pas de coupable. Tous les appelés portent le poids de cette responsabilité qui n’a été endossée par personne.

    Dès 1956, la France sait ce qu’il se passe en Algérie, il y a des mouvements pacifistes, des intellectuels comme François Mauriac dénoncent la guerre. Mais le gouvernement veut étouffer les choses, il parle des « événements », pas d’une guerre. Quand plusieurs morts doivent être rapatriés dans une même commune, on fait revenir les corps un par un, en les gardant en chambre froide, pour ne pas faire trop de bruit… C’est difficile de parler de ça.

    Il est temps d’avoir une attitude saine face à l’Histoire, du côté algérien comme du côté français. En partant du principe simple que ceux qui sont nés après la guerre d’Algérie ne sont coupables de rien. Il ne faut pas instrumentaliser ce récit comme peut le faire encore l’extrême-droite en France, mais raconter la multiplicité des souffrances.

      Des hommes de Lucas Belvaux revient sur la guerre d’Algérie et ses stigmates *** 40 ans plus tard

    Bernard (Gérard Depardieu), 40 ans après son retour de la guerre d’Algérie, est toujours rempli de colère vis à vis de son cousin (Jean-Pierre Darroussin) (Doc. remis)

    Le film aborde de nombreux thèmes : le silence des anciens appelés, leur vie en Algérie, les harkis, la guerre entre Algériens, le retour des pieds-noirs… Quel a été votre fil conducteur pour raconter cette histoire complexe ? 

    Pendant le film, j’ai souvent pensé à la chanson La butte rouge qui a été écrite juste après la Première guerre mondiale et qui raconte que « les bandits qui sont cause des guerres n’en meurent jamais, on ne tue que les innocents ». C’est un premier fil rouge. Le deuxième repose sur le fait d’accepter l’expression de tous les points de vue, de toutes les subjectivités, les confronter et voir en quoi on peut, non pas les réconcilier, mais en faire une histoire que tout le monde pourra entendre parce qu’on y trouvera la voix de chacun.

      Des hommes de Lucas Belvaux revient sur la guerre d’Algérie et ses stigmates *** 40 ans plus tard

    Le jeune appelé Bertrand (Yoann Zimmer) (Doc. remis)

    À travers les flash-backs, on voit évoluer le personnage de Depardieu : un jeune homme plutôt sûr de lui qui se transforme en vieillard raciste et plein de colère…

    Le personnage de Bernard quitte le Morvan des années 50, c’est une région très rurale, catholique, qui n’est pas sortie de la reconstruction d’après-guerre. Il n’a pas fait d’études, sa conscience politique est très vague. Quand il arrive en Algérie, c’est à la fois une révélation – la beauté des paysages, l’amour – et l’horreur de la guerre. Il n’a pas les armes pour faire la synthèse de tout ça et il ne surmontera pas cette souffrance.

    Vous avez tourné au Maroc, est-ce que vous auriez aimé tourner en Algérie ? 

    Oui, mais ça aurait nécessité beaucoup trop d’énergie. Venir avec une équipe de tournage en Algérie, ça reste compliqué.

    Est-ce que c’est difficile de monter un film en France, sur la guerre d’Algérie ? 

    Non, pas particulièrement, ce qui est difficile c’est de trouver des financements pour un film qui n’est pas du divertissement.

    La fin du film reste en suspens, comme dans le roman de Laurent Mauvignier ? 

    Oui, j’aime beaucoup cette fin dans le livre. La production a voulu qu’on la change, que quelque chose soit résolu. On a essayé mais ça ne marchait pas. Pour moi, tout est dit et ce qu’il se passe après ne regarde plus personne.

    Un témoignage

    Georges Yoram Federmann

    On a fini par recevoir dans les cabinets de psychiatres, au moment de leur retraite seulement, quelques uns des 500 000 appelés français traumatisés et dévastés par leur participation à la guerre d'Algérie qui a été un désastre humain des deux côtés du front.
    On estime au moins à un sur trois le nombre de blessés psychiques du côté de l'armée la mieux dotée!!
    Nous avons une idée et des représentations de l’Armée, de la Défense Nationale, de la guerre et de la paix.
    Il est bon de rappeler que nous n’avons pas connu de guerre depuis 1945, se félicite-t-on souvent, en encourageant la poursuite de la construction de l’Europe. Si « on ne tient pas compte », chez nous, de l’Indochine (1945-54) et de l’Algérie (1952-62) et au niveau continental de la guerre en ex-Yougoslavie. La défense est un secteur crucial du budget de la nation. Il représente 30 milliards d’Euros en 2013 (1, 5 % du PIB contre 5,44 en 1961).Nous sommes le quatrième fabricant d’armes au monde dont la destination est bien, in fine, de tuer.
    Notre pays est régulièrement en guerre hors de l’Europe au sein de coalitions, sauf récemment au Mali où nous sommes intervenus quasiment seuls. Combien de nos soldats ont-ils été engagés en Irak, puis en Afghanistan pour y faire la guerre en notre nom ? Quels liens entretenons-nous avec notre Armée et ces soldats ?
    Les médias ont égrené le nom de chacun des 88 morts en Afghanistan. Comment les pouvoirs publics ont-ils pris soins des familles ? Combien y avons-nous eu de blessés graves? Combien de « victimes collatérales » dans les familles ?
    Pour prendre soin d’elles, il existe depuis 1993 une cellule d’aide aux blessés de l’armée de terre (CABAT) qui compte une quinzaine de personnes militaires et civils repartis entre un pôle chargé du suivi et trois pôles d’expertise dans les domaines juridique, social et de réinsertion professionnelle. .
    Ce dispositif très actif mais très peu doté a été renforcé par une directive qui a été à son origine, le 15 juillet 2002, classée « à diffusion restreinte ». Elle fondait le dispositif de soutien psychologique dans l’armée de terre. (3)
    On ne peut que regretter l’isolement et la précarité de nombreux blessés psychiques malgré la sensibilisation récente et les bonnes intentions évidentes.
    Mais la pauvreté des moyens ne pourra se substituer aux meilleures et louables intentions qu’il reste à étoffer.
    Et dans le même temps combien de victimes « ennemies », surtout civiles, avons-nous à déplorer?
    Et combien de déserteurs avons-nous à signaler ?
    Tout ça pour donner un pays, l'Algérie, occupée de l'intérieur par un régime militaire qui méprise le Hirak populaire...

    SOURCE : https://www.rue89strasbourg.com/des-hommes-de-lucas-belvaux-revient-sur-la-guerre-dalgerie-et-ses-stigmates-40-ans-plus-tard-192472 

    Michel Dandelot : votre dernière phrase M. Georges Yoram Federmann est ambigüe « Tout ça pour donner un pays, l’Algérie, occupée de l’intérieur par un régime militaire qui méprise le Hirak populaire ». Auriez-vous préféré que l’Algérie n’obtienne jamais son indépendance ?

    De toute façon la politique qui est menée aujourd'hui dans l'Algérie indépendante ne peut concerner que mes amis algériens et eux-seuls !!!

    Commentaires sur mon blog

    php

    J'ai vu le film : c'est une bagarre qui éclate entre les deux cousins pendant une Perm qui les sauve d'un massacre de leur compagnie restée au camps. Quand aux viols, fusillades d'enfants, genre on refait Oradour-sur-Glane en Algerie parce qu'on est chez nous, je doute de la réalité des faits, enfin c'est quand même mieux que le film "ennemi intime"

    Cros Jacques 

    Que cela se soit appelé "Opérations de maintien de l'ordre et de la sécurité" ou "guerre d'Algérie" ne change rien à ce qu'était la réalité sur le terrain. Une réalité variable en fonction de la date, du lieu, de l'affectation, des circonstances. Mais une constante générale, celle d'avoir perdu de longs mois de sa jeunesse dans un conflit anachronique, injuste et sans autre perspective que l'indépendance de l'Algérie. 

     

    « Le journaliste xénophobe Eric Zemmour prédit une guerre civile en FranceC’est quoi tous ces gens heureux ? »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Jeudi 3 Juin à 11:26

    1960-1962 la pire période ? Je ne sais pas ! Il me semble que les consciences avaient évolué sur la nature de cette guerre. Le mot d'autodétermination avait même été prononcé par le chef de l'Etat.

    Certes la guerre s'est poursuivie avec son cortège d'atrocités. Elle a même continué pendant près d'un an après l'échec de la tentative de putsch d'avril 1961 mais il me semble que quelque chose avait changé dans les têtes.

    Concernant le sentiment de culpabilité je n'en ai jamais eu. Il faut dire que je n'ai pas eu à participer ni même à être témoin direct d'exactions. Par contre j'ai le sentiment d'avoir été victime du gâchis que l'on a fait de 26 mois de ma jeunesse avec comme dominante la contrainte constante que je subissais, l'ennui, le désintérêt le plus complet pour le rôle qu'on me faisait jouer.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :