• Drame des migrants : à Pouilly-en-Auxois les mentalités ont-elles évolué ? Archives 2014 et juin 2015

     

    Drame des migrants : à Pouilly-en-Auxois

    les mentalités ont-elles évolué ?

    Par Philippe Renaud, France Bleu Bourgogne lundi 7 septembre 2015

    Des migrants ont été hébergés dans divers logements à Pouilly-en-Auxois. Radio France

    La photo d'Aylan, retrouvé mort sur une plage a ébranlé le monde entier en fin de semaine dernière. Anéanti, son père a dit espérer que suite à ce drame le monde prendra au moins conscience du sort des migrants. A Pouilly-en-Auxois, un centre d'accueil de migrants a ouvert ses portes en février.

    Après un accueil mitigé de la population, cette photo et ce drame sont ils de nature à faire évoluer les mentalités de certains réfractaires ? Le bâtiment, aujourd’hui rénové, accueillait les gendarmes de la commune. Le centre d'accueil de migrants de Pouilly-en-Auxois est situé à la sortie de cette commune de 1600 habitants. Il fait partie de ces centres ouverts par le gouvernement pour désengorger la ville de Calais. Quarante-cinq personnes y résident, des Tchadiens, des Érythréens et des Soudanais en attente de validation d'un statut de réfugié politique.

    Derrière son comptoir, Pierre Communeau, le patron du Sporting, un des cafés de Pouilly-en-Auxois a vu la terrible photo. Comme tout le monde, il est choqué, remué par l'image de ce petit corps inanimé gisant sur le sable. Quant à savoir si cela fera évoluer le regard de la minorité des habitants de Pouilly, les plus hostiles au centre de demandeurs d'asile, c’est plus difficile à dire.

    Depuis qu'ils sont arrivés les demandeurs d'asile de Pouilly-en-Auxois, environ 45 Erythréens, Tchadiens et Soudanais se montrent très discrets. Pas sûr que le drame d'Aylan créé un véritable élan de solidarité de la part des habitants. Après six à dix-huit mois de démarches administratives, les demandeurs d'asile de Pouilly savent que moins d'un sur cinq obtiendra le droit de rester en France. Malgré l'actualité dramatique, les autres seront quoiqu'il arrive reconduits dans leur pays où ils sont menacés de mort.

     
    Philippe Renaud

    Par :

    Philippe Renaud
     
     

    Drame des migrants : à Pouilly-en-Auxois les mentalités ont-elles évolué ?

    C'était le 25 juin 2015

    Bourgogne : 60 migrants accueillis dans un village français « Six mois après, les esprits se sont apaisés » 

    Bourgogne : 60 migrants accueillis dans un village français « Six mois après, les esprits se sont apaisés »

    Le maire de Pouilly-en-Auxois interrogé

    par Europe 1
     

     

    France 2 revenait le 25 juin 2015 sur une  

    cohabitation inédite à Pouilly-en-Auxois  

    entre des migrants et les habitants 

     du village. 

    Depuis le mois de janvier, un centre accueillant 60 migrants a été installé à Pouilly-en-Auxois (Côte-d'Or). Une cohabitation inédite. Ces demandeurs d'asile ont fui la guerre. Leur statut ne les autorise pas à travailler en France. Ils reçoivent donc de l'État 11,50 euros pour se nourrir. "Pas facile pour le maire de le justifier face à cette femme au chômage. Elle est menacée d'expulsion", note la journaliste de France 2. 

    Six mois après, les esprits se sont apaisés 

    Un sentiment d'injustice accentué par le fait que les migrants sont logés gratuitement, à quelques kilomètres. Le bâtiment est géré par l'État. Ce sont d'anciens logements de gendarmes. Depuis leur arrivée, aucun problème de délinquance supplémentaire n'a été enregistré. Pourtant, certains disent "avoir très peur". Le maire, sans étiquette, n'a pas demandé que ce centre soit installé sur sa commune. La décision est venue de Paris. Mais c'est bien à lui qu'on a adressé des lettres d'insultes. Aujourd'hui, six mois après, les esprits se sont apaisés. 

     

     

    Bourgogne : 60 migrants accueillis dans un village français « Six mois après, les esprits se sont apaisés »



    C'était en 2014 : 

     

    Pouilly-en-Auxois va accueillir 60 migrants

    venus de Calais 

    L’ancienne caserne de gendarmerie de la ville va accueillir 60 demandeurs d’asile. L’objectif est de désengorger les centres d’hébergement de réfugiés politiques à Calais. 

    • Par Fanny Borius 
    • Publié le 14/01/2015 |  


    Bourgogne : 60 migrants accueillis dans un village français « Six mois après, les esprits se sont apaisés »

     © France 3 Bourgogne  

      L’ancienne caserne se trouve à l’écart du village de Côte-d'Or. Dans quelques jours, ses résidents – des migrants demandant l’asile politique – vont remplacer les gendarmes qui y vivaient jusqu’alors.

    La décision de la préfecture ne fait pas l’unanimité 

    Venus de Somalie ou d’Erythrée, ces migrants sont actuellement à Calais (Pas-de-Calais) dans l’attente d’une régularisation de leur dossier de demande d’asile. Le fait de les accueillir à Pouilly va permettre de désengorger les centres d'hébergements de Calais. En France, il existe plusieurs zones rurales de centres d'accueil pour réfugiés dont la création est encouragée par le ministère de l'Intérieur.
    Mais dans ce village qui compte 1500 habitants, la décision de la préfecture ne fait pas l’unanimité même si le maire a tenu à rassurer.


    En 2014, 393 dossiers ont été régularisés 


    En Côte-d'Or , le nombre de primo-demandeurs en 2014 a été de 393, soit une baisse de 20% par rapport à 2013. Parmi ces 393 demandeurs d'asile en 2014, plus de 27% (soit 108 sur les 393) ont obtenu le statut de réfugié ou la protection subsidiaire, un taux en augmentation en Côte d'Or compte-tenu d'un flux en baisse.

    Les premiers migrants doivent arriver le 5 février 2015 au plus tard.


    Le reportage d’Emmanuel Thiery et Romain Liboz. Montage : Pascal Rondi 

    60 migrants vont être accueillis à Pouilly-en-Auxois

     

    « Sachez les reconnaître !Le Sahara de nos 20 ans de Michel Mariet »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :