• Emmanuel Macron clarifie ses propos sur la colonisation *** La Colonisation, une histoire de France qu’on ne peut plus dissimuler *** M. Xavier Driencourt représente la France en Algérie

    Emmanuel Macron clarifie ses propos

     sur la colonisation

    Cliquez sur ce lien

    Emmanuel Macron clarifie ses propos  sur la colonisation *** La Colonisation, une histoire de France qu’on ne peut plus dissimuler *** M. Xavier Driencourt représente la France en Algérie

    http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/propos-sur-la-guerre-d-algerie-en-aucun-cas-ca-n-est-comparable-a-la-shoah-clarifie-macron-917615.html#

    Emmanuel Macron clarifie ses propos  sur la colonisation *** La Colonisation, une histoire de France qu’on ne peut plus dissimuler *** M. Xavier Driencourt représente la France en Algérie

    La Colonisation, une histoire de France qu’on ne peut plus dissimuler

    En visite en Algérie dans le cadre de sa campagne présidentielle, le candidat du parti « En Marche ! », Emmanuel Macron, a tenté de corriger ses propos "choquants" sur la colonisation, tenus en novembre 2016 dans "Le Point"

    Emmanuel Macron clarifie ses propos  sur la colonisation *** La Colonisation, une histoire de France qu’on ne peut plus dissimuler *** M. Xavier Driencourt représente la France en Algérie

     En visite en Algérie dans le cadre de sa campagne présidentielle, le candidat du parti « En Marche ! », Emmanuel Macron, a tenté de corriger ses propos tenus en novembre 2016 dans Le Point, et qui avaient choqué à l’époque : «Oui, en Algérie, il y a eu la torture, mais aussi l’émergence d’un État...Il y a eu des éléments de civilisation et des éléments de barbarie.» 
    Cette fois-ci, il a assuré : « J’ai toujours condamné la colonisation comme un acte de barbarie.» Et d’ajouter : «La colonisation fait partie de l’histoire française. C’est un crime, c’est un crime contre l’humanité, c’est une vraie barbarie», a affirmé Emmanuel Macron dans un entretien avec la chaîne de télévision algérienne "Echourouk News". 

    * Une polémique favorisée par la division

     de l'opinion française 


    La vigueur de la polémique actuelle tient, certes, au contexte de la campagne électorale et au télescopage, mais également car cette question constitue toujours un sujet particulièrement clivant dans l’opinion et un sujet toujours à vif dans la mémoire nationale française. 55 ans après les Accords d’Evian, la question de la guerre d’Algérie continue d’être un sujet hautement inflammable tant dans l’opinion que dans le débat public français. La sortie d’Emmanuel Macron est donc tout sauf anodine et anecdotique.

    Dans ce contexte très chargé, l’Ifop ( cabinet spécialisé dans les sondages d'opinion et les études stratégiques) a mené un sondage pour le site d’information algérien "TSA" suite aux déclarations d’Emmanuel Macron, révélant une opinion publique littéralement coupée en deux. 51% des Français se disent d’accord à l’opinion selon laquelle "la colonisation est un crime contre l’humanité" contre 49% qui sont d’un avis contraire. La même opposition tranchée se dessine à propos de savoir si "le gouvernement français devrait présenter des excuses officielles pour les meurtres et les exactions commis durant la colonisation" : 52% sont d’accord, 48% opposés. 

    En octobre 2016, un autre sondage Ifop pour TSA indiquait que 52% des Français étaient favorables à des excuses officielles de la France auprès de l’Algérie, contre 48% qui y étaient opposé. L’analyse détaillée des résultats montre que cette division en deux blocs de poids identiques s’opère selon trois grandes lignes de fracture qui sont politique, générationnelle et identitaire.


    * Un débat récurrent 


    Un débat sur la colonisation "très actuel" et "récurrent", estime, Benjamin Stora, historien, spécialiste du Maghreb contemporain. 
    « Michel Rocard avait déjà publié un document en 1959-1960 sur les camps de regroupement puisque 2,5 millions de paysans algériens avaient été déplacés. Ce déplacement de population avait soulevé cette notion juridique de crime contre l’humanité. C’est un vieux débat qui resurgit sans cesse. Pour les anciens colonisés, la mémoire de la colonisation est très vive. Malheureusement, dans ces débats qui ont lieu en France, on demande très peu l’avis des anciens colonisés...Donc ce débat n’est jamais clos. » 
    Benjamin Stora ajoute également que « C’est très difficile de parler en face de ce passé, dans la mesure où il n’y a pas eu de procès, il y a eu des amnisties, il y a eu beaucoup de silences et de déni sur cette question mais à chaque fois, il y a des désirs de connaissance et de reconnaissance, notamment chez la jeune génération, ces questions sont sans cesse débattues, mais elles ne trouvent pas de traduction dans l’espace mémoriel public. Dans l’Histoire de France, il n’y a pas que de la gloire, il y a aussi des zones d’ombre, des tâches sombres de cette Histoire qu’il faut savoir examiner. Les historiens ont levé certaines obscurités. C’est aux politiques de prendre le relais. »



    * La mémoire au cœur du débat historique 


    Il est courant de dire que les Français ne gardent de leur passé colonial que des souvenirs flous. Malgré le travail de recherche mené depuis de nombreuses décennies, malgré la pression d’associations diverses et variées, il est vrai que le passé impérial n’a pas de véritable place au panthéon national. Pourtant, la mémoire nationale est depuis quelque temps régulièrement sollicitée sur ces questions, de façon d’ailleurs parfois contradictoire. L’année 2005 en France a été marquée par une polémique sans précédent provoquée par l’adoption de la loi du 23 février qui, entre autres choses, portait sur la « reconnaissance de la Nation et la contribution nationale en faveur des Français rapatriés » – les députés de la majorité entendent favoriser, dans l’article 4, une vision valorisante de la colonisation et promouvoir l’enseignement, dans les programmes scolaires d’histoire. 
    En parallèle à la réémergence des problématiques et des mémoires coloniales dans le débat public, une idée s’est couramment répandue dans les médias : afin d’en finir une bonne fois avec l’injustice et la discrimination à l’œuvre aujourd’hui comme hier, il conviendrait de lever un véritable « tabou colonial » qui pèserait sur la société française. Pour ce faire, il s’agirait notamment de s’atteler à l’écriture d’une « authentique » histoire de la colonisation française et de diffuser ces connaissances à tous les écoliers, les collégiens et les lycéens de l’Hexagone. De façon plus ou moins explicite, un soupçon pèse donc sur les générations d’historiens qui, dans les quarante dernières années, ont pris en charge le passé des sociétés longuement dominées par l’Europe. 
    Pour Catherine Coquery-Vidrovitch, historienne française, spécialiste de l'Afrique et professeure émérite de l'université Paris Diderot : « La polémique scientifique en arrive à un point culminant, ce qui interpelle aujourd’hui mais, en définitive, s’annonce plutôt positif et prometteur pour l’avenir ; car si nous savons bien travailler, en historiens, ce tournant est sans doute irréversible ; assurément des travaux nombreux sont en passe de s’engager pour tenter de clarifier le problème actuellement posé de façon encore confuse ; mais le combat scientifique sera rude, car il demeure ces temps-ci tributaire de la bataille politique. »

    AA

    SOURCE : http://www.trt.net.tr/francais/europe/2017/02/24/la-colonisation-une-histoire-de-france-qu-on-ne-peut-plus-dissimuler-679386

    Emmanuel Macron clarifie ses propos  sur la colonisation *** La Colonisation, une histoire de France qu’on ne peut plus dissimuler *** M. Xavier Driencourt représente la France en Algérie

    Pendant ce temps...

    Emmanuel Macron clarifie ses propos  sur la colonisation *** La Colonisation, une histoire de France qu’on ne peut plus dissimuler *** M. Xavier Driencourt représente la France en Algérie

    Pendant ce temps M. Xavier Driencourt vient d’être nommé pour la deuxième fois Ambassadeur de France en Algérie. Rappelez-vous c’est bien Xavier Driencourt qui a eu cette idée osée d’inviter un bataillon algérien au défilé du 14 juillet 2012, pour marquer les 50 ans de la fin de la guerre d’Algérie. Des élus du Front national ont à l’époque réclamé son rappel à Paris. Face à la polémique, les militaires algériens seront finalement au défilé en 2014. 

    Emmanuel Macron clarifie ses propos  sur la colonisation *** La Colonisation, une histoire de France qu’on ne peut plus dissimuler *** M. Xavier Driencourt représente la France en Algérie

     

     

    « Moi, petit-fils de pieds-noirs…Colonialisme et guerre d’Algérie : Repentance ! Non ! supprimez ce mot à connotation religieuse employé par la droite extrême, par l’extrême droite et toute la clique appelée la fachosphère »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter