• Emmanuel Macron, le Président sans héritage ?

     

    Emmanuel Macron, le Président

    sans héritage ?

    Emmanuel Macron, le Président sans héritage ?

    Un président de la République française peut-il ne pas « entrer dans l’Histoire » ? Peut-il, après un septennat ou un quinquennat, ne laisser aucune trace de son passage au pouvoir ? Que dira-t-on d’eux dans les manuels scolaires, dans 100 ans ? On a posé ces questions aux historiens (qui sont, c’est bien connu, très très forts pour parler du futur).

    Les Présidents sont des bâtisseurs. Tous. Que vous le vouliez ou non, ils bâtissent notre société : ils édifient de grands monuments, ils rédigent de grandes lois ou participent à de grands événements. Chaque chef de l’État se succédant tout du long de la Vème République a, chacun à sa manière, pris une part de l’histoire du pays – parfois bien malgré lui. C’est ce qu’il reste, avec le temps, de leur passage au pouvoir.

    Mais de quoi parle-t-on exactement ? Dans cent ans, s’ils sont toujours cités dans les livres d’histoire, enseignés à l’école et présents dans la mémoire collective, pour quoi sera-ce ? Du moins, comment est-ce que Stéphane Bern en parlera en 2121 ? Parce que c’est sûr que les Mathilde Larrère et Ludivine Bantigny du siècle prochain nous parleront toujours des luttes sociales et écologistes !

    De Gaulle, l’aéroport ? Pompidou, le musée ?

    Non, assurément, de Charles de Gaulle, il ne restera pas qu’un nom d’aéroport. Pas plus que JFK. C’est l’évidence même. Il est déjà dans le Top 4 des personnages français les plus connus aux côtés de Louis 14, Napoléon Bonaparte et Zinédine Zidane. Il va sans dire que son implication dans la Seconde guerre mondiale, son rôle dans l’avènement de la Vème République, sa « gestion » de la guerre d’Algérie ou encore, dans une moindre mesure, de Mai-68, feront date.

    Et Pompidou ? Il est déjà oublié. Demandez à vos enfants. « Pompi-qui ? » Il n’est plus que le musée éponyme. Quoiqu’on l’appelle plus volontiers... Beaubourg.

    Giscard et Mitterrand ? Pas tant de choses que ça

    Ringardisé pendant de longues années, Valéry Giscard-d’Estaing a opéré un retour en grâce dans la mémoire collective ces dernières années. En 2018 lors de la panthéonisation de Simone Veil et en 2020, à sa mort, on a (re)découvert un Giscard par le biais de ses grandes mesures sociétales, prises à l’encontre de ceux qui l’ont porté au pouvoir : la dépénalisation de l’avortement en tête de proue. Tradition monarcho-républicaine oblige, les musées d’Orsay et de l’Orangerie porteront bientôt son nom.

    François Mitterrand, au final, c’est un peu la même chose. Si son élection a marqué une génération, il y a fort à parier que son nom ne soit, in fine, plus associé qu’à une grande loi – l’abolition de la peine de mort – et à un grand bâtiment – la Bibliothèque nationale de France. D’ici cent ans, plus personne ne se souviendra qu’il inaugura la pyramide du Louvre ou qu’il fut à l’Élysée pendant le génocide rwandais.

    Chirac, prix Nobel de la paix

    Deux dates feront clairement référence à Jacques Chirac (trois, si on compte la première victoire des Bleus à la coupe du monde 98 !) : 1995, lorsqu’il reconnaît la responsabilité de la France dans la Shoah ; 2003, lorsqu’il dit non à la guerre en Irak. De quoi lui donner l’image d’un Président pacifiste – et non pas Pacifique... « L’histoire, c’est la rencontre d’un grand politique avec un grand discours sur une grande mémoire douloureuse et un basculement que tout le monde peut identifier », nous a dit Pascal Blanchard. Peut-être qu’il restera cela de « Chi-chi ». À moins qu’il ne soit plus que le nom du musée du Quai Branly...

    Sarkozy ? Rien. Hollande ? Presque rien.

    Nicolas Sarkozy et François Hollande partagent au moins ceci en commun : ils passeront aux oubliettes de l’Histoire. Le premier verra-t-il son nom associé à la crise de 2008 ? Qui se rappelle aujourd’hui du nom du chef de l’État lors de la crise de 1929 ? (1) Quant au second, on pourrait penser qu’il marquerait l’histoire grâce à la loi sur le mariage pour tous. Mais, dans cent ans, ce moment de bascule sera tout bonnement noyé dans une normalité générationnelle. Au mieux, François Hollande se verra associé aux attentats de 2015 qui, eux, marqueront l’histoire, feront ruptures, comme le 11-Septembre pour les États-Unis.

    Et Macron ?

    Sur la mémoire coloniale de la France, Emmanuel Macron aura, au moins, marqué sa génération en ouvrant plusieurs boîtes de Pandore : candidat, il déclare la colonisation de l’Algérie « crime contre l’humanité » ; Président, il fait avancer les dossiers sur le Rwanda et l’Algérie comme personne auparavant – personne, en bien. Au passage, il continue sa politique de désintégration du paysage politique français : sur ces deux dossiers, Emmanuel Macron frappe à droite et, « en même temps », à gauche. Mais est-ce que ça, ça fait l’Histoire ? Pas sûr.

    Alors quoi ? Emmanuel Macron n’a pas fait voter de grandes lois. Emmanuel Macron n’a pas de grands bâtiments à son actif – l’incendie de Notre-Dame ? Emmanuel Macron sera peut-être évoqué simplement parce qu’il fut Président en pleine crise du covid. Ou bien… Ou bien Emmanuel Macron marquera l’humanité pour un exploit politique, un doublé historique : être élu sans que personne ne le connaisse, être réélu alors que tout le monde le déteste. Mais à ce stade, ce n’est pas tant dans les livres d’histoire que dans le Guinness des records qu’on parlera de lui dans cent ans.

    Loïc Le Clerc 

    Merci à Roger Martelli, à Pascal Blanchard, à Guillaume Mazeau, à Mathilde Larrère et à Laurence de Cock pour leur aide précieuse à la rédaction de cet article.

    Notes

    (1) Le krach boursier américain a lieu en octobre 1929 et, en France, Gaston Doumergue est président de la République et André Tardieu président du Conseil.

    SOURCE : http://www.regards.fr/politique/article/emmanuel-macron-president-sans-heritage

    Mon commentaire

    J’espère que Macron ne sera pas le premier président à avoir contribué à l’élection d’une première présidente d’extrême droite à l’Elysée.

    Michel Dandelot 

    « Voter Le Pen, c’est encore voter Macron ! Ou risquer la dictature…Essais nucléaires : équipe algéro-française pour la décontamination »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    3
    Le_ Canari_de_retour
    Jeudi 27 Mai 2021 à 23:45
    Abolition de la peine de mort sous Mitterrand ?

    Ceci n'empêche que lorsqu'il était ministre de l'intérieur et au sein d'une commission de 5 membres pour décider du sort des prisonniers Algeriens , il était le seul , sur les 5 présents, à voter ""pour"" la condamnation d'Ahmed Zabana.
    Le Moudjahid pour la noble cause a été le premier à être guillotiné à la prison de Barberousse.

    C'etait le 19 juin 1956.

    Le_Canari_de_retour

    Blida le 25.05.2001
    2
    baya chel
    Jeudi 27 Mai 2021 à 23:27
    J'ai trouvé que les gilets jaunes, ont osé dénoncer l appauvrissement de la classe laborieuse, qui avait une certaine pudeur à ne pas se plaindre, jusqu'à ce soulèvement émouvant, pour leur dignité, les syndicats étant laminés par les lois organisant la précarité de l emploi. Le covid19 a stoppé son développement et la répression féroce de la police .
    1
    Jeudi 27 Mai 2021 à 09:18

    On retiendra peut-être dans le bilan l'augmentation des dividendes de ceux qui sont actionnaires des entreprises cotées en bourse ? Celles du CAC 40 notamment et parallèlement les attaques contre les lois sociales acquises avec le CNR (protection sociale, statut du fonctionnaire, code du Travail, services publics, nationalisation de grands secteurs utiles à la nation, telles l'énergie, les banques, les transports...

    Peut-être que l'ampleur des dégâts sous Macron et sa majorité aura sonné comme un rappel de l'exigence d'une rupture franche et décisive ?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :