• Emmanuel Macron, premier Président de la République qui n’a pas fait son service militaire

    Emmanuel Macron, premier Président   de la République qui n’a pas fait son  service militaire

    Emmanuel Macron remontant les Champs-Elysées aux côtés

    du chef d'Etat-Major des Armées, Pierre de Villiers. | AFP

    Dans son programme, Emmanuel Macron annonce vouloir imposer "un service national de durée courte, obligatoire et universel"... mais a-t-il effectué le sien ? 

    Emmanuel Macron, premier Président

     de la République qui n’a pas fait son

    service militaire

    Emmanuel Macron n’a pas fait son service national. Né le 21 décembre 1977, il sera ainsi le premier chef des armées de la Ve République sans aucune expérience militaire.

    Emmanuel Macron appartient pourtant aux toutes dernières classes d’âge encore soumises à l’obligation de la conscription, puisque celle-ci a été suspendue, en 1996, pour « tous les Français nés après le 31 décembre 1978 ». En pratique, seule une poignée de jeunes nés en 1977 ont réellement été incorporés, à la fin de la période de transition vers l’armée professionnelle. Les derniers appelés (pas plus de 4380...) ont quitté leur caserne en novembre 2001.

    Emmanuel Macron aurait toutefois pu se porter volontaire, au cours de ses études et avant d’intégrer l’ENA en 2002. Il ne pensait sans doute pas alors que, quinze ans plus tard, il serait le chef des armées...

    "Je suis votre chef": le recadrage d'Emmanuel Macron face à la grogne des militaires… Le chef d’état-major des armées le général Pierre de Villiers va sûrement avoir du mal à oublier cet affront…

    Rappelons-nous de service militaire obligatoire… bien sûr rien à voir avec les appelés et rappelés qui ont eu à subir la sale guerre d’Algérie 

    De 1962 à 2000, entre la fin de la guerre d'Algérie et la fin de conscription, plusieurs générations de jeunes gens ont fait leur service militaire en temps de paix. Qu'avaient-il dans la tête, ces appelés ? Comment ont-ils vécu cette expérience à la fois symbolique et très concrète ? Et à travers eux leurs femmes, leurs petites amies, leurs mères ? Comment ce rituel si enraciné a-t-il peu à peu perdu son sens et disparu à la fin du siècle dernier ? Le film est une plongée dans l'imaginaire et le vécu concret des soldats, dans leur expérience intime et collective, telle qu'ils la racontent eux-mêmes. Il fait revivre cette mémoire d'un temps (une année de la vie, la jeunesse, les vingt ans) et d'un lieu (la caserne) à part, source d'anecdotes mille fois ressassées et d'autres choses, tues, qui pourront surgir à cette occasion. C'est la «culture» soldatesque qui est explorée à travers ces témoignages et ces archives... à travers des habitudes, des objets, des chansons, au départ chargés de valeurs collectives, puis tombés en désuétude et devenus emblématiques de la perte de sens du service militaire. Tous ces récits forment une sorte d'histoire de la jeunesse de ces quarante dernières années à travers la vie et la mort d'un rite collectif de passage vers l'âge adulte : « le service ».

     

     

    « " Faites " NationalAujourd'hui je souhaite vous présenter le film « Troufions » parce que ce film a été très critiqué par tout ce qu’on appelle la nostalgérie extrémiste et aussi par les gradés de l’armée »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter