• Emmanuel Macron veut une Légion d'honneur plus sélective... Après avoir vu certaines horreurs dans des attributions honteuses, sur ce point précis on ne peut qu'être d'accord...

     

     

     Emmanuel Macron veut une Légion d'honneur plus sélective... Après avoir vu certaines horreurs dans des attributions honteuses, sur ce point précis on ne peut qu'être d'accord...

    Emmanuel Macron veut une Légion d'honneur plus sélective... Après avoir vu certaines horreurs dans des attributions honteuses, ces dernières années, sur ce point précis on ne peut qu'être d'accord...

    Opposé aux décorations par "copinage" ou "à l'usure", Emmanuel Macron a décidé de réduire fortement le nombre de Légions d'honneur attribuées sous son quinquennat et de rajeunir les prochaines promotions, qu'il souhaite voir ressembler davantage à la société française.

    Le chef de l'État veut "retrouver l'esprit" de la  Légion d'honneur, plus haute distinction française, créée en 1802 par Napoléon Bonaparte, en choisissant dès 2018 de manière plus sélective les "plus méritants » 

     

     Nombreuses sont les personnalités qui, à l'instar de l'économiste Thomas Piketty ont refusé la Légion d'honneur *** Le cas particulier de celui qui se l'est vu remettre puis enlevé

    Brigitte Bardot, Jean-Paul Sartre, Georges Brassens ou encore Geneviève De Fontenay... les refus de la Légion d'honneur ne sont pas rares.

    Bardot, Sartre, Brassens, De Fontenay : ils ont aussi refusé la Légion d'honneur 

    Nombreuses sont les personnalités qui, à l'instar de l'économiste Thomas Piketty, se sont prononcées contre leur promotion à l'Ordre de la Légion d'honneur. Tour d'horizon.

    Napoléon Bonaparte assurait que "c'est avec les hochets qu'on mène les hommes", mais plus d'un a refusé le ruban rouge du prestigieux Ordre de la Légion d'honneur qu'il avait créé en 1802, à l'instar de l'économiste français Thomas Piketty. 

    Auteur de l'ouvrage "Le Capital au XXIème siècle" qui connaît un immense retentissement international, l'économiste a déclaré: "Je refuse cette nomination car je ne pense pas que ce soit le rôle d'un gouvernement de décider qui est honorable". 

    Avant lui, le célèbre auteur de bandes dessinées Jacques Tardi l'avait refusée en 2013, affirmant vouloir "rester un homme libre et ne pas être pris en otage par quelque pouvoir que ce soit". 

    Pour protester contre le pouvoir 

    Et les refus de la Légion d'honneur ne sont pas rares. De La Fayette à Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir, de Marie Curie à Brigitte Bardot, de Louis Aragon à Albert Camus ou à Claude Monet, des dizaines d'hommes ou femmes de lettres, scientifiques, politiciens, artistes, ou "anars" ont considéré cette "breloque" avec indifférence ou dédain. 

    Marcel Aymé : ils peuvent "se la carrer dans le train" 

    Certains s'en sont estimés indignes, plusieurs ont voulu protester contre le pouvoir, d'autres ont affirmé leur opposition de principe ou s'en sont moqué. Georges Brassens en a même fait une chanson. Léo Ferré fustigeait "ce ruban malheureux et rouge comme la honte". 

    A ceux qui la lui proposaient, l'écrivain Marcel Aymé répondit en 1949, dans un article, qu'ils pouvaient "se la carrer dans le train". 

    Le compositeur Hector Berlioz, auquel l'Etat voulait payer une messe de Requiem avec le ruban rouge, au lieu de lui verser les 3.000 francs promis, s'écria : "Je me fous de votre croix. Donnez-moi mon argent!" Le comédien et humoriste Coluche avait prévenu: "Si on voulait me donner la Légion d'honneur, j'irais la chercher en slip pour qu'ils ne sachent pas où la mettre". 

    Car ils ne s'en estimaient pas dignes 

    D'autres s'indignent de la "désacralisation" d'une distinction, injustement refusée ou distribuée "comme des médailles en chocolat", selon Geneviève de Fontenay, qui présida longtemps le comité des Miss France.  

    Philippe Séguin, premier Président de la Cour des Comptes, décédé en janvier 2010, ne voulut pas la recevoir, jugeant qu'elle aurait dû revenir à son père, mort en 1944 pour la France.  

    L'écrivain Bernard Clavel s'estimant indigne de "porter le même ruban que (son) oncle qui avait versé son sang pour son pays", préféra rester "dans le clan de ceux qui l'ont refusée, où, disait-il, je côtoie Berlioz, George Sand, Littré, Courbet, Daumier, Maupassant, Eugène Le Roy et Marcel Aymé". 

    En 2012, la chercheuse Annie Thébaud-Mony, spécialiste des cancers professionnels, avait refusé cette décoration pour dénoncer l'"indifférence" qui touche la santé au travail et l'impunité des "crimes industriels". 

    "Promus malgré-eux" 

    Deux "promus malgré eux" du 14-Juillet 2010, Jacques Bouveresse, titulaire d'une chaire de philosophie au Collège de France, et l'organiste et compositeur Jean Guillou ont décliné sèchement la distinction.

    Peu sensibles à cet "accessoire honorifique", ils ont fait savoir qu'ils l'auraient d'autant moins accepté qu'ils ne souhaitaient pas cautionner la politique du gouvernement en matière d'éducation et de culture.

    En janvier 2009, les journalistes politiques Françoise Fressoz (Le Monde) et Marie-Eve Malouines (France Info) refusaient la décoration, arguant que "rien dans (leur) parcours professionnel ne justifiait pareille distinction".

    SOURCE : http://www.sudouest.fr/2015/01/01/bardot-sartre-brassens-de-fontenay-ils-ont-refuse-la-legion-d-honneur-1784238-710.php#article-comments

     

     Nombreuses sont les personnalités qui, à l'instar de l'économiste Thomas Piketty ont refusé la Légion d'honneur *** Le cas particulier de celui qui se l'est vu remettre puis enlevé

     

    Voici la honte la plus absolue  

     

     Emmanuel Macron veut une Légion d'honneur plus sélective... Après avoir vu certaines horreurs dans des attributions honteuses, sur ce point précis on ne peut qu'être d'accord...

     

    " Il se voit remettre

     

    la Légion d’honneur

     

    qu’on lui retire 2 ans après "  

     

    Un ancien de l'OAS décoré 

    de la Légion d'honneur 

     

    Publié le mercredi 02 novembre 2011  

     

    SOURCE : http://www.laprovence.com/article/marignane/un-ancien-de-loas-decore-de-la-legion-dhonneur  

    Entouré de nostalgiques de l'Algérie française, Jean-François Collin a officiellement reçu, au cimetière, la distinction lors d'une cérémonie devant la stèle des fusillés de l'OAS.

     Nombreuses sont les personnalités qui, à l'instar de l'économiste Thomas Piketty ont refusé la Légion d'honneur *** Le cas particulier de celui qui se l'est vue remettre puis enlevé

    J-F Collin a reçu la Légion d'honneur, des mains d'un condamné à mort par contumace, Jean Bireau, dit "capitaine Jean". Photo M.S.

    Si par miracle tu réussis à l'obtenir, cela rendrait fou de rage les Gavoury". C'est cet argument de son ami Jean-Pierre Carrio, président de l'Union des parachutistes de Hyères, qui a convaincu Jean-François Collin d'accepter d'engager les démarches pour obtenir la Légion d'honneur; lui qui prétend avoir jeté à la figure des juges "ses autres décorations et son béret rouge", lui l'ardent défenseur de l'Algérie française, l'ancien conseiller municipal FN à Hyères et président de "l'Association de défense des intérêts moraux et matériels des anciens détenus et exilés politiques de l'Algérie française" (ADIMAD).
    Lui qui a obtenu, finalement, le grade de chevalier de la Légion d'honneur, pour ses états de service dans l'armée, en tant que mutilé de guerre. Cette distinction honorifique, qu'il "ne portera jamais, tant qu'un gaulliste ou un ami du FLN sera à l'Élysée", il l'a reçue officiellement, hier, des mains d'un condamné à mort par contumace, Jean Bireau, dit "capitaine Jean", lui-même, officier de la légion d'honneur, figure de l'OAS pendant la guerre d'Algérie et exilé, un temps, en Amérique Latine pour échapper à la justice française. Dans un lieu symbolique pour l'occasion : le cimetière Laurent-Imbert où a été réinstallée la stèle en hommage aux fusillés de l'organisation de l'armée secrète (OAS).
     

    "Triste époque"  

    Ils étaient nombreux, au milieu des drapeaux, des bérets rouges et de la bannière "N'oublie jamais l'Algérie" - flanquée de blasons monarchistes et d'une fleur de lys - à assister à cette cérémonie : plus de 150 personnes, rose rouge ou blanche à la main, venues saluer la mémoire de ces "soldats qui ont donné leur vie pour défendre leur sol, ces morts glorieux, comme l'a scandé Jean-Pierre Papadacci (ADIMAD), crachant son fiel sur la république actuelle : "Triste époque. D'une triste république, car les traîtres et les porteurs de valises sont encensés et les patriotes vilipendés, alors qu'ils ont donné leur vie pour leur patrie."
    Pas de Marseillaise, mais la sonnerie aux morts, et le chant des Africains repris en choeur par toute l'assemblée, après la succession de dépôts de gerbes. La Légion d'honneur ? "Une croix dédiée à tous les combattants de l'OAS fusillés par le plus grand traître de l'Histoire de France", a déclaré le récipiendaire. Jean-François Collin, qui s'est senti davantage honoré par Napoléon Bonaparte -qui a institué ce premier ordre national français en 1802 - que par le président de la République.
     

    Jean-François Gavoury :

     "une provocation" 

    Des honneurs pour les uns, qui ont un goût d’offense pour d’autres, notamment l’un des principaux opposant à la stèle, Jean-François Gavoury, fils du commissaire central d’Alger, assassiné par l’OAS, et qualifié, hier, par Jean-Pierre Papadacci de "misérable". Pour J.F. Gavoury, ce qui s’est déroulé, hier, à Marignane est un "simulacre de cérémonie qui constitue une véritable provocation à l’égard non seulement de l’ordre mais aussi des autorités administratives et juridictionnelles."
    Et soulève des interrogations: "Comment admettre qu’une blessure de guerre justifie une distinction honorifique, alors que c’est cette même blessure dont le traitement au Val de Grâce a été l’occasion pour Jean-François Collin de préparer et diriger un attentat (manqué, mais meurtrier) contre Yves Le Tac ?", s’interroge Jean-François Gavoury. Quant aux déclarations du récipiendaire à l’encontre de la République, elles "justifieraient, à elles seules, la mise en œuvre d’une procédure disciplinaire".
     


     

    "Une insulte à la mémoire

     des victimes de la guerre

    d’Algérie et à la République" 

    Dans un communiqué cinglant, l’Association nationale des Pieds Noirs progressistes et leurs amis, (ANPNPA "dénonce l’attribution de la Légion d’honneur à Jean-François Collin." Elle rappelle que "M. Collin, en qualité de président de l’ADIMAD, a comme objectif la réhabilitation des assassins de l’OAS qui tant en France qu’en Algérie sont responsables de nombreux attentats contre la République et ses représentants.
    "M. Collin et son association, nostalgiques de la colonisation en Algérie, tentent d’exploiter, cultivant la haine et les rancœurs, les drames humains vécus par les Pieds Noirs et les harkis pendant la guerre d’Algérie et leur exode massif du en grande partie aux exactions de l’OAS dans les derniers mois précédant l’indépendance. La distinction dont va bénéficier M. Collin est une insulte à la mémoire de toutes les victimes de la guerre d’Algérie, de toutes les victimes de l’OAS comme le commissaire Gavoury en Algérie, les victimes d’attentats en France, une insulte à la République elle-même ; l’ADIMAD glorifiant les auteurs de la tentative d’assassinat au Petit Clamart du Général De Gaulle alors président de la République."
     

    Narjasse KERBOUA et Julien DANIELIDES

     

    Exclusion de Jean-François Collin de l'Ordre de la Légion d'honneur : le Conseil d'État valide (décision du 25 juillet 2013) 

    Paris, 24 août 2013.  

    Le Conseil d’État s’est penché il y a deux mois, le 26 juin 2013, sur le recours de Jean-François Collin tendant à l’annulation du décret du 2 janvier 2013 relatif à la discipline des membres de la Légion d'honneur par lequel le Président de la République l’avait exclu de l’Ordre. 

    C’est par décret du 5 mai 2011 que Jean-François Collin, né le 26 juin 1939 à Alger (Algérie), avait été nommé chevalier de la Légion d'honneur à titre militaire (en qualité d'ancien sous-lieutenant). 

    Il s’était vu remettre les insignes le 1er novembre 2011, à Marignane, dans le cadre d’un simulacre de cérémonie devant la stèle érigée à la gloire de l’OAS dans l’enceinte du cimetière Saint Laurent Imbert. 

    Le délégué du Grand Chancelier avait détourné les paroles prévues à l‘intention du récipiendaire par le code de la légion d’honneur en déclarant : « Au nom de l’État français et en vertu des pouvoirs qui me sont conférés, je vous fais chevalier de la Légion d'honneur. ». 

    Quant à Jean-François Collin, il s’était livré, dans son discours, à l’apologie du terrorisme de l’OAS et à la proclamation de sa défiance à l’égard des institutions de la Ve République : portant atteinte au crédit et à la dignité de l’Ordre, ces agissements avaient été signalés au Grand Chancelier, le général d'armée Jean-Louis Georgelin. 

    On trouvera ci-après la teneur de la décision du Conseil d’État telle que parue, anonymisée, sur le site Internet de la haute juridiction administrative. 

    L’un des considérants doit plus particulièrement retenir l’attention : « … il ressort des pièces du dossier que, lors de la manifestation publique organisée le 1er novembre 2011 pour sa réception dans l'ordre de la Légion d'honneur, M. A...a tenu des propos outrageants envers le Président de la République alors en fonctions et envers un ancien grand maître de l'ordre et a dédié la distinction aux membres d'une organisation factieuse ; que l'auteur du décret attaqué a pu, sans commettre d'erreur de droit, ni d'erreur manifeste d'appréciation, estimer qu'un tel comportement à l'occasion de la réception des insignes de chevalier de la Légion d'honneur, pouvait, eu égard notamment aux dispositions citées ci-dessus de l'article R. 54, constituer "un acte contraire à l'honneur", de nature à entraîner une sanction disciplinaire …». 

    Par ailleurs, et pour l’anecdote, il convient de souligner que le délai dans lequel la 7e sous-section a statué (cinq mois) a été deux fois plus court que pour l’examen de la requête dirigée le 25 mai 2010 par le général d'armée Raymond Germanos contre le décret ayant prononcé son exclusion de l'ordre de la Légion d'honneur. 

    Jean-François Gavoury
    Président de l’Association nationale 
    pour la protection de la mémoire 
    des victimes de l'OAS 


    La fête était belle pour les nostalgériques extrémistes mais heureusement elle n’a durée que 2 petites années !!! 

     

     Nombreuses sont les personnalités qui, à l'instar de l'économiste Thomas Piketty ont refusé la Légion d'honneur *** Le cas particulier de celui qui se l'est vue remettre puis enlevée

     

     Nombreuses sont les personnalités qui, à l'instar de l'économiste Thomas Piketty ont refusé la Légion d'honneur *** Le cas particulier de celui qui se l'est vu remettre puis enlevé

     

     Emmanuel Macron veut une Légion d'honneur plus sélective... Après avoir vu certaines horreurs dans des attributions honteuses, sur ce point précis on ne peut qu'être d'accord...

    Ici à Béziers le 15 mars 2015 l'extrémiste sans frontière Ménard avait supprimé le nom de la rue du 19-Mars-1962 par le nom d'un putschiste spécialiste professionnel de la gégène...

    La décoration d'un ancien putschiste : arrêtons l’hypocrisie, si nous en sommes arrivés là c’est en raison des lois d’amnisties de la Droite mais aussi de la Gauche

    29 Novembre 2011

     Emmanuel Macron veut une Légion d'honneur plus sélective... Après avoir vu certaines horreurs dans des attributions honteuses, sur ce point précis on ne peut qu'être d'accord...

    (Photo : LEXPRESS.fr) 

    Nicolas Sarkozy a décoré douze militaires à l'occasion, ce lundi, de la cérémonie de prise d'armes d'automne aux Invalides, parmi lesquels Hélie Denoix de Saint Marc, 89 ans, ancien déporté et officier putschiste en 1961 en Algérie. 

    Après un ancien responsable OAS Collin, voici donc un ancien putschiste Hélie Denoix de Saint-Marc. 

    Alors arrêtons l’hypocrisie, si nous en sommes là c’est en raison des lois d’amnisties de la Droite mais aussi de la Gauche.

    "La levée des sanctions à l’égard de responsables d’atrocités commises pendant la guerre d’Algérie interdit de vider l’abcès, puisqu’il y a effacement des repères qui distinguent entre ce qui est crime et ce qui ne l’est pas. Les simples exécutants ne seront jamais déchargés d’une partie de leur culpabilité, ou de leur honte. Les responsables, jamais identifiés. Les Français ne feront donc jamais ce que les Américains ont fait pour le Vietnam : juger leurs criminels de guerre. Et, bien vite, cette loi de 1982 qui avait pour justification le pardon commencera, d’abord, par réveiller l’ardeur des nostalgiques de l’OAS. Les leaders d’une extrême droite à 0,8 % des voix, au moment de l’élection présidentielle de 1981, “réintègrent” la vie politique." 

    Benjamin Stora

    Le chemin de leur bassesse : "Fait voir qui tu décores et on verra qui tu es"

    2 Décembre 2011

     Emmanuel Macron veut une Légion d'honneur plus sélective... Après avoir vu certaines horreurs dans des attributions honteuses, sur ce point précis on ne peut qu'être d'accord...

    "Fait voir qui tu décores et on verra qui tu es" 

     

    Nicolas Sarkozy a remis, lundi 28 novembre 2011, aux Invalides, lors de la traditionnelle prise d'armes d'automne, les insignes de grand-croix de la Légion d'honneur à l'ancien commandant Hélie Denoix de Saint Marc, 89 ans. 

    La décoration de l'ex patron du 1er REP, c'est une forme aussi curieuse qu'insupportable de la fée électricité qui va côtoyer Rouget de Lisle.

    Chef de bataillon, de Saint Marc commandait par intérim le 1er régiment étranger de parachutistes de la Légion, à qui le général Challe avait fait appel pour conduire le putsch d'avril 1961 en Algérie. Ce qu'il fit, c'est lui qui donne le coup d'envoi du Putsch le 21 avril 1961, en marchant de Zéralada sur Alger. 

     Emmanuel Macron veut une Légion d'honneur plus sélective... Après avoir vu certaines horreurs dans des attributions honteuses, sur ce point précis on ne peut qu'être d'accord...

    L'échec du putsch consommé (grâce au contingent), cela conduisit à la dissolution de ce ramassie de tortionnaires antirépublicains. Les légionnaires quittent leur camp  en chantant la chanson de Piaf " Non rien de rien, non je ne regrette rien". Une partie de l'effectif désertera pour passer à l'OAS.  Ce sont les hommes du 1er REP, officier en tête dont Erulin qui arrêtèrent et firent disparaître Maurice Audin, le 1er REP était une unité de choc de la 10ème DP qui exerça ses talents sur Henri Alleg (La Question)   

     Emmanuel Macron veut une Légion d'honneur plus sélective... Après avoir vu certaines horreurs dans des attributions honteuses, sur ce point précis on ne peut qu'être d'accord...

     

    Pour info, ce lessiveur des libertés n'hésita pas à engager le feu contre les soldats du contingent qui défendaient la légalité républicaine (c'est rarement rappelé).  

    Denoix de Saint Marc sera condamné à dix ans de réclusion… et libéré après cinq ans. Il fallait donner des gages à l'extrême droite dans une France ou le mouvement populaire et ouvrier marquait des points et où le capital qu'on n'appelait pas encore marchés exigeait de rassembler toutes les forces disponibles.  

    Le monde rapporte la phrase du ministre de la défense, Gérard Longuet "C'est un personnage emblématique des hauts et des bas de notre armée", en oubliant de préciser le compagnonnage de Longuet et son parcours personnel avec tout ce qui gravite autour de l'OAS et de l'extrême droite.  

    Si le geste de M. Sarkozy "n'est pas un acte politique", explique Franck Louvrier, conseiller en communication de l'Elysée, mais " un acte militaire, c'est en tant que chef des armées que le président de la République remet cette décoration." Soyons clair : c'est encore pire puisque consciemment il instrumentalise l'armée de la République à des fins partisanes pour continuer son braconnage sur les terres du FN.

    Le Monde rappelle à bon escient que les putschistes d'Alger ont été amnistiés et réintégrés dans les cadres de l'armée par six décrets et lois successifs, de 1963 à 1982. Dont le dernier signé du gouvernement Mauroy qui avait ainsi réintégré les deux derniers généraux vivants, Salan et Jouhaud. Cela sera réalisé à l'issue d'un vif débat et en dépit de l'opposition de Pierre Joxe et de la part communiste du gouvernement qui au bout se couchera.

    "Il appartient à la nation, au bout de vingt ans, de pardonner", avait justifié François Mitterrand,

    Si la décoration de M. de Saint Marc s'inscrit dans la continuité, justifie M. Louvrier."De Gaulle l'a amnistié en 1968. Il fut rétabli dans ses droits civils et militaires par Valéry Giscard d'Estaing et élevé à la dignité de grand officier de la Légion d'honneur le 29 mars 2003 par Jacques Chirac", on ne peut manquer de remarquer que la totalité des hochets distribués par notre nouveau Napoléon s'entassent dans des espaces où les idées de progrès, de justices, et de libertés démocratiques et de fraternités, peu présentes dès son intronisation sont une denrée qui va se raréfiant quand on avance dans la durée du mandat.

    Va-t-il aller jusqu'à renouer avec la gerbe sur la tombe du maréchal déchu histoire de recoller les morceaux déjà bien rassemblés de toute la droite française ? "Par petites touches, c'est le président rassembleur qui se confirme", juge, expert, Brice Hortefeux. Cela à six mois de la présidentielle.

    Mais personne ne s'étonne de cette façon d'enfoncer le clou colonial ségrégatif.   

    Une sorte de voyage au bout de leur nuit. 

    Le c@rnet de Canaille le Rouge 

     

     

     

    « Le 1er novembre 1954, Guy Monnerot tombe sous les balles du FLN, la guerre d’Algérie débuteComme ils me ressemblent ces appelés de la guerre d’Algérie... »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    2
    Dimanche 5 Novembre à 13:37

    Je deviendrais grossier si je m'exprimais sur ces odieuses cérémonies nostalgériques...

    En effet, la Légion d'honneur est trop galvaudée...Certaines remises de croix ont même été ridicules...Qu'elle soit réservée à des hommes de science, de grands écrivains, d'accord, mais ce n’est plus le cas. Mon père avait refusé d'être proposé par son université, contrairement à moi, pour satisfaire mes instances professionnelles. Bon, mais quelquefois je suis content de l'avoir pour remettre à leur place des racistes et autres fachos !

    Mon grand-père Schmidt, tué le 31 août 1914 l'a reçue à titre posthume, et il est en drôle compagnie dans cet ordre qui fut prestigieux au début...

     

    1
    Vendredi 3 Novembre à 08:55

    Il me la faut, je la mettrai à côté de la médaille commémorative des opérations de sécurité et de maintien de l'ordre en Algérie !

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter