• En cinq ans, le nombre d'attentats d'extrême droite a triplé en Occident Mais je ne parlerais ici que de la France

     

    En cinq ans, le nombre d'attentats

     d'extrême droite a triplé en Occident

    Mais je ne parlerais ici que de la France

    En 2018, une trentaine de personnes étaient incarcérées pour des faits liés au terrorisme d'extrême droite, selon les chiffres de l'administration pénitentiaire.

    En cinq ans, le nombre d'attentats   d'extrême droite a triplé en Occident  Mais je ne parlerais ici que de la France

    En 2017, le militant d'extrême droite Logan Nisin projetait de commettre des attentats contre la communauté musulmane et la population réfugiée, ainsi que d'assassiner Christophe Castaner et Jean-Luc Mélenchon.

    À seulement 21 ans, le jeune homme était déjà passé par l'Action française, les Jeunesses nationalistes et le Front national. Sa «croisade» sera avortée par un vaste coup de filet de la DGSI contre lui et son groupe, nommé OAS en hommage aux anciens terroristes pro-Algérie française.

    Plus récemment, c'est une organisation clandestine islamophobe baptisée Action des forces opérationnelles (AFO) qui a été démantelée par les services de renseignement car soupçonnée de vouloir commettre des attentats contre des musulman·es. Deux de ses membres, dont un diplomate français, sont actuellement poursuivis pour «association de malfaiteurs terroriste».

    Pierre de Bousquet de Florian, coordinateur national du renseignement et de la lutte contre le terrorisme, estimait par ailleurs début mars que «le terrorisme d'extrême droite [devait] être surveillé de près».

    Toutefois, il ne faut pas appréhender la mouvance terroriste d'extrême droite comme un bloc. Le passage à l'acte violent au service d'un objectif politique est un outil envisagé par un écosystème assez large, un public protéiforme, multiple et mouvant. Des militant·es de la marge radicale y côtoient des profils moins extrémistes, ou en tout cas que l'on imagine moins prendre les armes.

    «Grand remplacement»

    Idéologiquement disparate –bien que le néo-nazisme y soit très bien représenté–, la mouvance terroriste d'extrême droite est néanmoins unifiée par son racialisme. Une vieille lune que l'on pourrait croire passée de mode, mais qui connaît une seconde jeunesse grâce à la théorie complotiste du «grand remplacement», qui cristallise les peurs et ravive les fantasmes.

    Cette idée est héritée des antisémites nationalistes d'avant-guerre (Édouard Drumont en tête) et récupérée par les néo-nazis après guerre (René Binet en France). À l'époque, c'est le juif «apatride» qui est accusé de menacer les nations et, déjà, de vouloir détruire les peuples.

    Récupérée plus tard par les nazis, cette théorie, qui ne s'appelle pas encore «grand remplacement», est modernisée dans les années 2000 par l'écrivain d'extrême droite Renaud Camus.

    En cinq ans, le nombre d'attentats   d'extrême droite a triplé en Occident  Mais je ne parlerais ici que de la France

    C'est lui qui en a extirpé l'essence antisémite pour y substituer l'islamophobie, tout en conservant la dimension complotiste: les peuples dits «de souche» occidentaux seraient menacés de disparition car sur le point d'être «remplacés» par des immigré·es et surtout leur descendance, dans le cadre d'un plan délibérément orchestré par les «élites» mondiales. Un dernier point qui permet d'ailleurs aux plus antisémites de s'y retrouver aussi…

    Le «grand remplacement» est certes un fantasme se basant sur des extrapolations démographiques farfelues et des conjectures pseudo-scientifiques, mais c'est un discours efficace, qui marque les imaginaires. Notamment car il s'appuie sur le cliché éculé, mais tenace, de la prétendue sexualité débridée de l'étranger assimilé à un «sauvage».

    Suprême ironie, une théorie raciste directement héritée des nazis permet d'ériger les néo-nazis en victimes.

    Cette théorie n'est en réalité qu'un avatar de la pensée racialiste, un outil qui adapte les nationalismes à la mondialisation en faisant de l'ethnie (dissimulée derrière le terme «civilisation») le nouveau référentiel, tout en conservant l'opposition entre le «nous» et le «eux». Mais il constitue aussi un message profondément radical, justifiant les pires excès: si l'on est attaqué·e, n'a-t-on pas le droit de se défendre?

    Ce renversement des valeurs est un classique de la rhétorique terroriste: l'assassin devient un «résistant», sa victime «l'occupant». Suprême ironie, une théorie raciste directement héritée des nazis, adaptée par un auteur qui dit exécrer le nazisme, permet d'ériger les néo-nazis en victimes.

    Climat xénophobe

    C'est, parmi d'autres, l'exemple de l'attaque islamophobe perpétrée contre la mosquée de Bayonne en octobre 2019. L'enquête a certes conclu à une altération partielle du discernement de l'auteur, Claude Sinké, un extrémiste notoire, et n'a pas retenu le motif terroriste. Mais son acte n'en a pas moins été salué sur les réseaux sociaux par des internautes ouvertement anti-islam ou se revendiquant clairement comme fascistes.

    En cinq ans, le nombre d'attentats   d'extrême droite a triplé en Occident  Mais je ne parlerais ici que de la France

    La photo sur laquelle on découvre Claude Sinké (premier à gauche en regardant la photo) et Marine Le Pen, prise le 14 mars 2015 à Angoumé, en présence des autres candidats du Front national aux élections cantonales. © Crédit photo : Louvier Isabelle.

    Enfin tout dernièrement des militants de Génération Identitaire déploie une banderole d'extrême-droite du haut d'un bâtiment place de la République à Paris. Les manifestants répondent par "Siamo Tutti Antifascisti" 

    En cinq ans, le nombre d'attentats   d'extrême droite a triplé en Occident  Mais je ne parlerais ici que de la France

    CONCLUSION

    qUEL BEAU COUPLE ?

    En cinq ans, le nombre d'attentats   d'extrême droite a triplé en Occident  Mais je ne parlerais ici que de la France

    Qui c'est la dame à côté de Logan N. terroriste d’extrême droite ? Elle passait là par hasard ? C'est ballot !!!

    Merci d'arrêter la vidéo après le sujet concerné !!!

    « Puisque vous parlez ce soir : Avons-nous le droit d’espérer ?Maurice Rajsfus, l’historien des violences policières est mort »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Mardi 16 Juin à 09:27

    Il y a tous les degrés dans le racisme et la xénophobie. Les plus extrémistes peuvent passer à l'acte terroriste violent et la masse se contenter de distiller l'idéologie nauséabonde qui caractérise ceux qui en sont imprégnés.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :