• "En finir avec la stèle OAS de Perpignan" Appel pour un rassemblement le dimanche 7 juin 2015 à Perpignan.

    "En finir avec la stèle OAS  de Perpignan"  Appel pour un rassemblement  le dimanche 7 juin à Perpignan.

     

    "En finir avec la stèle OAS  de Perpignan"  Appel pour un rassemblement  le dimanche 7 juin à Perpignan.

    La stèle de la honte

     

    "En finir avec la stèle OAS

     

     

    de Perpignan"

     

     

    Appel pour un rassemblement

     

     

    le dimanche 7 juin à Perpignan.

     

    - à l’attention de Mesdames et Messieurs les adhérents, amis et correspondants

    de l’Association nationale pour la protection de la mémoire des victimes de l’OAS (ANPROMEVO) -

    15 mai 2015.

    L’ANPROMEVO se fait l’écho du communiqué ci-après :

     

     

    En finir avec la stèle OAS

    de Perpignan

     

    La stèle OAS de Perpignan continue depuis 2003 à défigurer par sa présence le cimetière du Haut Vernet. Et comme le 7 juin de chaque année, les anciens activistes de l'OAS vont tenter d'y faire irruption afin de se rendre devant ce cénotaphe pour y faire l'apologie de l'organisation factieuse.

    Quand donc le maire de Perpignan cessera-t-il de nier que cette stèle érigée dans un lieu public est bien dédiée à des terroristes ?

    De même qu'il refuse cette évidence, de même, en bon émule d'un Robert Ménard ou d'un Christian Estrosi, il n'admet pas que le19 mars 1962 est bien la date du cessez-le-feu de la guerre d'Algérie.

    Ces provocations incessantes confortent les nostalgiques de l'Algérie française. Ils se sentent pousser des ailes, d'autant que le contexte est marqué par la montée du FN et de l'extrême droite dans toute l'Europe.

    Cette année, le 7 juin tombe un dimanche, un jour qui ne peut que favoriser leur venue en nombre à Perpignan. Le risque est trop grand pour que de notre côté, anticolonialistes, antifascistes et progressistes, nous ne nous mobilisions pas de façon exceptionnelle.

    Dans cette perspective, nous lançons un appel à toutes les organisations de la région qui, le 14 mars dernier, se sont retrouvées à Béziers pour dénoncer la débaptisation par le maire d'une « rue du 19 mars » pour la renommer rue du « Commandant Denoix de Saint Marc ». Pour notre part, nous étions une cinquantaine venus les soutenir, convaincus que l'opération conduite par Ménard était un signal donné aux réactionnaires de tout poil.

    Le 7 juin, c'est tous ensemble qu'il nous revient de leur faire savoir qu'ils ne sont pas les bienvenus à Perpignan, que l'Algérie française n'a plus droit de cité et que le bon vieux temps des colonies est révolu.

    Nous avons prévenu la préfecture que, sans attendre, nous appelions à un rassemblement avec banderoles et drapeaux dimanche 7 juin à 9h00 à proximité de l'entrée du cimetière nord (pinède qui lui fait face).

    Le collectif « pour une histoire franco-algérienne non falsifiée »

    AFPS, ASTI, EELV, FSU, LDH, MRAP, NPA, PCF, Pieds noirs progressistes, Solidaires, Survie.

     

     

    L’ANPROMEVO se félicite qu’à Perpignan, comme à Toulon et à Béziers, le combat contre un martyrologe relevant de la réécriture de l’Histoire reste d’actualité.

    Puisse cet appel à manifester être largement entendu : la célébration du terrorisme d’hier met aussi sûrement en péril l’équilibre de notre société que le terrorisme d’aujourd’hui.

     

    Jean-François Gavoury

    Président de l’Association nationale

    pour la protection de la mémoire

    des victimes de l’OAS

    "En finir avec la stèle OAS  de Perpignan"  Appel pour un rassemblement  le dimanche 7 juin 2015 à Perpignan.

    "En finir avec la stèle OAS  de Perpignan"  Appel pour un rassemblement  le dimanche 7 juin 2015 à Perpignan.

    Le 7 juin, à Perpignan, nouvelle

    démonstration en vue des nostalgiques

     de l’Algérie française

    Mardi 26 mai 2015, par Michel Berthelemy

    Le Collectif pour une histoire franco-algérienne non falsifiée communique : 

    « Il existe encore en France, 53 ans après l’indépendance de l’Algérie, une certaine nostalgie de l’Algérie Française et des groupuscules terroristes qui l’ont défendue jusqu’au bout. C’est ce qu’ont dénoncé les participants au colloque (Résurgence de la nostalgie de l’Algérie Française et de l’OAS), organisé le 12 mai, à la mairie de Paris. Initié par l’Association Nationale pour la Protection de la Mémoire des Victimes de l’OAS (ANPROMEVO), cette journée de débats a été marquée par la projection du film documentaire « OAS, un passé très présent » de Djamel Zaoui. Son contenu n’a pris aucune ride, sept années après sa réalisation. Il raconte la lutte des enfants des victimes civiles et militaires de l’Organisation de l’Armée Secrète (OAS), contre le lobbying entretenu auprès de la classe politique et des institutions étatiques par les nostalgique de l’organisation. Ces derniers ne ratent aucune occasion pour rendre hommage aux membres de cette organisation terroriste, ériger des stèles à leur mémoire et vanter les bienfaits du colonialisme ». (Samir Ghezlaoui – El watan 16/05/15).

    Les nostalgiques de l’Algérie Française se sentent pousser des ailes, d’autant que le contexte est marqué par la montée du FN et de l’extrême droite dans toute l’Europe. Le risque est trop grand pour que de notre côté, anticolonialistes, antifascistes et progressistes, nous ne nous mobilisions pas de façon exceptionnelle.

    Dans cette perspective, nous lançons un appel à se rassembler aux organisations de Perpignan et de toute la région qui, le 14 mars dernier, se sont retrouvées à Béziers pour dénoncer la débaptisation par le maire d’une « rue du 19 mars » pour la renommer rue du « commandant Hélie Denoix de Saint Marc ».

    Le 7 juin, de 9 h à 12 h, à Perpignan, face à la stèle de l’OAS proche du cimetière, c’est tous ensemble qu’il nous revient de faire savoir que l’Algérie Française n’a plus droit de cité et que le bon vieux temps des colonies est révolu.

    Départ de Millau le 7 juin dès 7h du matin, parking de la Grave, pour co-voiturage.  

    Organisations signataires du Collectif pour une histoire franco-algérienne non falsifiée : AFPS, ASTI, EELV, FSU, LDH, MRAP, NPA, PCF, Pieds Noirs Progressistes, Solidaires, Survie, 4acg.

     

    "En finir avec la stèle OAS  de Perpignan"  Appel pour un rassemblement  le dimanche 7 juin à Perpignan.

    Pour rappel ce qui s’est passé en 2014

    Perpignan : la gerbe polémique des anciens de l'OAS

    "En finir avec la stèle OAS  de Perpignan"  Appel pour un rassemblement  le dimanche 7 juin à Perpignan.

    La police a dû s'interposer entre les pro-OAS, venus fleurir leur stèle, et les opposants.(Photo par Thierry Grillet)

    "En finir avec la stèle OAS  de Perpignan"  Appel pour un rassemblement  le dimanche 7 juin à Perpignan.

    Les nostalgiques de l'Algérie française et leurs opposants se sont une nouvelle fois affrontés devant le cimetière du Nord. L'ambiance était houleuse devant le cimetière du Nord. Comme tous les 7 juin, des nostalgiques de l'Algérie française s'y étaient donné rendez-vous. Pour tenter de fleurir la stèle rendant hommage aux membres de l'Organisation armée secrète (OAS), qui se sont battus contre l'indépendance de l'Algérie. Par le biais d'actes terroristes. Une trentaine d'anciens membres et sympathisants de l'OAS se sont rejoints devant le cimetière aux environs de 10 h. De l'autre côté de la route, leurs opposants (une trentaine également) les attendaient. "OAS, assassins", scandaient-ils. L'un des pro-OAS les plus remontés, Jean-Pierre Prévoteaux, n'a pas tardé à lancer aux manifestants des insultes à connotation raciste. L'homme s'est ensuite approché des opposants pour les narguer. Les policiers ont dû intervenir pour le maîtriser.

    Devoir de mémoire ou hommage déplacé ?

    Egalement présent, le conseiller municipal FN de Perpignan Bruno Lemaire a clairement pris le parti des pro-OAS. "Je trouve ça tout à fait normal qu'on vienne fleurir cette stèle", a-t-il estimé. Jean-Pierre Prévoteaux évoque "un devoir de mémoire". Une opinion que ne partagent évidemment pas les adhérents du Collectif pour une histoire franco-algérienne non falsifiée, à l'initiative de la manifestation contre le dépôt de gerbe. "Pour nous, les membres de l'OAS sont des assassins, explique le porte-parole du mouvement, Roger Hillel. Nous nous opposons au fleurissement de la stèle, car il n'y a aucune raison de rendre hommage à de tels criminels". Finalement les pro-OAS n'ont pas pu fleurir leur stèle. Les portes du cimetière sont restées closes. Afin d'éviter tout débordement à l'intérieur de l'enceinte.  

    SOURCE : http://www.lindependant.fr/2014/06/08/la-gerbe-polemique-des-anciens-de-l-oas,1892238.php

     

     

    « Les élèves de 1re au cœur de la guerre d'Algérie Enseignement et formation - Lycée François Mitterrand de MoissacBougrab, Ménard et les autres... Vus du côté algérien... "Il y a deux France" »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :