• Entre radicalisme et amateurisme : les réseaux d’ultra droite toujours plus belliqueux en France

     

    Entre radicalisme et amateurisme :

     les réseaux d’ultra droite toujours plus

    belliqueux en France

    Ils se vivent comme des "croisés". Les djihadistes, les migrants et le gouvernement sont leurs cibles prioritaires. Depuis juin 2017, trois réseaux d’ultra droite ont été démantelés en France. Leur engagement oscille entre une radicalité de plus en plus belliqueuse et un amateurisme confondant.

    Entre radicalisme et amateurisme : les réseaux d’ultra droite toujours plus  belliqueux en France

    En juin 2018, plusieurs membres du groupe AFO sont arrêtés, comme ici à Tonnay-Charente (Charente-Maritime). Ils sont soupçonnés d'avoir voulu commettre des attentats contre des musulmans.• Crédits : XAVIER LEOTY - AFP

    Le dernier coup de filet au sein de l’ultradroite remonte au 6 novembre 2018 avec l’arrestation de six personnes en Ille-et-Vilaine, en Isère et en Moselle, liées au groupe identitaire des Barjols. Quatre ont été mises en examen et deux incarcérées. Mais en juin 2017, la DGSI avait déjà procédé à deux premiers coups de filet dans les milieux d’ultradroite et démantelé les réseaux nommés OAS (inspiré de l’Organisation de l'armée secrète, anti-indépendantiste, pendant la guerre d’Algérie ; neuf mises en examen dont quatre incarcérations) et AFO (Action des forces opérationnelles, 10 mises en examen dont trois incarcérations)

    Constitution de milices

    Si le nombre de militants d’ultra droite semble stable en France (les chercheurs et les autorités parlent d’un noyau dur d’un millier de militants soutenus par un ou deux milliers de sympathisants), ils semblent plus déterminés et plus belliqueux depuis les attentats islamistes qui ont débuté en 2015. "On a des structures que l’on peut qualifier de traditionnelles, de la mouvance d’ultra droite comme Génération identitaire, le Bastion social ou des royalistes comme l’Action française, explique Laurent Nuñez, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur, et ancien directeur général de la Sécurité intérieure (DGSI). Notre inquiétude porte bien évidemment sur ces mouvements mais pas seulement. Car on voit apparaître maintenant un certain nombre de structures qui se constituent sous forme de milices d’auto-défense, en prévision de ce que serait le Grand soir de la menace islamiste sur notre territoire, considérant d’ailleurs que les pouvoirs publics n’en font pas assez pour lutter contre le terrorisme. Cette inquiétude est d’autant plus justifiée que trois réseaux ont été démantelés depuis le début du quinquennat actuel. Ces mouvements peuvent constituer un réel danger." Laurent Nuñez, à la tête de la DGSI du 22 juin 2017 au 16 octobre 2018, a supervisé dans ce cadre le démantèlement des réseaux OAS et AFO.

    Le terrorisme islamiste mais aussi l’islam en général, une immigration "sauvage" et "non maîtrisée" qui s’incarne dans la figure du migrant, mais aussi le gouvernement accusé de tous les laxismes : telles sont leurs cibles de choix. "Ils se préparent à répondre à une situation qu’ils jugent décadente de conflagration ethnique, et pensent que nous sommes dans un état de guerre civile larvée, constate le politologue Jean-Yves Camus, directeur de l’Observatoire des radicalités politiques de la Fondation Jean Jaurès. Depuis les attentats commis par des islamistes, il y aurait en France selon eux quelque chose de l’ordre de la sécession, de l’occupation et de la guerre intérieure entre la population "de souche" et une population d’origine maghrébine et musulmane. Pour eux, les Musulmans sont une sorte de cinquième colonne qui subvertit la France de l’intérieur. Donc ils désirent se charger du travail que l’État, d'après eux, ne fait pas." 

    Qui sont les militants concernés ?

    L’ultra droite recrute dans toutes les classes sociales, toutes les générations et partout en France. Selon l’enquête concernant le groupe AFO que la cellule investigation de Radio France a pu consulter, les dix personnes arrêtées en Nouvelle-Aquitaine, en Ile-de-France et en Corse sont âgées de 32 à 69 ans. Se décrivant comme un mouvement de "patriotes", AFO est issue d’une scission au sein du mouvement nationaliste légal Volontaires pour la France (VPF) qui dénonce "l’islamisation" de la France mais qui certifie inscrire son action dans le respect des lois de la République. On apprend dans l'enquête qu'AFO a été infiltrée par un agent de la DGSI. L'organisation tenait un site internet (aujourd’hui fermé) où était expliquée leur idéologie politique et où étaient disponibles des fiches pratiques pour se constituer une trousse de premiers secours, savoir réagir en cas d’attaque terroriste ou bien en cas d’arrestation. Selon nos informations, ces fiches pratiques juridiques ont été rédigées par un avocat parisien, membre de Volontaires pour la France, qui avait représenté Saddam Hussein lors d'un procès en diffamation intenté en France par le dictateur dans les années 90.

    Pendant plusieurs mois, les militants d’AFO qui vivaient en Nouvelle-Aquitaine, en Corse et en Ile-de-France se sont réunis régulièrement et communiquaient entre eux en s’affublant de surnoms : le chef présumé du groupe se faisait appeler Richelieu, Ninon de l’enclos étant sa compagne. On trouve aussi Garbo, Souvigny, Attila, Tommy… Les militants d’AFO se désignaient aussi par des couleurs selon leur degré d’implication : "les blancs" sont les simples sympathisants, "les gris" sont chargés de la formation et de la logistique, et "les noirs" pour le passage à l’action, car certains avaient clairement envisagé des actes terroristes. Voilà pourquoi, selon le secrétaire d'État Laurent Nuñez, "ces arrestations ne sont pas que préventives. Elles ont été décidées car dans les trois cas, il y avait une menace suffisamment caractérisée. On ne court aucun risque." 

    Selon le dossier, AFO projetait de tuer 200 imams radicalisés et le rappeur Médine, accusé de sympathies djihadistes, ou d’empoisonner de la nourriture halal dans des supermarchés. Au sein du réseau OAS, le chef de file Logan Nisin avait envisagé d’assassiner Christophe Castaner et Jean-Luc Mélenchon. Quant au réseau issu des Barjols, son animateur envisageait de s’en prendre à Emmanuel Macron. Originaire de l’Isère, il s’était rendu en Moselle (où il a été interpellé avec un couteau) au moment même où le chef de l’État y passait dans le cadre de son itinérance mémorielle pour le centenaire de l’Armistice. "Je sais que les tenants de cette ligne considèrent que c’est de la communication gouvernementale et que l’on ferait mieux de s’occuper de la menace terroriste islamiste mais on s’en occupe, insiste Laurent Nuñez. La menace que représentent ces mouvements d’ultradroite est loin de la simple communication. Les services de renseignements et la Justice ont réuni des éléments probants qui démontrent que ces individus allaient passer à l’action.

    Des armes, des explosifs et des anciens militaires

    Dans le cadre d’AFO, la DGSI s’est décidée à passer à l’action après que plusieurs militants ont confectionné des grenades artisanales et les ont testées dans des forêts autour de Chablis (Yonne) et Saint-Amand-Montrond (Cher). Deux individus ont acheté des armes à Ciney (Belgique) à l’occasion d’une des plus grandes bourses aux armes d’Europe. Parmi eux, on trouve un ancien militaire ayant servi en Afghanistan. AFO comptait dans ses rangs un autre ancien militaire et un policier à la retraite (le chef présumé du groupe). 

    D’une façon générale, l’ultradroite française cherche à recruter parmi les anciens des forces régaliennes. "C’est une vieille habitude que d’essayer de recruter parmi les gens qui ont servi dans les corps en uniforme, qui passent pour la partie 'saine' de la Nation, rappelle Jean-Yves Camus. Là, est apparue il y a quelques années, une sous-catégorie qui intéresse particulièrement les groupes radicaux : le militaire qui était engagé sur un théâtre d’opérations extérieures qui, revenu de Bosnie, d’Afghanistan et du Sahel, a des préventions voire des comptes à régler avec l’islam en général. Ils sont revenus avec une détestation sinon une haine de cette religion et avec un savoir-faire en matière d’explosifs ou d’armes automatiques." Selon Laurent Nuñez, aucun soldat, gendarme ou policier en fonction n’a été repéré au sein des groupuscules d’ultradroite, mais il se dit "vigilant".

    "Un paysage à la Mad Max"

    Adeptes du tir sportif et – parfois – de la confection de grenades, les militants d’ultradroite sont de plus en plus portés sur le survivalisme. Importé des États-Unis, le survivalisme mêle écologie radicale et techniques de survie dans la nature en cas de catastrophe nucléaire ou chimique, d’attentat majeur ou de guerre civile. Dans le cas de l’ultra droite, cela se double d’entraînements paramilitaires voire de la constitution "d’ilots blancs"  réservés aux "Français de souche". "Ils achètent des terres, un corps de ferme qu’ils équipent de façon à ce qu’elle soit indépendante et autonome avec des panneaux solaires, des éoliennes, des pompes pour l’eau de source, décrit Stéphane François, chercheur au laboratoire Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL) du CNRS. Ils constituent des réserves de nourriture, de préférence des conserves qui se gardent très longtemps. Il y a des jardins, des animaux. Ça c’est pour le côté gentil car il y a aussi achat d’armes. Le but est de devenir autonome pour créer cet îlot. On est quasiment dans un univers à la Mad Max."

    Il existe ainsi de ces "ilots blancs" dans les campagnes en Bretagne et en Bourgogne et des identitaires souhaiteraient en installer en Champagne et en Picardie. Oubliées les tristes "ratonnades" des années 80 et 90 : l’extrême droite radicale privilégie d’autres modes d’action.

    Ces militants qui se voient comme des "croisés" d’un Occident menacé par la "submersion migratoire" et par l’islam ont des références intellectuelles très marquées. Le magazine Réfléchir et agir diffuse 5 000 exemplaires par numéro. La Nouvelle revue d’Histoire de Dominique Venner reste encore très lue, comme les penseurs Philippe Vardon ou Guillaume Faye. Les militants d’ultra droite ne dédaignent pas non plus des auteurs plus connus du grand public comme Eric Zemmour, Laurent Obertone ou Renaud Camus, le théoricien du "grand remplacement". Leurs héros politiques se trouvent à l’étranger via certains dirigeants considérés comme les meilleurs résistants à l’islamisme : Bachar al-Assad, Vladimir Poutine ou Viktor Orban. 

    "Il n’existe pas de Daech d’extrême-droite"

    S’il est indéniable qu’au sein des trois réseaux démantelés depuis juin 2017, des propos ont été tenus en réunion ou bien sur internet, des armes ont été achetées et des explosifs fabriqués, leur capacité à passer réellement à l’acte interroge. Selon le dossier AFO, les apprenti-chimistes du groupe avaient du mal à trouver les bons composants pour fabriquer des explosifs en magasin de bricolage. Est-il vraiment aisé d’empoisonner de la nourriture halal emballée dans des boîtes cartonnées ou des films plastiques ? Comment distinguer un imam radicalisé d’un imam non-radicalisé ? Pour le chercheur Stéphane François, les militants d’ultradroite restent largement _"amateurs. Si on a pu les arrêter en amont, c’est que les groupes sont assez exubérants. Ils s’expriment, donc la DGSI peut les suivre."_Jean-Yves Camus estime pour sa part qu’_il n’y a pas, en France," de Daech d’extrême droite. On n’a même pas d’OAS version 2018. On a affaire à une mouvance qui n’a pas les mêmes degrés de structurations et de moyens."_Mais tous deux pensent qu’il faut rester vigilant et ne pas écarter la piste d’initiatives personnelles et isolées de militants passés par ces réseaux.

    Au sein du groupe AFO, le dossier nous apprend que deux membres du groupe - toujours incarcérés - dont l’ancien d’Afghanistan, trouvaient leurs comparses trop mous et pas assez déterminés. Ils auraient ainsi envisagé de s'autonomiser pour mener des actions radicales. "Nous craignons à la fois l’action violente préparée par le groupe structuré et l’individu appartenant à ce groupe, survolté par ce qu’il peut entendre, qui décide de passer à l’action seul, un scénario à la Breivik [militant norvégien d’extrême-droite qui avait tué à lui seul 77 personnes en 2013, NDLR], explique le secrétaire d’État Laurent Nuñez. Je rappelle que pour l’un des trois groupe démantelés, l’attention des services de renseignement avait été attirée par l’adoration que portait le responsable du groupe à Breivik."

    Pour les bons connaisseurs du dossier, le passage à l’action violente d’un ou plusieurs groupuscules d’extrême droite feraient le jeu des islamistes. Le directeur général de la DGSI de l’époque, Patrick Calvar, a évoqué en 2016 et 2017, devant la commission d’enquête sur les attentats du 13 novembre, un risque de confrontation entre l’ultra droite et le monde musulman. Cette vision binaire et manichéenne de la France accréditerait la thèse du conflit de civilisations que recherchent les islamistes. "L’optique de la confrontation ethnique généralisée est dans l’horizon des islamistes radicaux, explique Jean-Yves Camus. L’idée est, que des deux côtés, les individus soient sommés de choisir. Vous êtes musulman, vous voyez se développer la détestation de ce que vous êtes donc vous rejoignez vos 'frères'. Le reste de la population, les Français dits 'de souche', verrait l’ensemble de la population culturellement musulmane comme une entité homogène et verrait la nécessité de les expulser ou de passer à des formes d’actions plus violentes."

    Merci d'arrêter la vidéo après l'avoir visualisée, plusieurs autres vidéos suivent qui n'ont rien à voir avec le sujet :

    SOURCE : https://www.franceculture.fr/droit-justice/entre-radicalisme-et-amateurisme-les-reseaux-dultradroite-toujours-plus-belliqueux-en-france 

     

    « Essonne : le maire qui avait menacé des gens du voyage jugé ce mercredi 21 novembre 2018Les images de Bouteflika et l’image de l’Algérie : Insoutenable »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter