• Eric Zemmour, chronique d’un coutumier de la haine

     

     

    Eric Zemmour, chronique d’un coutumier de la haine

    Et c’est reparti pour Zemmour… tout juste condamné il y a un peu plus d’une semaine la Licra dépose plainte contre le multirécidiviste Eric Zemmour pour ses propos haineux absolument abjectes tenus sur CNEWS : "Les jeunes issus de l'immigration [...] sont tous des voleurs, ils sont tous des assassins, ils sont tous des violeurs."
    Il y a quelques jours, la Licra l'avait fait condamner pour provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence raciale à l’encontre des musulmans et des immigrés pour ses propos tenus lors de la convention de la droite de 2019.

     

    Eric Zemmour, chronique d’un coutumier de la haine

    Parlant des mineurs isolés, « ces jeunes, comme le reste de l’immigration (..) n’ont rien à faire ici » car « ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs, c’est tout ce qu’ils sont » vomit ce mardi 29 septembre, le fauteur de haine sur le plateau de Face à l’info. Une émission animée par Christine Kelly sur la chaîne CNEWS qui lui offre une tribune médiatique et se fait l’écho de son radotage haineux et xénophobe.

    En matière de racisme, il n’est pas toujours évident de qualifier les propos d’un individu lorsque celui-ci joue avec les mots, tergiverse, biaise et, en définitive, évite les pièges de la parole et certains modes de raisonnement qui font entrer dans la voie d’une condamnation judiciaire, à commencer par la stigmatisation, la généralisation, l’essentialisation.

    Sur la chaîne CNews, le polémiste Éric Zemmour, qui se fait fort de dire ce qu’il pense et d’assumer ce qu’il dit, au prix d’une résistance valeureuse face à la dictature du bâillon qu’il doit quotidiennement affronter, a fait don à ses auditeurs, le mardi 29 septembre 2020, d’un morceau de racisme chimiquement pur.

    Évoquant la situation des mineurs isolés sur le territoire français, le journaliste a expliqué avec autorité, notamment à l’endroit de Christine Kelly, animatrice de l’émission « Face à l’Info », qui s’efforçait – vainement – de l’amener à nuancer son propos, que « ces jeunes, comme le reste de l’immigration (..) n’ont rien à faire ici » car « ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs, c’est tout ce qu’ils sont ».

    Les mécanismes ici sont nettes. Quand bien même Zemmour s’en tiendrait auxdits « jeunes », il procéderait déjà à une généralisation abusive, projetant à partir de quelques faits divers, qui soulèvent par ailleurs une véritable question d’ordre humanitaire et de sécurité publique, une odieuse culpabilité collective sur une population vulnérable. L’art du polémiste étant de confondre les limites des catégories dangereuses qu’il produit à foison, on n’est finalement pas surpris de l’amalgame qui s’ensuit entre mineurs isolés et « reste de l’immigration ». Vol, viol, assassinat. Demandez le programme ! C’est, d’un seul coup, toute l’immigration d’hier et d’aujourd’hui qui se trouve salie, condamnée, balayée d’un geste autoritaire ne souffrant pas la contradiction. « Tous Christine ! », c’est sans appel et sans exception.

    Car à la stigmatisation et à la généralisation s’ajoute, pour clore, ce sinistre tableau, l’essentialisation censée révéler la vraie nature d’un sujet ou du groupe social, pour ne pas dire racial. « Ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs, c’est tout ce qu’ils sont. »

    Vous vous interrogiez sur leur compte, ce qu’ils ont vécu, leurs parcours invraisemblables, leur état psychologique, leur existence brisée, mais aussi les modalités de leur prise en charge, leurs ratés, le danger que certains, noyés dans le groupe, peuvent représenter et les moyens d’y faire face ? Ne cherchez plus et, pour tout dire, ne réfléchissez plus, la réponse tient dans une trilogie criminelle et totalisante. Tout, c’est tout ce qu’ils sont et ils ne sont que cela.
    Raciste Zemmour ? Lui n’est sans doute pas que cela. Mais ses propos, eux, le sont totalement.

    C’est à ce titre que la LICRA entend les faire condamner.

    Ligne rouge franchie, la Licra réagit

    Devant ces propos abjects, la Licra a décidé de saisir la justice dans la matinée du 1er octobre. Parce que comme le rappelle Mario Stasi, le président de la Licra, « à chaque fois que la ligne sera franchie nous agirons, sans hésiter, pour que force reste à la loi ».

    Déjà condamné en 2011 et en 2020

    En 2010, Eric Zemmour avait estimé, sur France 2, en réponse à une question qui lui était posée, que les employeurs « ont le droit » de refuser des Arabes ou des Noirs.

    Suite à ces propos, la Licra l’avait fait condamner en 2011 pour provocation à la discrimination raciale.

    Plus récemment, au tribunal de Paris, la Licra a fait condamner Eric Zemmour, ce 25 septembre 2020 pour provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence raciale à l’encontre des musulmans et des immigrés pour ses propos tenus lors de la convention de la droite de 2019.

    Dans ces deux affaires, la Licra était représentée par Maître Sabrina Goldman.

    La responsabilité de CNEWS

    Quel est le sens d’un média qui participe à l’embrasement des consciences en confiant son antenne à un pyromane patenté ?

    Il y a un an, en octobre 2019, Mario Stasi, président de notre association, s’exprimait ainsi en réponse au dérapage de M. Zemmour sur l’antenne de CNEWS, qui oeuvrait à réhabiliter Pétain :

    « En tant que Président de la LICRA, je revendique la liberté de dire que CNEWS, avec Zemmour, participe au climat populiste délétère qui tue, chaque jour un peu plus, la République. Je revendique la liberté de dire que servir de porte-voix à la haine, quand on a l’audience d’une chaîne de cette importance, est parfaitement irresponsable. Je revendique la liberté de dire que CNEWS défait, à chaque fois qu’elle met Zemmour à l’antenne, le travail de terrain que nous faisons chaque jour, avec les enseignants, auprès des jeunes, pour apaiser les tensions, déjouer les pièges de la peur et des fantasmes, déconstruire les préjugés, mettre à bas les falsifications et combattre les menaces contre l’universalisme républicain.

    Pour le reste, chacun est désormais responsable de ses choix et devra en rendre compte devant l’opinion et le cas échéant, devant la justice. 

    Quelle sera l’outrance révisionniste ou la provocation raciste ou xénophobe qui fera que la chaine vienne un jour se désolidariser de la haine en col blanc et se ressaisir ? 

    D’ici là, à chaque fois que la ligne sera franchie nous agirons, sans hésiter, pour que force reste à la loi ».

    « L'ombre du général Massu menace-t-elle toujours ceux qui travaillent sur la guerre d'Algérie ?Appelés en Algérie : enquête sur un silence français »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :