• Essais nucléaires: un vétéran indemnisé post mortem

    Michel Barrat est décédé en 2010 d'un cancer du poumon à Issoudun (Indre). Sa maladie vient d'être reconnue par un tribunal de Châteauroux comme une conséquence de son exposition aux radiations des essais nucléaires menés par la France en Algérie en 1962 et 1963. 

    Essais nucléaires: un vétéran indemnisé post mortem

     © AFP Photo prise le 25 décembre 1961 près de Reggane dans le sud algérien, d'essais nucléaires français. C'est à Reggane que fut expérimentée la première bombe atomique française.

    http://france3-regions.francetvinfo.fr/centre/2015/01/05/essais-nucleaires-un-veteran-indemnise-post-mortem-624314.html

    Ce jugement qui reconnaît le cancer du poumon de Michel Barrat comme maladie professionnelle va permettre à sa veuve de toucher une rente de la Caisse primaire d'assurance maladie. En 1962 et 1963, son mari avait été exposé à trois reprises aux radiations d'essais nucléaires auxquels l'armée a procédé sur le site d'In Ekker dans le Sahara. 

    150 000 civils et militaires sont susceptibles d'avoir été exposées aux rayons nucléaires au cours des deux cent-dix essais menés par la France entre 1960 et 1996 dans le Sahara algérien et en Polynésie française. Depuis la loi sur la reconnaissance et l'indemnisation des victimes des essais nucléaires adoptée en janvier 2010, une centaine d'entre eux ont porté leur dossier devant les tribunaux. Dans la plupart des cas, le ministère de la Défense les a rejetés. "La méthode de calcul imaginée par le Comité d’indemnisation des victimes des essais nucléaires (
    CIVEN), permet à celui-ci de rejeter 99% des demandes d’indemnisations et crée des injustices flagrantes telles le cas de ce plongeur indemnisé alors que les membres du personnel du bâtiment qui recevait les déchets radioactifs sortis de l’eau ont été déboutés" dénonce sur son site l'Association des vétérans des Essais nucléaires

    L'indemnisation de la veuve de Michel Barrat pourrait donc créer une jurisprudence. 

    video: En mars 2007, des vétérans ont été autorisés à se rendre en Algérie sur l'ancien site nucléaire d'In Ekker où l'armée procéda à treize essais nucléaires. La radioactivité y était encore très présente (archives INA) 

    Reportage K.Langlais et L. Benchila
    Intervenants: Jean-louis Valatx, vétéran à In Ekker, Bruno Barillot, expert des essais nucléaires, Michel Berger AVEN et Robert Durand, vétéran de Reggane.

    « Si seulement le service militaire avait été supprimé avant... plutôt que de nous envoyer en Algérie… La Cérémonie du 19 mars 2014 à Béziers s'était achevée par le vin d'honneur offert par la Municipalité, mais c’était la dernière fois et pour cause. »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :