• Fabriquer l’ENNEMI INTERIEUR l’écraser. Et après …

     

    Fabriquer l’ENNEMI INTERIEUR l’écraser.

    Et après…

    L’Armée a depuis la fin de la guerre d’Algérie un rôle moteur dans la fabrique de l’ENNEMI INTÉRIEUR et la façon de le combattre. Contre la délinquance, puis contre le terrorisme, puis réorientée contre la contestation des réformes antisociales et les GJ. Stratégie maintenant érigée en terrorisme d’État contre nous tous ! Nos armes : ridiculiser ce pouvoir criminel et multiplier les SOLIDARITÉS.

    Sans remonter à 1936, avec la création du Collège des hautes études de défense nationale, l’Armée a depuis la fin de la guerre d’Algérie un rôle moteur dans la fabrique de l’ennemi intérieur, et la façon de le combattre. C’est ce que Mathieu Rigouste a pu étudier dans les archives du Collège, non classifiées. Et qui étayent son ouvrage : « L’Ennemi Intérieur La généalogie coloniale et militaire de l’ordre sécuritaire dans la France contemporaine » Ed. La Découverte.2009.

    La stratégie élaborée depuis 2001 contre "le terrorisme" et l'ennemi intérieur qui lui est associé, les Arabes, a été promptement ré-orientée contre un nouvel ennemi intérieur : les manifestants contre la vague de réformes. Depuis 2008, manifs syndicales, NDDL, Bure, le sauvetage de migrants en mer ou en montagne, ... et de façon plus systématisée depuis les  Gilets Jaunes.

    Les assauts quasi militaires de la police ne visent plus seulement la contestation.  Mais aussi la solidarité, "le militantisme", les journalistes de terrain, les secouristes, et à Nantes un simple débordement festif à l'ordre lancé par la préfecture. A Lyon, les festivités qui ont suivi le match Algérie/Sénégal ont été chargées, des enfants gazés.

    Tout rassemblement est vite placé sous encadrement, lourdement menacé.

    L'ennemi intérieur, c'est nous tous. 

    Ils sont en guerre, et  « dans toute guerre il y a des pertes » : Les disparus des guerres coloniales.

    On peut observer que la catégorie d'armes, la ligne

     de conduite policière dépendent

     de la catégorie sociale attaquée. 

    Banlieue on humilie, on traque, on tue. 

    Gilets jaunes et paysans : armes de guerre. On mutile.

    Écologistes libertaires : défoulez-vous.

    Manifs syndicales :  grandes manœuvres et nassages, on matraque, on arrose au canon à eau et aux gaz toxiques.

    Lycéens, on leur fait passer le goût de contester : les mâter. Et on les fiche pour les marquer à vie. 

    Écolos en sit in : comme les insectes, gaz toxiques en plein visage.

     La dangerosité policière organisée par le gouvernement est de beaucoup supérieure à la dangerosité de terroristes qu'elle était initialement censée combattre.

    Autant d’entraînements en situation, pour endurcir les nouvelles recrues. Et aller toujours plus loin dans la violence.

    L’ennemi intérieur, c’est l’idée qu’on s’en fait, l’idée que le pouvoir impose à l’opinion par sa propagande, par dénigrement, et formatage d’une police prête à toutes les violences. Souvenons-nous CAMUS L’Etranger : Le mythe ambiant, selon lequel tout Arabe était un tueur à l’affût qu’il fallait tuer préventivement.

    Depuis deux ans, le nouvel ennemi intérieur, C’EST NOUS TOUS !

    Un pallier a été franchi lorsque le ministre a décoré les policiers mis en cause dans la mort de Zineb, les blessures lourdes de Geneviève, l’ordre de charger près de la Loire, etc... Les décorations sur ces bavures les érigent en bonnes pratiques, en exemple. Par le gouvernement.

    D’une police de maintien de l’ordre, on passe au terrorisme d’État. 

     OU  est  STEVE  ?            Comment est mort

     ADAMA TRAORE ? 

    Le gouvernement sait les rafales de régressions sociales et de gaspillage d'argent qu'il prépare, et se sent extrêmement fragile face au risque d'explosion sociale.  Pouvoir politiquement aux abois.  Mais ses commanditaires sont déterminés à tout.

    Quoi qu'ils fassent, nous devons refuser les provocations

     à la violence qui est leur terrain favori. 

    Par tous moyens les ridiculiser, et ridiculiser leurs discours trompeurs et leurs violences. 

    En toutes occasions développer la solidarité. Notamment avec ceux qu'ils ont mutilés pour l'exemple.

    Et créer une nouvelle démocratie.

    Un commentaire

    Cela remonte a beaucoup plus loin que cela 1830, 1848 et les répressions et déportations dans les bagnes coloniaux des indésirables, dans un pays qui se dit de République.

    Cela remonte avant la même guerre d'Algérie, à la guerre d'Indochine, Indochine d'où la France et son armée coloniale fût chassé (allez en parler aux colonisés de ces terres et de ce que la France y a fait comme dans toutes ses colonies). Les Indochinois heureusement pour eux étaient appuyé par d'autres forces extérieures ce qui fit perdre la France.

    Cette terrible expérience fit qu'en Algérie fût mener une sale guerre pour ne pas revivre l'Indochine, une sale guerre  pour ne pas perdre cette colonie et ses richesses à venir (d’autant que beaucoup  "de pieds noirs "n'étaient pas tous des Français d'origine (espagnols, et autres origines...).

    Et puis il y a une guerre dont on parle peu celle au Cameroun contre l'UPC ou l'armée française et ses barbouzes vont massacrer en pays Bamiléké et en SANAGA pour mettre la main sur ce pays et y mettre au pouvoir une armée camerounaises sanglantes, villentes formée par les barbouzes de la France et son armée voir d'anciens résistants qui ici combattirent les Nazis mais appliqueront là-bas le pires choses (camps de concentration, déportation tortures , assassinats, et autres méthodes issues de l'Indochine et de l'Algérie).

    La France a fait de terribles choses en Afrique pour garder la main sur les richesses de ses colonies, et la Françafrique en a été la continuation...

    Armée française à la mentalité coloniale encore en 2019 ; et sur le plan intérieur dans la suite des terribles répressions de toutes contestions comme ce fût aussi le cas en 68. 

    "Les gueux " "Les prolétaires" "les contestataires en tout genre ils n'aiment pas et encore moins cette armée !"

    L'ennemi intérieur d'une armée digne des principes de Vichy dont elle a été plus proche que des résistants FTP ou FFI  ou autres en tous genres.

    1848 et sa terrible répression et toutes celles qui auront lieu ensuite.

    Une armée de répression, proche des ligues d'extrême droite en 1934, au vote RN pour une grande majorité et à la mentalité coloniale.

    SOURCE : https://blogs.mediapart.fr/michel-lyon/blog/250719/fabriquer-l-ennemi-interieur-l-ecraser-et-apres/commentaires 

    J’ai vu des enfants se faire gazer

     sur les Champs-Élysées la semaine dernière

     

    Les violences policières sont hors de contrôle: des centaines de cartouches d’armes chimiques ont plu sur des milliers de personnes qui célébraient l’équipe nationale algérienne de football avant de se qualifier pour la finale de la Coupe d’Afrique des Nations. Parmi eux se trouvaient des familles avec des enfants en bas âge dans des poussettes.

    Même dans une ville aussi turbulente que Paris, les scènes récentes de violences policières ont été exceptionnellement choquantes. Les victimes au cours des dernières semaines ont été des journalistes et des étudiants comme des écologistes et des demandeurs d’asile.

    L’horreur de la situation apparaissait clairement la semaine dernière sur les Champs-Élysées 

    Quels que soient leurs antécédents ou leur conviction politique, ils ont tous été considérés comme des cibles légitimes pour les paramilitaires lourdement armés, formés pour faire face à toute menace contre l’ordre présumé avec une brutalité extrême. Ces officiers spécialisés dans le contrôle des émeutes – et il en existe des milliers – considèrent l’été comme une époque où tous les types indésirables se retrouvent dans la rue, et ne voient aucun inconvénient à imposer leur autorité aussi durement que possible.

    L’horreur de la situation apparaissait clairement la semaine dernière sur les Champs-Élysées où, comme d’habitude, le désordre social a été provoqué par les forces de maintien de l’ordre françaises qui ont utilisé des armes chimiques contre leurs propres citoyens.

    Des vidéos tournées sur la plus célèbre avenue du pays montrent de jeunes enfants qui luttent pour échapper aux nuages ​​de vapeurs créées par des gaz lacrymogènes interdits dans les zones de guerre. Aussi étonnant que cela puisse paraître, la police française est autorisée à utiliser des substances conçues pour brûler les yeux, la bouche et les poumons de civils ordinaires, alors qu’en raison des traités internationaux, les soldats ne sont pas autorisés à le faire contre leurs véritables ennemis.

    Le Comité international de la Croix-Rouge a d’abord rendu illégales les armes chimiques et biologiques sur les champs de bataille après le lancement par les forces françaises de grenades de 22 mm remplies de bromacétique d’éthyle lacrymale contre les Allemands pendant la Première Guerre mondiale, sans toutefois étendre cette interdiction aux forces nationales.

    J’ai entendu les cris de ceux qui étaient pris dans les pires échauffourées

    Des centaines de cartouches ont plu sur des milliers de personnes qui célébraient l’équipe nationale algérienne de football avant de se qualifier pour la finale de la Coupe d’Afrique des Nations, et même après l’avoir remportée vendredi soir. Parmi eux se trouvaient des familles avec des enfants en bas âge dans des poussettes.


     

    Parmi les autres victimes, citons les jeunes hommes d’apparence nord-africaine que la police française, en particulier à Paris, a tendance à mépriser. Il y eut d’innombrables affrontements au cours des dernières décennies, la plupart d’entre eux concernant la guerre d’indépendance de l’Algérie contre la France, qui s’est soldée par une victoire en 1962. Les atrocités nationales liées au conflit impliquaient la torture, la mort et la noyade de manifestants algériens dans la Seine par la police de la capitale.

    Les tensions post-coloniales entre une vaste diaspora algérienne vivant dans des villes telles que Paris et Marseille n’ont nullement disparu et il ne fait aucun doute que les victoires sportives peuvent faire ressortir une tendance voyou, comme cela se produit lorsque des équipes comme la France ou Paris Saint Germain remportent des jeux clés.

    Rien de tout cela ne justifie cependant de gazer des personnes tout à fait pacifiques et innocentes. J’ai entendu les cris de ceux qui étaient pris dans les pires échauffourées, garçons et filles en pleurs qui vomissaient et tremblaient de peur alors que les vapeurs de gaz se propageaient. C’était une douce soirée et il n’y avait pratiquement aucun refuge possible sur les Champs-Élysées.

    Alors que le nombre de bombes lacrymogènes s’intensifiait, de nombreux supporters adolescents algériens se réfugièrent dans des rues adjacentes, où des pillages et des actes de vandalisme furent commis. C’est une conséquence logique que j’ai observée en couvrant de nombreuses émeutes à Paris, notamment celles impliquant le mouvement anti-gouvernement des Gilets Jaunes qui causa des millions d’euros de dommages dans la seule capitale. Encore une fois, ces actes sont absolument inexcusables, mais il est indéniable que les gazages enveniment encore plus des situations déjà très difficiles.

    Des manifestants pacifiques gazés comme de vulgaires insectes 

    Malgré tout, seuls les médias anglophones firent état du gazage d’enfants. Les médias français publiaient plutôt des fake news. Non, ce n’est pas ce n,est pas un supporter de football algérien qui fut responsable du tragique accident de voiture de Montpellier, dans lequel une jeune mère de famille perdit la vie.

    Les incidents furent également exploités par les habituels hypocrites excités de la populace d’extrême-droite. Marine Le Pen, leader du Rassemblement National – un parti fondé sous le nom de Front National par des ultranationalistes racistes exaspérés par la perte de l’Algérie française – a appelé à une interdiction des supporters de football sur les Champs-Élysées après avoir encouragé activement des Gilets Jaunes bien plus destructeurs et violents à se rassembler là-bas.

    Lors de mon premier reportage sur l’utilisation de plus en plus scandaleuse de gaz par la police parisienne en décembre, Aurélie Bonal, porte-parole principale de l’ambassade de France à Londres, intervint sur Twitter pour nier que le gaz lacrymogène était une arme chimique. Malgré toutes les preuves scientifiques et juridiques démontrant le contraire, elle déclara qu’il était contraire à l’éthique de le décrire comme tel.

    Au-delà d’une mère qui tente désespérément de protéger ses enfants des effets néfastes de ces armes chimiques, d’autres vidéos largement diffusées depuis montrent la police anti-émeute de Paris en train de gazer des manifestants pro-environnement assis au sol pacifiquement comme s'ils étaient de vulgaires insectes.

    Un extrait particulièrement troublant de la vidéo montre un officier costaud arrachant en toute illégalité les lunettes de soleil et les lunettes de protection d’un manifestant, s’assurant ainsi que ses yeux ne sont plus protégés des produits chimiques. Selon un rapport de police plus de cinq litres de gaz ont été utilisés en moins de 30 minutes, et le commandant responsable de cette action fit partie des personnes qui s’évanouirent d’étouffement sur le pont Sully.

    Tout cela participe d’un abus de pouvoir pervers que le gouvernement du président Emmanuel Macron devrait enfin reconnaître pour y mettre fin.

    SOURCE : https://blogs.mediapart.fr/nabila-ramdani/blog/230719/j-ai-vu-des-enfants-se-faire-gazer-sur-les-champs-elysees-la-semaine-derniere-0 

     


      

     

    « DROITS France : les retraités immigrés ont enfin la même couverture santé que les FrançaisFrance : Lancement d’une chaîne de télévision franco-algérienne »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter