• Fnaca : le jour d'après " Attentats"

     

    Si vous lisez l’article ci-dessous sachez que que je le trouve scandaleux, bien sûr c’est mon avis personnel… D’abord quand on veut rendre hommage aux victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie c’est le 19 mars pas le 24 mars, pourquoi pas le 5 décembre pendant que vous y êtes ? Et puis l’honteux amalgame que vous faites entre les victimes de l’attentat terroriste de Trèves et Carcassonne et les victimes de la guerre d’Algérie est, pour moi, insupportable. Que cela vous plaise ou non les indépendantistes de l’Algérie colonisée par la France pendant 132 ans avec toutes les horreurs que cela a engendré n’étaient pas des terroristes… mais des combattants pour l’indépendance de leur pays… Le combat qu’ils menaient était juste, je le répète que cela plaise ou non… Nous les appelés et rappelés dans cette guerre, souvent contre notre volonté, étions du mauvais côté de l’Histoire.

    Michel Dandelot 

     

    Fnaca : le jour d'après

    Attentats

    Le médaillé Paul Balondrade au milieu des personnalités./ DDM, RP

    En plaçant la commémoration de la fin de la guerre d'Algérie le samedi 24 mars avant midi, les représentants des forces civiles et militaires ne pensaient pas ajouter l'ingrédient du terrorisme à cette cérémonie. Les maires Jean-Louis Rémy (Cintegabelle) Hubert Mesplié (Gaillac-Toulza) Jude Mathe (Aignes) et le conseiller départemental d'Auterive Sébastien Vincini étaient en premier présents pour féliciter le Gaillacois Paul Balondrade décoré par Georges Bourrounet, président de la section locale de la Fnaca, de la Croix du Combattant pour ses combats sur les terres algériennes. Mais leurs pensées et leurs paroles se sont tournées vers Carcassonne et Trèbes, deux cités dramatiquement meurtries la veille du monument. Aussi les discours et la Marseillaise ont pris une dimension plus solennelle pour le public présent en associant les victimes de la guerre d'Algérie avec les nouvelles disparitions issues de la guerre du terrorisme.

    La Dépêche du Midi

    Source : https://www.ladepeche.fr/article/2018/03/28/2768428-fnaca-le-jour-d-apres.html 

     

    « Le passé honteux de la France coloniale c’est aussi celui-ciCher : ce Poilu fusillé en 1914 à qui l'on veut rendre les honneurs »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    2
    Mercredi 28 Mars à 11:27

    Cintegabelle ? On en avait parlé il y a plus de 25 ans je crois. On l'avait même baptisé Saint Gamelle je pense !

    Eh oui, c'était couru, il y en a qui y vont comme un âne qui trotte ! 

    Je finirai par admettre qu'il y a des non-conceptuels, ceux qui accolent au nom de Résistant celui de terroriste.

    1
    Mercredi 28 Mars à 10:09

    Incompréhensible en effet: la FNACA a suffisamment travaillé pour que le 19 mars soit la seule date officielle pour rester sans voix devant cette initiative locale...Cinquante ans après il y en a encore qui n'ont rien compris !

    La guerre d'indépendance des Algériens n'a rien à voir avec un terrorisme islamiste quelconque. J'espère que l'Ancien d'Algérie ne relaiera pas cette absurdité !

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter