• France-Algérie: La Francophonie inversée ?

     

    France-Algérie: La Francophonie inversée ?

     

    France-Algérie: La Francophonie inversée ?

     

    Si la Francophonie, ce sont tout d’abord des femmes et des hommes qui partagent une langue commune, le français, pour reprendre la définition exacte, ce sont aussi paraît-il, des valeurs communes, telles que la solidarité, la diversité culturelle et la démocratie.

    Pour la solidarité et la diversité culturelle peut-être, mais pour la démocratie, ce n’est pas gagné. Et les non démocrates ne sont pas forcément ceux que l’on croit, mais ce n’est pas le sujet du jour. Les 300 millions de locuteurs répartis sur les cinq continents sont issus de 88 pays différents membres de l’Organisation internationale de la Francophonie. La légitimité de certains États à faire partie de l’OIF est parfois discutable mais pourquoi pas ?
    Il y a pourtant au sud de la Méditerranée, un pays d’irréductibles qui refusent de faire partie de l’empire… ah pardon, de la grande famille de la francophonie de qui d’ailleurs les invitations à y entrer ne furent pas toujours très claires.
    Pourtant, l’Algérie - vous l’aviez déjà deviné - est un grand pays francophone. 60% des Algériens sont francophones "réels", ce qui place le pays en deuxième position dans le monde, après la France évidemment, suivie de très loin par le Québec, lequel occupe la troisième place. Comment comprendre ce paradoxe ? On conçoit bien que les racines de cette division sont historiques, culturelles, politiques, sociales et identitaires. Et que certains ont eu intérêt à entretenir ces discordes sur fond d’ambitions diverses et variées. Mais là non plus ce n’est pas le sujet du jour.
    Non, ce dont je voudrais vous entretenir aujourd’hui, chers lectrices et lecteurs, ce sont les leçons que nous pourrions tirer des marcheurs algériens. Ceux-ci pendant plusieurs semaines ont battu le pavé pour protester contre la nouvelle candidature de leur actuel président. Ce dernier et sa clique ont fait semblant d’entendre la voix du peuple mais celui-ci n’est pas dupe et la solution proposée par le clan Bouteflika n’arrête pas les marcheurs. Ces mêmes marcheurs qui manifestent sans violences, sans heurts et sans dégâts. Voilà une belle leçon de valeurs donnée aux Français qui eux aussi manifestent depuis des semaines et qui comme les Algériens n’ont pour l’heure eu comme réponse à leurs revendications que des ersatz de solutions.
    Chaque vendredi, entre 4 à 5 millions d’Algériens de tous âges, beaucoup de femmes, hommes, enfants, manifestent pratiquement sans violence. Puisque la francophonie, c’est aussi un partage des valeurs, ce serait bien que les Algériens partagent avec les Français les leurs. Un poète journaliste, Lazhari Labter, a même été jusqu’à publier "Les 18 Commandements du marcheur pacifiste et civilisé". Citons en quelques-uns: "Pacifiquement et tranquillement je marcherai, A aucune provocation je ne répondrai, les Baltaguias (nom donné aux casseurs payés par le pouvoir pour créer des violences) j’isolerai et à la police je les remettrai. Pas une pierre je ne jetterai, après la marche, les rues et les places je nettoierai". Il y a là clairement des leçons à tirer!
    L’honnêteté des revendications des uns et des autres n’est pas discutable, seul le procédé est à revoir. Car manifestement, la violence des Français qui défilent tous les samedis les coupent d’une partie de la population alors que le pacifisme des Algériens crée un consensus général face au pouvoir.
    Alors, il serait peut-être temps de prendre des leçons des pays que les Français n’ont pas l’habitude de regarder comme modèles. Mais puisque nous avons en partage les mêmes valeurs, il serait temps d’inviter les Algériens à faire partie de la grande famille de la Francophonie afin de profiter de leurs enseignements. Des Algériens qui fiers de leur valeurs ne pourraient faire autrement que d’accepter cette invitation. Et ce n’est pas autrement que Lazhari Labter conclut son poème... en français: "au monde qui m’observe, une leçon je donnerai et un exemple je serai, Car je sais que la Liberté au bout du chemin m’attendra et dans ses bras ouverts elle m’accueillera".
     

    France-Algérie: La Francophonie inversée ?

     

     

     

    Cécile Vrain

    SOURCE : https://www.podcastjournal.net/France-Algerie-La-Francophonie-inversee_a26312.html

     

     

    « Algérie : Bouteflika aurait l’intention de démissionnerMEURTHE-ET-MOSELLE Nancy : une manifestation d'Algériens perturbée par des militants identitaires »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    2
    Lundi 18 Mars à 21:07

    A oipp : deux amis algériens vous répondent, mais je suis étonné que 85 % seulement des Algériens sont arabophones.

     

    Sadek Ourti : C'est un butin de guerre comme le disait l’écrivain Kateb Yacine, la langue Française, que l'on veuille ou pas, est l'un des éléments le plus puissant qui lie les deux rives et témoigne notre passé commun. Ce dernier même s’il est douloureux, nous devons préserver tout ce qui est en relatif : cimetière d'anciens colons chrétiens et juifs, bâti et architecture coloniaux, tout ça, c'est une histoire qu'il faut préserver intact. Malheureusement, ceux qui ravagent tout, pour effacer les traces et déraciner notre lien historique, culturel et social ce sont les politiques des deux rives. Il faut vraiment réveiller les consciences.

    Nourhane S. écrit :

    Francophonie : 60% des Algériens parlent « réellement » français

    Même si la langue française demeure pour certains « la langue du colon », souvent au cœur de débats passionnés, voire violents, il n’en demeure pas moins qu’elle reste une langue très répandue en Algérie. En effet, 60% des Algériens sont francophones « réels », selon le Haut Conseil de la Francophonie (HCF). Ce taux place ainsi l’Algérie en deuxième position dans le monde, après la France évidemment, suivie de très loin par le Québec, qui occupe la troisième place.

    Le français est loin d’être menacé de disparition du paysage linguistique dans notre pays. Partout en Algérie, notamment dans la capitale Alger, cette langue est utilisée couramment par les Algériens. Hommes, femmes, enfants, vieux, jeunes et moins jeunes le pratiquent quotidiennement chez-eux, dans les administrations et même dans la rue. La langue française est également enseignée à l’école, à partir de la deuxième année primaire.

    Pour connaître la place qu’occupe la langue de Molière dans le paysage linguistique en Algérie, Rabah Sbaa, professeur en sociologie, a consacré à ce thème toute une étude, parue récemment aux Éditions Frantz Fanon. Selon le chercheur à l’université d’Oran, cité par le quotidien l’Expression,  40 ans d’indépendance n’ont pas altéré l’usage de cette langue en Algérie, car elle n’est pas juste maintenue dans la société, mais « son usage, souligne-t-il, est presque exclusif dans certains domaines comme la communication, les espaces culturels ou l’information ». Pour le chercheur, la langue française, même si elle n’est pas une langue officielle, se porte tout de même très bien en Algérie. « Elle a même connu un regain de vitalité ces dernières années », estime-t-il.

    Aujourd’hui, les chiffres sont éloquents puisque le HCF considère que 60% de la population algérienne est francophone « réelle »; chiffre qui place l’Algérie en deuxième position dans le monde, devançant ainsi de loin le Québec. En mars dernier, l’ambassadeur de France en Algérie, M. Bernard Emié, a, lui aussi, soutenu que « le français est une langue extrêmement répandue [en Algérie] ». « Plus de 11 millions d’Algériens parlent cette langue couramment et quelque 15 000 autres sont inscrits au niveau des instituts français en Algérie pour apprendre cette langue qui représente un bien commun entre les Algériens et les Français« , a-t-il souligné.

    Nourhane S.

     

    1
    Lundi 18 Mars à 20:00

    madame vous dite 60% des Algerians sont francophones d ou vein se chiffre qui complement faux .

    60% des Algériens ne sont pas francophones ou contraire plus de 85% sont des arabophones par excellence .

    donc avant donner des chiffres il faut vérifier  un algérien de l Algérie vous dis . in cha allah bientôt   saura l anglais la langue de science  de mondialisation 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :