• François Hollande à Alger : "Ne rien oublier de l'histoire et se tourner vers l'avenir" *** Le point de vue de Bernard Deschamps ancien député du Gard

    François Hollande à Alger : "Ne rien oublier de l'histoire et se tourner vers l'avenir" 

    François Hollande à Alger : "Ne rien oublier de l'histoire et se tourner vers l'avenir" *** Le point de vue de Bernard Deschamps ancien député du Gard

    François Hollande était à Alger pour une brève visite de travail, lundi 15 juin 2016.

    Cette visite à Alger est la deuxième, après celle de décembre 2012, de François Hollande en tant que chef de l'Etat. Il n'a pas été accueilli à l'aéroport d'Alger par Abdelaziz Bouteflika, qui reste rarement visible en public en raison d'une santé fragile. Le président français a rencontré le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, puis le président algérien dans sa résidence privée de Zéralda.

    Parlant de la relation entre l'Algérie et la France, François Hollande a déclaré être revenu à Alger "parce que, ces derniers mois, nous avons beaucoup œuvré, le président Bouteflika et moi-même, pour rapprocher encore nos deux pays et être fidèles aux engagements que nous avions pris : ne rien oublier de l'histoire et en même temps nous tourner vers l'avenir".

    François Hollande trois ans après sa première visite en tant que chef d'État, a foulé une nouvelle fois le sol algérien, une preuve supplémentaire du lien privilégié que la France essaie de renforcer avec l'Algérie.
    Le président français s'est tout d'abord recueilli devant le sanctuaire du martyr sur les hauteurs d'Alger. Un monument en hommage aux victimes de la guerre d'Algérie. "Le passé n'est plus un obstacle entre les deux pays", a souligné le chef de l'État.

    Un sujet tabou

    La lutte contre le terrorisme était au coeur de la rencontre entre François Hollande et Abdelaziz Bouteflika, très diminué depuis son AVC en 2013. "Le président Bouteflika m'a donné une impression de grande maîtrise intellectuelle, et même, c'est rare de rencontrer un chef d'État qui a cette alacrité, cette capacité de jugement", a déclaré François Hollande. Pas un mot en revanche sur la question de la succession du président algérien, un sujet tabou en Algérie.

    "La France entend rester le premier partenaire économique de l'Algérie"

    "La France est le premier partenaire économique de l'Algérie, entend le rester, et même entend encore développer sa présence." François Hollande a enfilé son costume de VRP de la France, pour une visite à Alger lundi 15 juin. Le président de la République, qui doit rester quelques heures dans la capitale algérienne à l'invitation de son homologue, Abdelaziz Bouteflika, a rappelé "l'installation de très importantes entreprises comme Renault, Sanofi, Alstom et bientôt Peugeot" dans ce pays.

     

    SOURCE : http://www.francetvinfo.fr/politique/francois-hollande/retour-sur-la-visite-presidentielle-de-francois-hollande-en-algerie_953703.html 

    SOURCE : http://www.francetvinfo.fr/politique/francois-hollande/video-hollande-a-alger-la-france-entend-rester-le-premier-partenaire-economique-de-l-algerie_953069.html 

     

    François Hollande à Alger : "Ne rien oublier de l'histoire et se tourner vers l'avenir"

    Le point de vue de Bernard Deschamps

    ancien député du Gard

    LE PARADOXE HOLLANDE

    "Après la glaciation des relations sous Sarkozy, tous les observateurs ont noté l’amitié réciproque manifestée par les Présidents Bouteflika et Hollande. La photo ci-dessus en porte témoignage.

    Comment expliquer cette compréhension mutuelle entre François Hollande le va-t-en-guerre, en pointe en Côte d’Ivoire, au Mali, en Syrie, en Iran, et Abdelaziz Bouteflika qui a refusé de s’engager dans la croisade de l’OTAN contre la Libye, dans l’expédition française au Mali, qui désapprouve l’attitude des Occidentaux en Syrie et à l’égard de l’Iran et qui refuse l’implantation d’une base américaine de commandement sur son territoire. Un Président proche d’Israël et le Président d’une nation qui soutient le Peuple palestinien ? Plusieurs raisons, à mon sens, peuvent expliquer ce qui apparaît comme un paradoxe.

    La première est le réalisme. Dans le cadre d’une politique générale qui vise à tout faire pour favoriser les groupes industriels français (Loi Macron…), le MEDEF et le pouvoir socialiste considèrent que l’Algérie est une opportunité à saisir.

    Au-delà des campagnes récurrentes de calomnies, ils savent ce qu’il en est réellement de la situation de l’Algérie. C’est une grande nation de près de 40 millions d’habitants dont le niveau de vie s’est amélioré ces dernières années après le terrible traumatisme de la décennie noire.

    C’est donc un marché en expansion. C’est un pays qui, tout en conservant un important secteur nationalisé (certaines entreprises privatisées dans les années 80 ont été renationalisées), s’est converti à l’économie de marché et favorise l’implantation de sociétés étrangères sur son sol. La condition imposée par l’Algérie de conserver la majorité de 51% de leur capital qui, un temps fut un frein, est désormais acceptée par les entreprises étrangères.

    Enfin les institutions de l’Etat algérien sont solides comme elles l’ont démontré en surmontant la tragédie des années noires 80-90. L’Algérie est aujourd’hui un pays sûr, à mon sens le plus sûr du Maghreb, et l’expérience douloureuse acquise dans le combat contre AQMI est utile à la France.

    François Hollande est donc décidé à apurer le passé et, bien que cela soit encore insuffisant, il est le Président français qui est allé le plus loin dans la condamnation du colonialisme. Les arrière-pensées électorales ne sont pas non plus étrangères à son attitude. Dans sa reconquête de l’opinion publique française, il tient à adresser un signe positif aux quelque 4 millions de Franco-Algériens qui vivent en France (estimation du professeur Gilbert Meynier) et il connaît bien leur état d’esprit. Il sait l’affection qu’ils portent au Président Bouteflika en dépit des critiques portées par l’opposition algérienne qui reste très minoritaire.

    Je crois, en outre, qu’il aime l’Algérie, pour diverses raisons qui tiennent à son histoire familiale. Il a donc le feeling et les Algériens y sont sensibles. Cela va-t-il dans le sens des intérêts des Peuples algérien et français ? Oui, je le pense. Bien que les motivations soient égoïstes, il est infiniment positif que les relations économiques, culturelles, politiques se développent entre nos deux nations. Elles peuvent contribuer à l’essor de l’une et de l’autre si cette coopération est équitable donc mutuellement avantageuse. Les entreprises françaises implantées en Algérie emploient 140 000 personnes dans un pays où le chômage était dramatique et ces implantations les ont confortées face à leurs concurrents. Cette attitude de la France ne peut en outre que favoriser un climat de nature à faire reculer le racisme anti-algérien entretenu par les revanchards nostalgiques de l’Algérie française.

    Je me réjouis de ces perspectives nouvelles qui se singularisent dans un paysage politique français marqué par une politique droitière en rupture avec les engagements électoraux du candidat Hollande."

    Bernard DESCHAMPS 16 juin 2015

    « La marche du monde "Harkis en Algérie" Une émission signalée par Pierre DaumJean Moulin, le parcours d’un héros né à Béziers, c’est le seul héros dans cette ville… *** "Créer c'est résister" par En Vie à Béziers »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter