• Geneviève Legay a bien été renversée par des policiers : Attac exige la démission du ministre de l’Intérieur, du préfet des Alpes Maritimes et du procureur de la République de Nice

     

    Geneviève Legay a bien été renversée par des policiers : Attac exige la démission du ministre de l’Intérieur, du préfet des Alpes Maritimes et du procureur de la République de Nice

     

    Vendredi 29 mars 2019, par Attac France 

     

    Dans un article publié par Médiapart [1], jeudi 28 mars, des témoignages concordants affirment que Geneviève Legay a bien été poussée par des forces de l’ordre lors de la charge policière intervenue le samedi 23 mars, pendant l’acte 19 des gilets jaunes, à Nice. Geneviève Legay, 73 ans, porte-parole d’Attac 06, a ainsi été grièvement blessée.

    Ces révélations remettent en cause les versions avancées par le procureur de la République de Nice et les affirmations d’Emmanuel Macron et de Christophe Castaner qui ont affirmé que Geneviève Legay « n’avait jamais été en contact avec les forces de l’ordre ».

    Ces versions avaient déjà été sérieusement remises en doute par plusieurs analyses journalistiques [2] qui avaient scruté les différentes images de la scène, dont la vidéo de CNews qui permet de voir un contact direct entre un policier et une personne munie d’un gilet jaune à la main (en l’occurrence Geneviève Legay était la seule à en avoir un à la main, dans cette zone).

    Attac s’insurge face à cette volonté éhontée du pouvoir de dissimuler la vérité et demande :

    • la démission du procureur de la République de Nice, qui a menti en affirmant que Geneviève « n’a pas été touchée par des policiers » et qu’ « il n’y a aucun contact direct entre un policier et cette dame ».
    • la démission du préfet des Alpes Maritimes, qui a donné l’ordre et a déclaré que Geneviève « a été poussée dans le dos, non pas directement par un membre des forces de l’ordre mais par des personnes reculant dans un mouvement de foule »
    • la démission de Christophe Castaner, qui a donné les consignes et s’est félicité que les « consignes de fermeté ont été respectées »
    • le dépaysement sans délais de cette affaire, car elle ne peut être instruite sereinement à Nice dans ce contexte.

    Attac appelle à participer massivement aux mobilisations sociales, notamment celles des gilets jaunes, ce samedi 30 mars pour y défendre la justice fiscale et sociale, le droit de manifester et dénoncer des violences policières orchestrées par l’État. Nous appelons à se munir d’un drapeau arc-en-ciel, comme celui que portait Genevieve Legay quand elle a été blessée, pour soutenir Geneviève et défendre le droit à manifester.

    P.-S.

    Attac a adressé une lettre ouverte au Président de la République pour dénoncer les contre-vérités qui ont été énoncées et qui visent à dédouaner l’État et les forces de l’ordre de leurs responsabilités dans les très graves blessures de Geneviève Legay et demander que toute la vérité soit faite sur les circonstances de cette violente agression.

    Notes

    [1Manifestante blessée à Nice : la version de Macron et du procureur contredite par des policiers, Mediapart

    [2Edito : un samedi de tensions et d’intox à Nice, France 3 Côte d’Azur

    Geneviève Legay a bien été renversée par des policiers : Attac exige la démission du ministre de l’Intérieur, du préfet des Alpes Maritimes et du procureur de la République de Nice


     

    Geneviève Legay a bien été renversée par des policiers : Attac exige la démission du ministre de l’Intérieur, du préfet des Alpes Maritimes et du procureur de la République de Nice


     

    « 19 MARS 1962 - 19 MARS 2019 : Cette Algérie qui fascine toujoursSUR LES QUAIS DU VIEUX PARIS »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Samedi 30 Mars à 08:20

    Oui bien sûr que la vérité éclate sur cette affaire et que l'on en finisse avec l'interdiction de manifester pour les revendications dont la satisfaction est jugée incontournable. C'est le livre jeu de la démocratie, il faut le respecter.

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter